Un film d’animation en Stop Motion à l’école élémentaire Ecole Victor Hugo - Clichy (92)

Publié le

Adrien Pamart nous livre son retour d’usage après l’utilisation d’une mallette de tablettes Ipad avec ses élèves.

Descriptif du projet :

Initialement, nous devions travailler autour de la lecture – compréhension en CP et de la recherche documentaire avec les élèves de CM2.
Malheureusement, l’ absence de connexion internet nous a obligés à revoir notre projet.

J’ai donc proposé à mes élèves d’écrire et de réaliser un film d’animation en Stop Motion.

Aspect technique :

Du point de vue des élèves, la prise en main de l’outil a été très rapide. Ils se sont familiarisés avec l’application Istop Motion en réalisant de courtes séquence à l’aide de Lego. Par groupe de 2, ils se sont appropriés durant 1 semaine les différents rôles : animateur-réalisateur.
Istop Motion est une application simple et de qualité.

Au niveau de l’enseignant, la prise en main des tablettes s’est faite également rapidement.
Mon plus gros soucis a été l’absence de connexion internet sur l ’école. La borne wifi
Apple n’a en effet jamais fonctionné. L’utilisation d’un proxy par la mairie semble en être la cause. Le prêt d’une borne pirate nous a permis de contourner le problème.
Celle-ci m’a permis d’utiliser l’Apple TV, très pratique pour visionner les séquences réalisées par les élèves.
En revanche, la récupération des données et des travaux des élèves pour la version définitive du film a été très problématique.

L’application Document et l’utilisation du Web Dav me semblent peu adaptées à la vidéo. Elles nécessitent une connexion wifi permanente et de qualité.
Dropbox est plus facile d’accès et plus performante. C’est grâce à cette application que j’ai pu finaliser notre film.
De fait, il serait bien de pouvoir récupérer les photos ou vidéos en filaire.
En outre, il m’a été impossible de brancher l’Ipad sur mon ordinateur. Ce dernier ayant été configuré sur un autre ordinateur.

Imovie sur Ipad est très simple. Le montage par les élèves me semble possible dès le CE2. Petit bémol, il n’est pas possible de caler de la musique à l’image. Imovie cale la musique sur la 1ère image. En insérant des bruitages, j’ai pu faire débuter le morceau à peu près à l’endroit que je souhaitais.

D’autre part, pour réaliser des prises de vue, il serait bien que vous puissiez fournir des pieds et des supports pour les Ipad.
La coopérative de l’école a acheté 2 pieds et 2 supports.

De plus, il faudrait fournir des housses : la fragilité de l’objet et son coût le justifient.

Malgré ces problèmes de transfert qui m’ont pris énormément de temps, il me semble important de mettre en avant que l’Ipad est un outil formidable, il est simple d’utilisation et très enrichissant d’un point de vue pédagogique.

Aspect humain devant l’expérience innovante :

Les élèves ont été ravi d’utiliser les tablettes. Ils ont été très motivés tout au long de l’expérience. Ils ont développé des réflexes d’utilisation, une méthodologie.
Autre point positif, ils ont réellement collaboré. Il y a eu de réels échanges et retours sur leur travail, Ils pouvaient visionner immédiatement la séquence, la modifier et la valider.
Au cours de la 1ère projection, ils ont pris conscience de faire partie d’un dispositf innovant.

Les parents ont été très impressionnés par le résultat final.

Les collègues ont été intéressés et curieux de l’utilisation des tablettes en classe.
En revanche, ils ne les ont pas utilisées.
Un collègue souhaite l’année prochaine collaborer avec moi à la co-réalisation d’un nouveau film.

Je tenais à remercier les formateurs du Canopé 78 pour leur aide et leur disponibilité.

Aspect pédagogique :

D’un point de vue organisationnel, nous avons travaillé en atelier durant toutes les étapes de production. Chaque séance durait 45 minutes.

  • Atelier 1 : Atelier dirigé consacré aux prises de vue sur les décors.
    5 Élèves se relayaient pour la prise de vue, ou l’animation.
  • Atelier 2 : Atelier en autonomie. 4 élèves s’occupaient du générique de fin.
  • Atelier 3 : Atelier en autonomie. Préparation des décors du film. 5 Élèves. Chaque décor a été pensé collectivement et a fait l’objet d’un story-board.
  • Atelier 4 : Atelier en autonomie. Confection individuelle de ses personnages. 6 Élèves.

L’aspect pluridisciplinaire du projet est très intéressant.

Maîtrise de la langue : les élèves ont coécrit le film. Chaque plan a été discuté ce qui a permis des échanges oraux très intéressants et des productions d’écrits.
Les textes choisis de lecture étaient en rapport avec notre thème : « l’espace ».
Mathématiques  : 2 ou 3 images ont été prises pour chaque déplacement. Cela nous a permis de travailler sur les doubles et de compter des suites de nombres de 2 en 2 ou de 3 en 3, de dépasser la centaine. Chaque plan nécessitant entre 100 et 150 images.

Histoire des arts : nous avons pu aborder le cinéma d’animation et d’une manière générale de la production cinématographique. De nombreux films, vidéos clips ont été visionnés.

Arts visuels : la confection graphique des décors a été réalisée par les élèves. Pastels + encre sur des grands formats. (Formats raisin assemblés).

Éducation musicale : Ecoute musicale contemporaine et plus particulièrement David Bowie. Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de composer la BO du film.

Sciences : Le système solaire. Visionnage de l’émission
« C ’est pas sorcier », réalisation d’un cahier de l’Espace.
La sortie de fin d’année a eu lieu au Musée de l’Air et de l’espace ou les élèves ont participé à l’atelier « Planète Pilote. »

Adrien Pamart, professeur des écoles à Clichy (92)
Emprunt réalisé dans le cadre du projet Créatice