Participation et évaluation en histoire géo : les boîtiers d’expression Collège Rosa Luxembourg, Lisses (91)

Publié le

En évaluation, des résultats en progrès, car les élèves plus faibles ne sont pas pénalisés par la rédaction.

Éric Joly, professeur d’histoire-géographie-éducation civique au collège Rosa-Luxembourg, à Lisses, a utilisé une mallette de 32 boîtiers d’expression, de mars à juin 2013. Voici son témoignage.

Prise en main avec les élèves : objectifs, principes, finalités
Une séance a été consacrée à la prise en main et la découverte des types de questions possibles.
J’ai expliqué notamment les 4 façons dont j’utiliserai les boîtiers :

  • La production de questions improvisées à tout moment du cours, sorte d’« oral numérique collectif ».
  • Les exercices faits en classe (avec cahier, boîtier et TNI), permettant une auto-évaluation.
  • Les évaluations rapides pour vérifier les acquis de la leçon précédente (sous forme d’un mini questionnaire), mais non notées.
  • Les contrôles.
    Les boîtiers restent sur la table toute la journée. Ainsi à chaque début d’heure de cours, les élèves y rentrent leur
    code pin associé à leur nom, pour le personnaliser. Cette opération au fil des jours s’effectue de plus en plus rapidement et prend souvent moins d’une minute au bout de quelques séances d’utilisation.
    Il est important aussi de faire comprendre aux élèves que ce n’est qu’un outil, comme une règle, un rapporteur, un compas ou des crayons de couleur, que l’on utilisera qu’occasionnellement, lorsque c’est nécessaire. Cette recommandation est assez bien assimilée au bout d’une semaine d’utilisation. L’aspect technique et ludique est progressivement écarté pour n’y voir finalement qu’un outil pédagogique.
    Les élèves prendront aussi l’habitude de vérifier que leurs réponses ont bien été validées en observant le changement de couleur dans la liste des « votants » de la classe affichée dans un coin du TNI.
    Dans tous les cas, quelques principes s’imposent pour éviter la routine ou la lassitude :
  • Diversifier les situations et les applications : mobiliser un savoir, vérifier la compréhension d’une notion, d’un mot, développer une compétence, relever des informations, localiser sur une carte…
  • Diversifier les types de question (numérique : une date par exemple, choix multiples, vrai/faux, trier par ordre, texte).
  • Utiliser les boîtiers de manière non prolongée : moins de 20 minutes en continu, si possible.

Utilisation des boîtiers
Un exemple qui rassemble l’ensemble de ces critères :
Il s’agit d’une courte évaluation en début de cours de 3ème pour vérifier les acquis de la leçon précédente, en 10 questions (environ 12 mn). Je lis à haute voix la question dès que je fais apparaître la page sur le TNI.
Ainsi tous les élèves répondent au même moment à chaque question.

Test 3è, ONU


Un exemple d’exercice de 5è, avec cahier et boîtiers, consistant à comparer le style roman au style gothique. Les scores et réponses aux questions sont directement accessibles sur l’ordinateur.

Exercice 5è, styles roman et gothique



Un contrôle d’éducation civique, avec des questions « texte » où un mot précis est attendu, et des questions « texte » qui laisse un champ libre de réponses possibles.

Contrôle d’éducation civique


Bilan

  • Des avantages
    La prise en main a été rapide par les élèves, globalement très à l’aise avec cet outil, d’autant qu’ils étaient déjà familiarisés avec le TNI et son interface. Très peu de bugs.
    Toutes les évaluations prises en compte dans le contrôle continu ont permis d’obtenir des résultats en progrès, car les élèves plus faibles n’ont pas été pénalisés par la rédaction.
    Quelques élèves en difficulté ou peu motivés ont repris confiance en participant aux activités de manière collective mais en les préservant aussi du regard ou du jugement des autres.
    La concentration pendant les phases d’utilisation des boîtiers est optimale et tous les élèves sont actifs.
    En fin d’année, l’ensemble des élèves a été sondé. Il en ressort une grande satisfaction.
  • Quelques inconvénients toutefois
    Une prise en main au CDDP plus approfondie est nécessaire. Il n’a pas été possible d’utiliser toutes les fonctionnalités du logiciel, notamment de faire des questionnaires auto-rythmés.
    L’écran des boîtiers n’est pas rétro-éclairé.
    Pas d’affiche des questions sur l’écran des boîtiers.
    Les boîtiers fonctionnent sur pile, et certains boîtiers n’étaient plus opérationnels à cause des piles, vraisemblablement celles d’origine.
    Quelques élèves se sont plaints des touches peu sensibles ou guère réactives.

Éric Joly, professeur d’histoire-géographie-éducation civique
Collège Rosa-Luxembourg, Lisses
Matériel prêté dans le cadre de CréaTice