Projet vidéo : présentation d’un objet allemand insolite Collège Darius Milhaud à Sartrouville (78)

Publié le

Rapport pédagogique de l’échange avec l’Allemagne 2014-2015
Projet vidéo : Lebensart- Eigenart

Pour la dixième année consécutive, les collégiens de 3° et 4° bilangue du collège Darius Milhaud de Sartrouville ont eu le privilège de participer à l’échange scolaire avec la Realschule de Waldkraiburg en Bavière. Accompagnés de leurs professeurs d’allemand et de technologie, les 15 participants de cette année ont eu pour tâche (librement inspirée d’une rubrique de l’émission « Karambolage « de Arte) de réaliser des mini-films présentant un objet allemand insolite n’existant pas en France . Le projet pédagogique s’est donc appuyé encore cette année sur les TICE, cette fois-ci dans le volet vidéo.

Le projet s’intitule « Lebensart, Eigenart » et vise à faire découvrir aux spectateurs l’art de vivre à l’allemande, par la présentation d’objets quotidiens inconnus en France. Sous forme de saynètes si possible humoristiques, les élèves devaient mettre en scène des objets que l’on trouve dans les intérieurs allemands : des articles de cuisine tels le Brettchen,( petite tablette en bois ) le « Eierpiekser » ( pique œufs), le « Stövchen » (chauffe café ), le « Tropfenfänger » (l’anti-goutte) ou le « Eiersollbruchstellenverursacher » .. ou des objets visibles en extérieurs tels le « Zigarettenautomat « ( distributeur automatique de cigarettes).

Après un cours sur le cadrage et les plans au cinéma, par binômes, les élèves ont eu accès aux objets, soit en nature, soit en photo, sans en connaître ni le nom ni l’usage. Ils ont ainsi eu plus de facilité à en trouver des emplois dérivés avant que ne leur soit révélé à la séance suivante le véritable usage qui devait constituer la chute de leur histoire.

L’écriture du scénario, étape la plus fastidieuse, a pu ensuite commencer.
Voici le cahier des charges qu’ils ont du respecter pour le tournage :

  • Limiter les changements de plans afin de privilégier le temps passé à l’expression orale plutôt qu’au montage vidéo (Sur le même principe que « caméra café », « un gars, une fille », « scènes de ménage »...)
  • Limiter la durée de la scène à 3 minutes.
  • Remplir la fiche scénario en mentionnant les plans et accessoires nécessaires.
  • Se mettre en scène et utiliser éventuellement des camarades comme seconds rôles.

Du point de vue linguistique, le format implique l’usage d’une langue orale quotidienne qui fera l’objet de découverte ou de consolidation des points suivants :

  • Au niveau notionnel : l ‘expression du goût, de l’avis, du conseil…..
  • Au niveau lexical : adjectifs, quantificateurs, particules illocutoires, lexique de la cuisine, du temps libre…
  • Au niveau grammatical : l’impératif, les verbes de modalité, le parfait, ...
  • Au niveau phonologique, la prononciation et la prosodie.

Du point de vue transversal, les élèves travailleront les compétences suivantes du Pilier 3 du socle commun :

  • Je sais modifier une image, un son ou une vidéo.
  • Je maîtrise la manipulation d’une image, son ou vidéo de sa captation à son intégration dans un document.
  • Je choisis les conditions d’utilisation de mes productions publiées sur Internet et, en particulier, le type de licence nécessaire.
  • Je connais et je respecte les lois sur la propriété intellectuelle et les données personnelles
  • Je sais choisir un format consultable par le plus grand nombre d’utilisateurs
  • Je connais le fonctionnement et rôle de différents médias

Lors de notre séjour du 6 au 13 mai 2015, les élèves ont utilisé l’unité de reportage empruntée par l’intermédiaire du site Creatice de l’Atelier Canopé des Yvelines.
Les tournages ont été effectués en groupes réduits soit sur une heure de cours, soit après le rallye dans la ville pour la scène d’extérieur.




La pression du temps et la difficulté ont rendu l’exercice quelque peu stressant pour eux, comme en témoignent leurs réponses au sondage effectué en fin de projet.
Ils ont apprécié de découvrir les coulisses d’un tournage et de pouvoir prendre la mesure de la difficulté du jeu d’acteur et ont trouvé l’exercice « amusant ». Beaucoup affirment avoir appris de nouveaux mots et amélioré leur prononciation.
Cependant ils ont déploré le manque de temps pour l’apprentissage des dialogues. Leur principale difficulté a été d’imaginer la gestuelle en écrivant les dialogues et surtout de se concentrer lors du tournage à la fois sur la prononciation du texte et sur le jeu d’acteur.
Pour nous initiateurs de ce projet, le tournage sur des créneaux limités était aussi un peu stressant, de même que les ajustement de dernière minute dus à la disponibilité des lieux de tournage ou à l’apprentissage approximatif des dialogues.

Malgré tout, cette expérience reste un challenge réussi qui motive les élèves au-delà du traditionnel carnet de voyage.

Le 18 Juin 2015
Collège Darius Milhaud – Sartrouville (78)
Muriel Hangouët, professeur d’allemand
Julien Charlier, professeur de technologie

Emprunt réalisé dans le cadre du projet Créatice