Piloter le TNI avec une tablette en cours d’anglais Collège Doisneau, Itteville, 91

Publié le

Sandrine Dumazer, enseignante en anglais au collège Robert Doisneau d’Itteville, a expérimenté l’usage d’une tablette TNI en classe, de la rentrée des vacances d’hiver jusqu’à mi-juin 2013.

" Je me déplace en permanence pendant mes cours, et une tablette me donnerait une plus grande liberté. De plus, elle permettrait aux élèves d’interagir avec le tableau sans qu’ils aient à se déplacer, ce qui serait sans nul doute un réel gain de temps."

Ainsi, ses objectifs pour ce prêt de matériel :

  • gagner du temps dans la mise en oeuvre des cours
  • faire interagir les élèves d’une manière différente

Voici son retour d’usage et ses remarques :

Installation, mise en service
J’ai trouvé l’installation et la mise en service de la tablette très aisées et à la portée de tout le monde. Je n’ai rencontré aucun problème technique lors de mes utilisations. J’ai également pu télécharger le logiciel Mimio mais ne m’en suis pas servie car je possède déjà la maîtrise d’un logiciel pour TNI et n’ai pas eu le temps d’explorer le logiciel Mimio, ce que je compte faire par la suite.

Utilisation côté enseignant
L’un de mes objectifs étaient de pouvoir gagner du temps pendant mes cours et m’éviter d’avoir à revenir au tableau pour écrire par exemple. L’utilisation de la tablette s’est avérée assez compliquée à ce niveau. En fait, elle m’a été fort utile lorsque je n’avais qu’un clic à faire -comme pour changer de page, activer un lien…- mais pour ce qui est de l’écriture, je ne suis pas parvenue à ce que je souhaitais. J’ai trouvé l’utilisation du stylet pour écrire très hasardeuse. Aussi ai-je vite renoncé.

Utilisation côté élèves
Les élèves ont été confrontés aux mêmes difficultés que moi quant à l’utilisation du stylet. Toutefois, certains ont vite appris à manier l’objet et ont apprécié. Grâce à la tablette, j’ai pu diversifier un peu la manière de conduire le cours, et en cela, je trouve que c’est positif. Les élèves ont pu acquérir des structures linguistiques nouvelles pour demander, obtenir, ou se faire passer la tablette.

Conclusion
L’utilisation de la tablette a plu aux élèves et m’a permis de varier un peu plus mes cours. Je regrette toutefois que le stylet soit si difficile à prendre en main pour l’écriture. Mon objectif majeur qui était de gagner du temps n’a pas été vraiment atteint mais cette expérience demeure néanmoins globalement positive.

Sandrine Dumazer
Professeure d’anglais
Collège Robert Doisneau, Itteville

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice