La baladodiffusion en espagnol au collège Collège Germaine Tillion, Lardy (91)

Publié le

Optimisation de l’utilisation des baladeurs MP4 en compréhension orale en cours d’espagnol

Après une première expérience avec l’utilisation de baladeurs, Sandrine Laloum a partagé la motivation de son expérimentation en cours d’espagnol et ses objectifs pédagogiques avec des classes de 4ème et 3ème :

J’ai souhaité travailler avec les lecteurs MP4 après avoir fait des stages TICE l’an passé et renouveler l’expérience avec la mallette BALIBOM pour continuer à élargir ma pratique de l’oral. Et c’est aussi et surtout en pensant à mes élèves en difficulté et à ceux qui sont timides à l’oral que je me suis engagée à nouveau dans ce projet.

RETOUR DE PRATIQUES

Les élèves ont très vite compris l’intérêt avec les MP4 : ils se sont approprié rapidement l’outil puisque la plupart d’entre eux avaient déjà manipulé le baladeur l’an dernier.
Autant que faire se peut, j’ai essayé de multiplier les activités avec les MP4 : j’ai pu ainsi proposer à mes élèves aussi bien des entraînements que des évaluations.

1. En entraînement :

J’ai constaté que l’entraînement avec les MP4 était nettement plus sérieux et efficace car les élèves peuvent s’écouter, se corriger et recommencer jusqu’à ce qu’ils soient satisfaits du résultat (dès lors que la consigne du professeur ait été entendue et comprise de tous). Même si les élèves n’étaient pas tout le temps notés sur le travail à l’oral, force a été de constater qu’ils pratiquaient sérieusement. La seule chose que j’exigeais d’eux c’était un entraînement, que j’étais susceptible d’écouter. Avec les MP4, je les ai trouvés nettement plus exigeants et plus rigoureux dans les pratiques et les activités réalisées en classe à l’oral.

Un exemple d’entraînement à l’expression orale en continu (EOC) :

Pour les élèves de 4°, j’ai laissé une vingtaine de minutes pour faire un exercice d’entraînement de l’oral. J’ai ensuite récupéré les fichiers son, écouté leurs productions et déterminé où ils en étaient dans leurs apprentissages et les conseils que je pouvais leur donner pour progresser et améliorer leur prestation.

Voici une grille type d’entraînement en vue d’une évaluation (niveau 4°).

Grille type évaluation 4ème

Les élèves de 3° devaient, quant à eux, récapituler un conte que nous venions de découvrir en classe. 15 minutes avant la fin du cours, j’ai distribué les MP4 et je leur ai donné la consigne de me raconter l’histoire.
Mon objectif a été de vérifier
-  l’acquisition du passé simple à la 3° personne du singulier,
-  la bonne compréhension du conte (et l’écoute des élèves)
-  la prononciation en espagnol

Ci-dessous, la grille que j’ai complétée pendant mes corrections :

Grille évaluation 3ème

Un exemple d’entraînement à la compréhension de l’oral :

Cet exercice permet de placer l’élève en autonomie et doit l’obliger à trouver des stratégies pour mieux comprendre.
En effet, quand un professeur de langues travaille la compréhension de l’oral en classe entière, les élèves en difficulté se mettent souvent en retrait et laissent les élèves plus à l’aise restituer ce qui a été entendu. Dans ce cas-là, les élèves en difficulté ne mettent aucune stratégie en place pour accéder à la compréhension du document.
J’ai donc utilisé les MP4 pour les aider à cibler leurs difficultés. L’avantage pour eux, c’est qu’ils peuvent réécouter le ou les passages qui ont posé problèmes. Cela leur a permis de les mettre en confiance. Mon rôle a été de revenir vers eux, de manière individuelle et voir comment ils pouvaient remédier à cette difficulté « qu’est-ce qui te pose problème ? Quel passage ? Quel mot as-tu entendu ? »
Même si en réalité, on ne répète pas 10 fois la même chose, il n’empêche que, habituer l’oreille, ne se fait pas si facilement et que c’est à force d’entendre que l’on comprend de mieux en mieux.

