L’outil vidéo pour des évaluations orales (saynètes, dialogues, interviews…) en langue vivante. Collège Henri Guillaumet, Jouy le Moutier (95)

Publié le

Mme DIA Aïda professeure d’anglais au Collège Henri Guillaumet à Jouy le Moutier. (95)

Voici la synthèse sur l’expérience de Mme DIA Aïda, professeure d’anglais au Collège Henri Guillaumet à Jouy le Moutier (95), avec la mallette vidéo Panasonic, utilisée en classe de 6ème, pour les évaluations orales de fin de séquence, pour la séquence 1 : INTRODUCE YOURSELF.

Aspects techniques.

Facilité/difficulté, obstacles rencontrés lors de la prise en main du matériel par l’enseignant et/ou les élèves.

Une prise en main du matériel simple et très accessible. Ce qui est un vrai plus lorsque ledit matériel doit être manipulé en autonomie par les élèves. Pas de commandes superflues, un usage simple, et clair.
Une prise en main qui est encore simplifiée par le « module » de prise en main proposé par le CANOPE. Ainsi l’essentiel y est enseigné, pour pouvoir utiliser le matériel correctement. A titre personnel je dirais qu’il a aussi l’avantage d’être rassurant pour l’enseignant qui emprunte pour la première fois.
Pas de difficulté d’usage pour les élèves. Après une présentation du matériel, et une démonstration en pratique, les élèves ont été parfaitement en mesure d’utiliser le matériel sans difficultés. De plus une notice d’utilisation simplifiée (voir pièce jointe) a été mise à leur disposition au moment de l’évaluation.
Les seules difficultés rencontrées concernent le retrait et le retour du matériel. En effet il m’a été un peu difficile de trouver un moment (du fait de mon emploi du temps et de l’éloignement du point de retrait, deux heures de trajet de chez moi,) pour récupérer, puis rendre le matériel, et cette donnée m’a par exemple fait perdre une semaine sur mon temps de réservation. Je conseille donc à tout collègue qui voudrait entreprendre ce projet de s’assurer de disposer des conditions (temps et proximité) pour récupérer le matériel.

Aspect humain.

Devant l’expérience innovante : ressenti des élèves, des parents, des collègues.

Le projet lorsqu’il a été présenté aux élèves, a été dans l’ensemble bien accueilli. Plusieurs réactions se sont succédées auprès de ce publique d’élèves de sixième, allant de la surprise, au doute, puis l’interrogation, l’excitation et enfin l’impatience.
En effet passé le phénomène de surprise, les élèves ont soulevé une multitude de question quant aux modalités de l’évaluation.

  1. Pourquoi la caméra ?
  2. Qui aura le droit de voir les vidéos ?
  3. Est-ce qu’on a le droit de se déguiser ?
  4. Est-ce qu’on peut apporter des accessoires ?
    Autant de questions qui à mon sens sont tout à fait positives, et ce pour plusieurs raisons que je vais m’attacher à énumérer pour chaque question :
  5. Parce qu’elle permet dans le cadre de la pédagogie actionnelle, d’expliquer aux élèves les modalités de leur évaluation, en expliquant les avantages techniques qu’offrent l’utilisation de la camera. Et aussi parce qu’elle permet une mise en pratique plus que concrète de la notion de « l’élève acteur de sa scolarité ».
  6. parce que la question de l’image est de plus en plus importante dans nos classes et en dehors, avec l’usage des nouvelles technologies. Cela m’a donc permis de faire un point avec eux sur le droit à l’image, et l’importance de la responsabilité de chacun quant à la diffusion de contenus. Et pour leur faire comprendre à quel point tout cela n’est pas anodin, un document de droit à l’image sur lequel la signature de l’élève en plus de celle de ses parents était requise, a été distribué, toujours dans le souci de les impliquer entièrement.
  7. et 4 parce qu’elles témoignent de l’implication des élèves et du fait que la notion de « rôle » est pleinement intégrée. Ce qui à mon sens peut être un gage de réussite de l’exercice. L’élève se dégage ainsi de ses inhibitions, alors même qu’il n’est pas lui, mais joue un rôle, il peut ainsi s’autoriser plus facilement à pratiquer la langue, à « jouer le jeu ».
    Les collègues ont quant à eux, été surpris et intrigué par l’expérience. Mais dans l’ensemble, l’ont accueillie de façon positive. Beaucoup n’étaient pas au courant de cette possibilité d’emprunt de matériel, et se sont montré curieux à cet égard. J’ai donc tenté de répondre à leurs questions en leurs parlant de la large offre de CREATICE, et en les invitant à la découvrir eux-mêmes en allant sur le site.
    Enfin, les parents se sont quant à eux montré très intéressés. Un peu dérouté au début, mais après la présentation du projet en détail lors de la réunion parents/professeurs, tous ont été rassurés et ont adhéré au projet.

Aspect pédagogique.

Démarche pédagogique, apport du matériel et des TICE dans la pratique du cours.
D’un point de vue pédagogique, il me faut d’abord rappeler quels étaient mes objectifs, afin de pouvoir dresser un bilan de cette expérience pour chacun d’entre eux :

  • OBJECTIF N° 1 : Promouvoir l’autonomie
    Pari réussi. Les élèves n’ont pas eu besoin de mon intervention lors des évaluations finales. La prise en main avait été parfaitement assimilée et la notice de rappel n’a presque pas été consultée. Aucun problème technique. Aucune erreur de manipulation.
    De plus l’autonomie a été parfaitement acquise dans l’organisation même puisque, encore une fois aucune intervention de ma part n’a été nécessaire dans le déroulement de l’évaluation.

    Documents joints :
    ordre de passage
    note explicative

    Ce qui je le rappelle était un des objectifs principaux, dans le but de limiter la pression de l’évaluation (professeur en retrait).
  • OBJECTIF N°2 : Une notation plus juste
    Objectif pleinement atteint. En effet cette modalité d’évaluation a permis une concentration optimale de ma part lors du visionnage (au calme), et donc une notation plus juste puisque non parasitée par d’éventuels bavardages d’élèves, ou autre intervention de surveillant ou autre personnel dans la classe.
  • OBJECTIF N°3 : Faciliter la pédagogie différenciée
    Bilan mitigé. Même s’il est vrai que l’aménagement des évaluations orales devant caméra et en autonomie auraient dû me permettre de mettre en place des exercices de remédiation pour la pédagogie différenciée, cette partie est celle qui fût la moins réussi, parce que je n’avais pas anticipé certaines considérations techniques.
    En effet les élèves passant devant la caméra étant dans la salle de classe, je ne pouvais pas donner un travail complètement silencieux au reste de la classe car il y avait alors là le paramètre « silence » qui venait parasiter le sentiment de confiance qu’avaient les élèves en ne se sentant pas observés.
    Pour une prochaine fois je pense allier l’évaluation devant caméra à la baladodiffusion. Ainsi j’aurais une classe silencieuse, mais les élèves évalués devant la caméra resteront en confiance, car leurs camarades seront attelés à une autre tâche.
  • OJECTIF N°4 : développer l’aspect ludique et le maniement des TICE
    Mission accomplie. Beaucoup ont vraiment joué le jeu. Tant dans les intonations que dans les accessoires apportés. Dans l’ensemble, les élèves ont pris plaisir à « jouer » la scène. Ils se sont donc amusés pendant une évaluation. Enfin, cette évaluation à par la suite occasionnée une séance en salle informatique pour le visionnage de leurs prestations. A l’aide d’une grille de correction, ils ont pu s’autoévaluer, en émettant une critique constructive de leurs prestations et en notant leurs erreurs ( à des fin de remédiation). Ainsi, ils ont pu manipuler l’outil informatique.
    Exemple d’enregistrement :


Mme DIA Aïda professeure d’anglais au Collège Henri Guillaumet à Jouy le Moutier. (95)