Les musées de Londres, reportages vidéo de lycéens Lycée Gustave-Monod, Enghien-les-Bains

Publié le

Antoine GILLES, professeur de mathématiques et de mathématiques en anglais, et Anissa Ben Fadhel, professeure d’histoire-géographie et d’histoire-géographie en anglais au lycée Gustave-Monod, à Enghien-les-Bains, organisent depuis plusieurs années un voyage à Londres avec les deux classes de seconde de section européenne du lycée.
L’un des objectifs de ce voyage est de préparer les élèves à l’oral de validation de la mention européenne au baccalauréat. Lors de cet oral, il leur est entre autres demandé de décrire un voyage à l’étranger effectué pendant leur scolarité. Nous avions jusqu’ici fait remplir aux élèves un livret où ils avaient, dans chaque musée visité, une série de questions auxquelles ils devaient répondre ainsi que diverses parties réservées à la description d’événements du quotidien. Cela leur permettait, deux ans plus tard, avant leur oral du baccalauréat de se remémorer les moments importants du voyage.
Cette année, avec le prêt de matériel vidéo de CréaTice, nous avions comme projet de confier une caméra vidéo à chaque groupe d’élèves, dans chaque musée, leur permettant de se filmer sous forme de reportage où certains poseraient les questions du livret et d’autres répondraient en filmant les pièces du musée permettant de répondre.
Nous réaliserions ensuite un montage par groupe et présenterions les divers films à un jury de collègues pour élire la meilleure série de reportages.
Nous avons emprunté la mallette CREATICE (caméras+micros+Pc pour montage sur Kdenlive) du 11/01/2013 au 18/04/2013.
Les élèves devaient filmer par groupes de 4 ou 5 (deux groupes par musée). Nous leur donnions des consignes rapides quant à l’utilisation du matériel (5 à 10 minutes au début de la visite) et les lâchions dans le musée avec des thèmes plus ou moins précis à traiter.
L’avantage du matériel de la mallette est qu’il est facilement transportable et suffisamment discret pour que les musées autorisent nos groupes à filmer (le format téléphone portable des caméras a convaincu plusieurs gardiens au départ récalcitrants). De plus, il est extrêmement intuitif et les élèves se le sont rapidement approprié.
Sur les conseils de notre formateur, nous avons fait l’acquisition de deux tripods (taille moyenne) qui ont facilité les prises de vue de plan fixe. Il faut ajouter à cela que la diversité du matériel pour chaque groupe (caméra + micro + écran blanc) a obligé nos groupes qui venaient de classes différentes, à travailler en commun.
Le fait d’avoir un pc à disposition nous a permis de vider les caméras au fur et à mesure, évitant d’avoir un problème de stockage. Cela nous a aussi permis de faire une première prise en main du programme de montage le soir-même des visites et ainsi préciser certaines consignes de prise de vue aux groupes suivants les jours suivants.
En revanche, nous avons eu quelques difficultés avec les plans larges (façade de musée, vue de la ville depuis un pont ou une muraille) : l’angle de vue n’est pas assez large, ou nécessite un recul trop important. Nous avons aussi utilisé un sac à dos plutôt que la grosse mallette dans les musées. La mallette restait dans le bus pendant les visites.
Nous n’avons pas eu le temps (défaut d’organisation de notre part) de faire faire l’ensemble du montage de notre film par les élèves. Nous avons donc fait le montage nous-mêmes. Notre expérience du montage était pour ainsi dire nulle avant la prise en main du programme Kdenlive. La prise en main, grâce aux explications qui nous ont été fournies au départ, a été assez rapide (une demi-journée pour la prise en main général, les essais de transition…). Le montage, très basique (plan pris par les élèves mis bout à bout sans véritable scénario) et qui doit être amélioré (pas de musique de fond, pas de doublage sur les voix peu audible lors de la prise de vue dans le musée) a été fait en deux ou trois jours approximativement.
Nous sommes donc très contents de la composition de la mallette et avons essayé de profiter au maximum de ses possibilités en fonction du temps dont nous disposions. Il faudrait donc peut-être prévenir les futurs emprunteurs qu’il faut réellement prévoir l’avant et après tournage dans le cadre du travail en classe. Nous réemprunterons sans doute cette mallette l’an prochain !

Antoine GILLES, professeur de mathématiques et de mathématiques en anglais
Anissa Ben Fadhel, professeure d’histoire-géographie et d’histoire-géographie en anglais
Lycée Gustave-Monod, à Enghien-les-Bains

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice