Correction d’exercices de maths avec le visualiseur Collège Georges-Pompidou, Orgerus (78)

Publié le

Gagner du temps, améliorer la participation orale lors des corrections en classe.

Marion Anquetil, professeure de mathématiques au collège Georges-Pompidou, à Orgerus, témoigne de son expérimentation du visualiseur en classe.

Pourquoi un visualiseur ?

La correction des exercices est un moment particulier pour le professeur qui doit maintenir l’attention des élèves pendant que l’un d’entre eux recopie péniblement son travail au tableau. Si en plus il y a une figure à reproduire, alors cela tourne au supplice pour l’élève et pour le prof !
Alléger le travail de recopie inutile et se concentrer sur les productions des élèves fut donc la raison principale de ma demande de prêt d’un visualiseur à Créatice.
A l’usage, je me suis rendue compte que cet outil permettait beaucoup plus !

Prise en main

Une fois que j’ai eu compris « la » bonne façon d’allumer le visualiseur prêté, cet outil s’est révélé très facile à manipuler :

  • un bras mobile permet de positionner facilement la feuille de l’élève.
  • des boutons situés directement sur l’appareil permettent de régler la luminosité, faire une mise au point automatique, prendre une photo ou une vidéo numérique et geler l’image.
  • le logiciel fourni permet un affichage en plein écran (je l’utilisais systématiquement comme cela) et toutes sortes de manipulations sur l’image (annotations, retouches... ).

    La salle dans laquelle j’enseigne est équipée d’un vidéoprojecteur mais ne dispose pas de rideaux. Le problème récurrent a donc été de gérer la luminosité extérieure et les reflets lors des projections afin que les élèves puissent lire le tableau, même lorsque c’était écrit au crayon à papier. J’ai donc rapidement su manipuler les outils de contraste et de luminosité du visualiseur avec efficacité !

Utilisation en cours de maths

J’enseigne au collège à quatre classes dans trois niveaux différents (6e, 4e et 3e). J’ai utilisé quotidiennement le visualiseur avec chacune de ces classes.

Lors des corrections d’exercices, j’envoie un élève placer sa feuille sous le visualiseur. Il est face à la classe et doit oraliser pour expliquer et défendre son travail. Les autres élèves questionnent et font remonter les erreurs éventuelles. L’élève au tableau peut se corriger et annoter directement sur sa propre feuille. Quel gain de temps !

Je peux aussi prendre en photo le travail de plusieurs élèves et ainsi comparer les méthodes ou faire apparaître les erreurs récurrentes. C’est assez rapide pour que ceux qui s’exclament « Moi, j’ai fait autrement... » puissent tous passer au tableau. Pour les exposés ou les travaux de groupe, le compte-rendu se fait sur une feuille simple que les élèves projettent grâce au visualiseur. Ils peuvent ensuite commenter et annoter leur feuille ou le tableau. Le bilan est donc immédiatement accessible et enregistrable.

Montrer son travail « réel » incite les élèves à rédiger proprement. Les abréviations, les petits dessins et les réponses monosyllabiques disparaissent progressivement des copies... Venir au tableau valorise ainsi les élèves sérieux et incite ceux dont l’écriture ressemble à des hiéroglyphes à faire un effort de lisibilité !

En géométrie, les élèves viennent, avec leur propre matériel, réaliser sous le visualiseur un tracé précis, confortablement installés au bureau. En prenant en vidéo les différentes étapes du tracé, il suffit ensuite de lancer la vidéo en boucle pour que tous sachent reproduire la figure. On évite ainsi à nos élèves de batailler avec les instruments de géométrie du tableau. Là encore, c’est un gain de temps et de précision non négligeable !

Et en conclusion...

J’ai participé avec ma classe de 3e au salon InterTICE 2014 qui avait lieu à La Défense cette année. Nous avons présenté un travail utilisant le logiciel de géométrie dynamique GEOGEBRA et le visualiseur.

Cette expérience fut très enrichissante, pour les élèves comme pour moi et concluait admirablement les 6 semaines de prêt du visualiseur. Cet objet est vite devenu un outil indispensable ! Et je ruminais de devoir le rendre bientôt...
Quelle ne fût pas ma joie de découvrir alors que, grâce à notre participation au salon, nous avions gagné un visualiseur pour le collège ! Conquise par cet outil, je compte bien encore l’exploiter pleinement et en découvrir de nouvelles utilisations...

Quelques commentaires des élèves sur l’utilisation du visualiseur

d’une classe de 6e :
« C’est pratique parce qu’on n’écrit plus au tableau. » (un élève bénéficiant d’un PAI pour dyslexie)
« On peut mettre freeze et enlever la feuille ! Très pratique. » Ségolène
« On peut corriger directement sur nos feuilles. » Océane
« J’aime bien car comme ça les camarades voit ce que j’ai fait.  » Dylan
« C’est super car on peut faire plein de corrections avec toute la classe.  » Quentin
« C’est pratique car on voit plus gros. » Julien

d’une classe de 4e :
« On devrait avoir ça dans toutes les salles de maths, ça nous fait gagner du temps. » Thimothée
« C’est super car on n’a pas besoin de tout recopier sur le tableau. » Indra
« C’est sympa de montrer sa feuille au tableau. » Manon

d’une classe de 3e :
« Ça anime les cours, on joue au prof.  » Anonyme
« J’ai bien aimé car ça nous évite de réécrire l’exercice que l’on a fait au tableau. Le côté négatif c’est qu’on doit bien écrire pour que tout le monde voit.  » Nolwenn
« C’est un objet intéressant mais surtout assez dangereux : j’étais en train de dessiner sur ma copie d’exercice et ma prof m’a demandé de l’apporter au visualiseur... Toute la classe a pu voir mes dessins, depuis je dessine moins sur mes feuilles d’exercices... » Clémence
« Un appareil utile qui permet de faire profiter à tout le monde des exercices des autres. Et évite d’écrire au tableau, donc économie de feutres. » Anonyme
« C’est bien car c’est un peu nous qui travaillons au tableau et non le professeur. » Léa

En savoir plus sur le site du collège

Marion Anquetil, professeure de mathématiques
Collège Georges-Pompidou, Orgerus


Matériel prêté dans le cadre de CréaTice