Créer une émission de type magazine en allemand avec la webradio Lycée Franco Allemand Buc (78)

Publié le

Dans le cadre du travail sur le pouvoir des médias, réalisation d’une émission de radio autour du roman "die verlorene Ehre der Katharina Blum" de l’auteur allemand Heinrich Böll.

Andrea Kother, professeur d’allemand au lycée Franco Allemand, à Buc (78) a emprunté une mallette webradio entre les vacances de novembre et les vacances de noël 2014/2015.

Activités effectuées par les élèves

Niveau : seconde

Contexte pédagogique

Au Lycée franco-allemand les classes de 2ndes travaillent sur le pouvoir des médias.
En classe, nous avions étudié le rôle des médias lors de la réunification allemande et les élèves avaient réalisé comme projet final un débat télévisé, qu’ils avaient enregistré avec un microphone.

Le deuxième volet du sujet « pouvoir des médias » était l’analyse du roman « die verlorene Ehre der Katharina Blum » de l’auteur allemand Heinrich Böll. Le roman critique les pratiques d’un journal à scandale qui détruit la vie d’une jeune femme, avec ses articles mensongers et diffamatoires.

Soucieux de rendre les élèves plus actifs sur le troisième volet du thème, la réalisation d’une émission radio me paraissait particulièrement adaptée.
L’écriture pour la radio permet aux élèves de travailler sur une grande variété de textes, comme par exemple l’interview, la critique, le journal radio ou même une pièce radiophonique. A côté de l’écriture les élèves peuvent s’entraîner à l’expression orale, notamment à la prononciation et à l’intonation.

L’idée était donc de reprendre le travail que les élèves avaient déjà réalisé au niveau de l’analyse du roman d’Heinrich Böll et de leur permettre de s’exprimer de manière plus créative à travers ce sujet.

La réalisation de la tâche était très ouverte, les élèves définissaient le contenu des rubriques de l’émission eux-mêmes. J’ai donné comme seule indication : « Nous réalisons un magazine de radio autour du livre de H. Böll. Nos auditeurs ne connaissent pas le livre, mais voudraient en savoir plus. Quel pourrait être le contenu d’une telle émission ? »

Les élèves ont ensuite déclinés les rubriques de l’émission :
-  un petit résumé du texte / de l’histoire
-  une interview (fictive) avec Heinrich Böll
-  une pièce radiophonique – création à partir du livre
-  une interview (fictive) avec un historien et un témoin de l’époque
-  un journal radiophonique qui relate le déroulement les événements dans le roman
-  un micro-trottoir auprès des élèves sous forme de critique de livre
-  encadrement de l’émission par deux animateurs

Mise en oeuvre

  • 1ère phase
    La classe prend connaissance du livre : lecture et compréhension du texte, travail linguistique au niveau du vocabulaire et quelques aspects grammaticales (discours indirect, passif, participe I, style nominal). Ensuite analyse des caractères et connaissance du contexte politique et historique dans le livre ainsi que le rôle du quotidien allemand DIE BILD et de son équivalent dans le livre.
  • 2ème phase
    Sensibilisation des élèves à l’écriture pour la radio, aux formes typiques de certaines rubriques et à la prononciation et surtout l’intonation de la voix en fonction des rubriques.
    Pour cela les élèves réalisent des petits exercices, qu’ils enregistrent et réécoutent . Ainsi ils se familiarisent avec la technique et avec l’enregistrement de leur voix, qu’ils essayent de corriger surtout au niveau du débit et de l’intonation.
  • 3ème phase
    Les élèves réalisent en groupe la rubrique qu’ils ont choisie : Ecriture et correction des textes, entraînement à l’enregistrement et enregistrement définitif des rubriques.
  • 4ème phase
    Enregistrement de l’émission.

