Des baladeurs pour les élèves allophones arrivants École élémentaire Gustave-Flaubert à Trappes (78)

Publié le

Approfondir l’apprentissage de l’oral, en différenciant les exercices, pour des élèves non francophones.

Myriam Ponsar, professeure en UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants) à l’école élémentaire Gustave-Flaubert à Trappes, a emprunté une mallette de baladodiffusion. Voici son compte–rendu de l’utilisation de ce matériel (15 iPods Touch 8 Go, avec platine de synchronisation et un macbook).

Présentation du profil de la classe

L’UPE2A accueille des élèves du CP au CM2, non-francophones pour la plupart. Il y a donc une grande disparité dans un même groupe pour une même compétence. Cette particularité impose d’organiser des groupes en fonction des activités envisagées.

Activités proposées

Les i-pods étaient utilisés en classe pour des activités de compréhension orale et de production orale.
Production orale

  • Lecture
    • Lire un texte à haute voix et s’enregistrer
  • Langage oral
    • Parler de soi : se présenter
    • Parler en continu à partir d’images : raconter un événement (photos des séances de piscine transférées sur l’i-pod) ; décrire un personnage (illustrations des albums étudiés transférées sur l’i-pod)
    • Réciter une poésie

Compréhension orale

  • Lecture :
    • Activités de discrimination auditive à partir de documents audio
    • Écouter un texte enregistré par l’enseignant et répondre par écrit à des questions de compréhension orale
    • Écouter un texte enregistré par un autre élève et répondre à quelques questions de compréhension
  • Écrire
    • Écrire sous la dictée des syllabes, des mots ou des textes enregistrés
    • Regarder un film (durée 5 min) sur l’i-pod et répondre à des questions portant sur celui-ci

Conclusion : une expérimentation très positive.

L’utilisation de ce matériel en classe présente des intérêts à plusieurs niveaux :

  • Au niveau des élèves :
    • Aucune difficulté de manipulation du matériel (matériel familier aux élèves)
    • Autre rapport aux apprentissages :
      Les élèves sont plus autonomes par rapport aux activités. Ils peuvent écouter et réécouter les documents, revenir en arrière, modifier leurs productions. Les élèves avaient la maîtrise sur le déroulement de l’activité et pouvaient progresser à leur rythme. Ils avaient donc moins recours à l’enseignante.
    • A l’oral, les élèves produisent plus facilement.
  • Au niveau pédagogique :
    • Enrichir les possibilités de différenciation (possibilités d’enregistrer différentes versions d’un même exercice en fonction des compétences de chaque élève)
    • Faire une activité (récitation, dictée) avec l’ensemble des élèves en même temps alors que l’exercice est différencié pour chaque élève
    • Approfondir l’apprentissage de l’oral avec la possibilité de s’enregistrer, de s’écouter et d’améliorer sa production : le langage oral devient un véritable matériau de travail à partir duquel il est plus aisé de définir une progression

Myriam Ponsar, professeure
École élémentaire Gustave-Flaubert, Trappes (78)

Matériel prêté dans le cadre de Créatice