2. En évaluation :

Disposer d’une mallette de baladodiffusion dans sa salle permet une certaine flexibilité et beaucoup de réactivité. Si un élève a été absent à une évaluation qui comportait une compréhension de l’oral ou une expression orale, il est désormais facile de lui faire refaire le contrôle en lui donnant un MP4 pour qu’il fasse son évaluation, isolé dans un coin de la salle.

J’ai tout évalué avec les MP4, aussi bien l’interaction, la compréhension orale que l’expression orale en continu.
- En interaction : les élèves de 4° devaient imaginer un dialogue entre un espagnol et un touriste perdu (objectif : savoir demander son chemin, comprendre ce que l’on me dit et récapituler, saluer, prendre congé)
- En expression orale en continu : les élèves de 3° ont dû réaliser un exposé sur le thème de l’environnement. Ce travail pouvait être réalisé à 2 ou à 3. En revanche, l’exposé à l’oral devait être individuel et a été possible grâce au MP4.
- En compréhension de l’oral : pour inciter les élèves à aller toujours plus loin dans leurs apprentissages, j’ai proposé à mes élèves de 3° deux écoutes de niveaux différents.
Le premier enregistrement était obligatoire pour tout le monde et c’est à partir de celui-là que je les ai évalués. Il s’agissait d’une écoute de niveau A2, niveau requis en fin de 3°.
Le second enregistrement était facultatif mais permettait aux élèves de savoir s’ils comprenaient un enregistrement de niveau B1, niveau Seconde.
TOUS les élèves de 3° ont écouté les 2 enregistrements et cela les a rassurés sur le niveau attendu au Lycée.

Voici la grille d’évaluation que je leur avais proposée :

Grilles pour compréhensions orales niveaux A2 et B1.pdf

CONCLUSION

Ce qui va changer après cette expérience : inciter et obliger davantage les élèves à s’enregistrer pour s’entraîner. C’est quelque chose que je faisais déjà grâce au logiciel AUDACITY mais cela m’obligeait à réserver les salles informatiques de mon établissement et à recadrer davantage mes élèves dans une salle qui n’est pas la mienne.

L’utilisation des MP4 a développé l’autonomie de mes élèves aussi bien dans la classe que dans leurs apprentissages. Cela a également développé l’entraide entre les élèves. En effet, dans une des classes, il y a des élèves ULIS qui ont besoin que le professeur explique plusieurs fois la consigne et qu’il revienne souvent vers eux pour les remettre en activités. Comme il me faut gérer le reste de la classe, la solution a été trouvée de désigner un élève référent pour ces élèves. Ainsi, le MP4 n’était plus un obstacle mais un outil de communication.

Grâce aux MP4, j’ai vu les élèves refaire plusieurs fois un exercice, je les ai vus concentrés, motivés, obstinés et je les ai surtout entendus parler en espagnol. Ils se sont livrés à toutes sortes d’exercices, des plus sérieux au plus farfelus. Et à chaque fois, ils attendaient de savoir si leur exercice avait été retenu pour que je le mette sur le blog « ¡Olé Lardy ! ». Quoi de plus plaisant que d’entendre ses élèves raconter l’histoire du Petit Chaperon Rouge en espagnol et en essayant de faire des voix différentes ?!

Bref, j’ai été conquise par la mallette de « James Bond », comme ils disaient. Et, pour tout ce travail accompli, je remercie vivement tous mes élèves qui ont adhéré à ce projet, m’ont aidé à apprivoiser ce nouvel outil et qui maintenant en redemandent. Et c’est donc à eux que revient le mot de la fin : «  ils AIMENT P4  ».

Sandrine Laloum,
Professeure d’espagnol,
Collège Germaine Tillion, Lardy (91)