Difficultés rencontrées

Il serait préférable d’encadrer un tel projet à deux professeurs ou de former un élève à la gestion technique. Car il s’est avéré très difficile de gérer les aspects techniques en même temps que toutes les autres contraintes, comme la gestion de classe, du contenu et tous les aspects linguistiques. Ainsi lors de l’enregistrement de l’émission, il m’a été difficile de rester concentré sur tous les points à la fois et j’ai raté un détail technique. En conséquence la qualité de l’enregistrement est très médiocre, voir décevant.

Il faut fixer un calendrier détaillé qui marque les étapes des productions des élèves que les élèves doivent respecter absolument. J’avais juste donné une dead-line finale et je me suis retrouvée avec tous les rubriques à corriger et à finaliser en même temps et je ne pouvais pas consacrer assez de temps à chaque rubrique. Ainsi il y avait des élèves qui n’ont pas travaillé suffisamment le débit de parole et l’intonation et leur enregistrement est certes linguistiquement correct, mais très difficilement compréhensible.

Une autre difficulté représentait les locaux peu adaptés. Les salles de classe de notre lycée résonnent trop pour réaliser un enregistrement correct. Le seul endroit avec des bonnes conditions acoustiques est le labo langues, mais là la disposition des tables ne convient pas. L’idéal serait d’avoir deux salles côte à côte avec une bonne acoustique. Ainsi les élèves peuvent s’isoler pour réaliser des enregistrements.

Finalisation : Je ne maîtrisais pas suffisamment le logiciel audacity et la finalisation était très laborieuse. La prochaine fois je vais déléguer le montage final à un élève, mais là encore l’école doit être équipée d’ordinateurs fonctionnels.

Bilan

C’est la première fois que je mène un tel projet et le résultat n’est pas entièrement à la hauteur de mes attentes.

Enjeu véritable qui dépasse le cadre scolaire  : Comme la réalisation d’une émission radio est un enjeu réel, les élèves sont très impliqués. L’idée que tout le monde puisse écouter l’émission sur internet est un facteur non seulement motivant, mais les oblige également à s’investir de manière sérieuse. Ainsi tous les groupes ont travaillé de manière très concentrée et ont réalisé des documents très intéressants.
J’ai pu constater un certain enthousiasme chez des élèves qui en manquent d’habitude.

Un travail linguistique qui met l’accent sur des compétences rarement entraînés en classe de langue : Outre l’écriture pour le langage parlé, le travail met l’accent sur l’intonation et la prononciation. Les élèves peuvent s’écouter et s’autocorriger.

Travail en groupe : les élèves ont déjà l’habitude de travailler en groupe, mais réaliser une émission radio dépasse le travail en groupe habituel. Chaque groupe travaille sur son sujet, qu’il faut ensuite coordonner et agencer avec les autres sujets pour réaliser un ensemble plus complexe.

Différenciation : Le niveau de la classe est très hétérogène. Deux élèves sont parfaitement bilingues et ont déjà vécu en Allemagne. D’autres ont commencé l’allemand en 5ème et rencontrent aujourd’hui d’importants difficultés. Le fait de créer son propre sujet leur permettait d’envisager quelque chose qui les intéressait et qui était à leur hauteur. Ainsi chaque élève a pu intégrer un groupe qui réalise un sujet à sa hauteur. Mais les élèves n’ont pas formés des groupes de niveau homogène. A l’intérieur des groupes les élèves pouvaient également réaliser une tâche en fonction de leurs compétences et capacités. Un élève plus faible par exemple va jouer le rôle du journaliste qui questionne un témoin (élève plus fort). Ainsi l’élève plus fort va aider l’élève plus faible à établir et formuler les questions en fonction de ses réponses.

Le matériel technique est très facile d’utilisation : Les fiches explicatives sont claires et pratiques et à la portée de tous même quand on n’a pas d’expérience avec la production radio.

Andrea Kother, professeur d’allemand
Lycée Franco Allemand, à Buc (78)

Matériel prêté dans le cadre de Créatice