Baladodiffusion au collège en anglais et en allemand
Collège Les Hauts Grillets de Saint-Germain-en-Laye (78)

Publié le

Utilisation d’une mallette de baladodiffusion pour travailler l’expression orale en anglais et en allemand dans des classes de 6ème, 5ème, 4ème et 3ème.

Isabelle Gandy et ses collègues ont expérimenté, du 2 mars au 14 avril 2015 dans des classes de 6ème, 5ème, 4ème et 3ème, l’utilisation d’une mallette de baladodiffusion Balibom pour travailler l’expression orale en anglais et en allemand.

Nous vous proposons ci-dessous son retour d’usage.

Nous avons été trois professeurs (deux professeurs d’anglais et un professeur de la section allemande) à utiliser le système de baladodiffusion Balibom. Six classes ont bénéficié de ce matériel : une classe de 5e, une classe de 3e, les groupes avancés en 5e, 4e et 3e, et le niveau 4e de la section allemande.

Nous avions 30 baladeurs MP3 à disposition, ainsi que la plateforme permettant de charger les lecteurs et de synchroniser les données avec l’ordinateur. Le prêt étant de 6 semaines, nous nous sommes limités à une utilisation en classe et pour un enregistrement de productions d’élèves (interaction orale et enregistrement individuel). Dans le cas d’une utilisation à plus long terme, nous aurions pu tester la compréhension orale.

ASPECTS TECHNIQUES

  • Après récupération de la mallette de baladodiffusion, nous avons pris connaissance du matériel et trouvé qu’il était facile de pouvoir l’utiliser correctement. Nous avons fait face à quelques difficultés néanmoins : lorsque les baladeurs sont installés, tous n’apparaissent pas immédiatement sur la base : il faut parfois replacer plusieurs fois les lecteurs pour que ceux-ci soient détectés, et cela peut donc prendre du temps. De plus, certains ne se rechargeaient pas tout de suite. C’est la difficulté principale à laquelle nous avons été confrontés.
  • Nous avons trouvé qu’il était pratique d’enregistrer les élèves et de collecter les enregistrements sur l’ordinateur car cela prend peu de temps (sauf en cas de « faux contact »).
  • Après la collecte des enregistrements, nous avons été agréablement surpris par la clarté du son : en effet, dans les quatre classes de 30 ou 31 élèves, le fait que chaque élève s’enregistre en même temps (pour la prise de parole en continu) aurait pu laisser penser qu’il serait difficile de distinguer la voix de l’élève qui parle.

RÉACTIONS DES ÉLÈVES

  • Les élèves étaient curieux quant à cet outil et il leur a fallu peu de temps pour se familiariser avec l’aspect technique des baladeurs. Nous avons tous noté qu’ils prenaient l’exercice au sérieux et faisaient preuve de davantage de concentration que dans un exercice similaire mais sans baladeur.
  • Nous avons noté plusieurs réactions, avant et après l’utilisation :
    « On ne sait pas trop à quoi ça sert au départ », « C’est facile à utiliser », « C’est bien parce qu’on ne le fait pas tous les jours », « C’est bien parce qu’on peut se réécouter », « C’est drôle de s’enregistrer dans un baladeur », « On se concentre plus que d’habitude sur l’activité parce que c’est enregistré », « C’est stressant de devoir parler comme ça », « C’est difficile de se concentrer quand tout le monde parle à côté »…
    Concernant ce dernier point, et notamment pour les activités de prise de parole en continu, certains élèves ont en effet eu du mal à se concentrer avec le bruit ambiant dans la salle de classe. Dans le cadre de cette expérimentation, c’est ce point-là qui a été le plus difficile pour eux.

INTÉGRATION AUX PROJETS PÉDAGOGIQUES ET UTILISATION

  • Pour deux classes (5e et 3e), nous avons utilisé le matériel pour des activités d’interaction orale. Dans une troisième dont le niveau général est faible, les élèves se sont davantage concentrés sur l’exercice que lorsque celui-ci est effectué sans les baladeurs. Dans cette classe particulièrement, cela a vraiment permis au professeur de mieux cibler les points à travailler. Nous nous sommes fait la réflexion suivante : dans le déroulement classique du cours, lorsque les élèves sont mis en activité orale, nous croyons vraiment les écouter et les aider du mieux possible. Mais avec les baladeurs, nous pouvons bien mieux les écouter et donc les guider. Pour les élèves faibles notamment, cela permet vraiment un travail sur la phonologie et les structures.
  • Avec le groupe de 3e avancé, le professeur a utilisé le matériel pour préparer l’examen FCE (First Certificate of English) que certains élèves passeront au mois de juin. L’exercice a été adapté à l’unité en cours « Studying Abroad » et a permis un enregistrement de 15 minutes environ par groupe : lors de l’écoute des enregistrements, les conseils du professeur peuvent être plus précis que sans l’utilisation de baladeurs.
  • Pour les autres groupes avancés, les baladeurs ont permis au professeur d’enregistrer les élèves individuellement et pendant une durée plus longue que lors des activités de prise de parole en continu habituelles : il est en effet impossible, dans une classe de 30 élèves, de demander à chaque élève de parler pendant 5 à 10 minutes. Avec le système de baladodiffusion, cela a été rendu possible, et a permis aux élèves de progresser plus rapidement. Dans une utilisation à plus long terme, on pourrait envisager davantage d’entraînement avant la phase d’évaluation. Cela a été frustrant de ne pas effectuer ce travail sur une durée supérieure à 6 semaines.
  • Le professeur de la section allemande a utilisé les baladeurs avec un groupe d’élèves de 4e : il a trouvé très pratique de pouvoir écouter les enregistrements des élèves car cela permettait d’améliorer ces enregistrements après avoir ciblé les points à travailler.

AVANTAGES

  • Les avantages principaux sont une meilleure écoute de l’élève, un suivi individuel plus détaillé et un outil d’évaluation précieux. Nous n’avons disposé de la mallette de baladodiffusion que pendant 6 semaines et avons donc limité son utilisation, mais cela nous a vraiment donné envie de davantage utiliser un tel système : cet outil pédagogique est un réel atout pour aider les élèves à progresser, pour mieux les guider et pour cibler les points à travailler.
  • En conclusion, nous avons apprécié de pouvoir bénéficier du prêt de ce matériel : c’est, selon nous, un outil pédagogique précieux. Nous aimerions cependant pouvoir le tester sur une plus longue durée afin de l’intégrer à la classe comme outil de travail à part entière, et ce de manière régulière.

Isabelle Gandy, professeure d’anglais au collège Les Hauts Grillets de Saint-Germain-en-Laye
Emprunt réalisé dans le cadre de Créatice