Mettre un conte en images, des appareils photos en SEGPA Collège Auguste Renoir, Chatou

Publié le

Objectif : faire progresser les élèves dans leur relation au livre, à la lecture, à l’écriture.

Caroline Allemand, professeure documentaliste au collège Auguste-Renoir, à Chatou
nous transmet son compte-rendu d’utilisation d’une mallette d’ appareils photo numérique.

Le contexte

Dans le cadre du Module d’Aide Spécifique (MAS), j’ai des élèves de 6ème et de 5ème SEGPA mélangés. Soit 7 ou 8 élèves de chaque niveau pour un groupe complet de 15 élèves. J’ai 15 élèves le jeudi et 15 élèves le vendredi.
Ces heures sont difficiles, d’une part les élèves de SEGPA ne sont pas les plus scolaires, d’autre part le mélange des classes offre une occasion d’affrontements.
Le contenu pédagogique du MAS n’est pas précis. Mon cahier des charges est de faire progresser les élèves dans leur relation au livre, à la lecture et à l’écriture.
Lors de la séquence précédente, j’ai organisé un défi lecture, dans lequel les élèves se posaient des questions autour de contes lus ensemble.
Je leur ai proposé cette fois, de mettre un conte en image.
J’ai choisi 2 nouvelles tirées du recueil Avec la langue d’Adam Bagdasarian (chez Thierry Magnier).

Visées pédagogiques

Avec ce projet, je visais

  • appréhender le schéma narratif en identifiant et isolant les actions importantes.
  • différencier le discours du récit
  • b2i : utilisation d’un traitement de texte.
  • compétences transversales : s’engager dans un projet long + travailler en groupe, se répartir les tâches.

Évaluation
J’ai évalué à la fois la qualité du travail mais aussi l’investissement de chacun. Ainsi, il n’y pas une note par groupe mais par élève. J’ai donc à la fois évalué du savoir, du savoir-faire et du savoir être.

Pour être sûre qu’ils aient bien compris le schéma narratif, je leur demandé dans une évaluation suivante de me faire un résumé de l’histoire illustrée en se repérant par rapport aux photos prises.

Grille-évaluation

Matériel utilisé

Chaque groupe avait :

  • une photocopie de la nouvelle + un cahier pour noter leurs idées
  • appareils photos
  • des ordinateurs avec traitement de texte
  • accès à l’imprimante

Utilisation des appareils

La prise en main des appareils est très facile.
Les élèves ont été raisonnables et ne se sont pas amusés avec.
La qualité est très bonne.
Le transfert sur ordinateur est facile et rapide.

Déroulement du projet

  • Tout d’abord j’ai distribué une feuille de route, puis j’ai lu les 2 nouvelles.
    Fiche guide de début de séquence


  • Ensuite j’ai demandé aux élèves de se répartir pour former 2 équipes :
    une équipe « ma version de l’histoire » et une équipe « popularité ».
    Dans le groupe du jeudi, j’ai finalement fait 3 équipes, afin que les groupes soient restreints. Dans le groupe du vendredi, 4 élèves n’ont pas souhaité faire le projet. J’ai donc eu 2 équipes. Les 4 élèves ont fait des exercices de grammaire pendant ce temps.
    Le projet a commencé le 11 décembre et fini le 5 février.

Voici des extraits du travail sur le cahier et sur le texte.

Cahier 1
Cahier 2
Travail sur le texte

Bilan

Dans l’ensemble les élèves ont été plutôt accrocheurs avec ce projet. D’excellentes idées ont émergé.
Cependant les 2 dernières séances étaient plus chaotiques, car lors du passage au traitement de texte, je n’ai pas occupé tous les élèves, et leur désœuvrement a été bruyant.
La question de l’impression des images m’est apparue tardivement. Au collège nous n’avons pas d’imprimante couleur réservée au pédagogique. Ce fut donc fastidieux.
Les élèves furent très contents de recevoir leur petit livre.

Voici deux productions : cliquer sur les vignettes pour lire les contes écrits par les élèves.

Kamel
Popularité

Caroline Allemand, professeure documentaliste
Collège Auguste-Renoir, Chatou (78)

Matériel prêté dans le cadre de Créatice