Des Ipads en CE2 Ecole du Haut des Guérines, L’Etang la Ville, 78

Publié le

Un outil très pratique en classe.

Phase 1 : Prise en main, installation, fonctionnement

Points négatifs :

  • Connexion WIFI : ma classe était trop éloignée de la borne Wifi et je ne pouvais pas accéder à internet. La mairie a dû faire intervenir le service de maintenance informatique, pour faire des travaux d’extension de la borne Wifi. Le service de maintenance informatique a dû se déplacer pour connecter les 15 Ipad (coût supplémentaire pour la mairie).
  • Applications : on aimerait télécharger certaines applications très intéressantes pour l’exploitation en classe, mais elles sont payantes. Comment les facturer ? L’enseignant ne peut pas prendre à sa charge ces frais, car il s’agit seulement d’un matériel de prêt. Pour les applications gratuites, j’aurais aimé avoir le code d’accès de la MDE.
  • Transport de la caisse avec Ipad : La caisse est extrêmement lourde, il faudrait un petit chariot à roulettes
  • Entreposage : ce matériel de grande valeur doit être entreposé dans un endroit sécurisé dont je ne disposais pas vraiment, et qui aurait pu être volé relativement aisément. L’assurance de l’OCCE qui est censée couvrir le vol éventuel a un montant limité, qui est inférieur à la valeur réelle des Ipad. Problème à repenser et à clarifier avec les enseignants emprunteurs.

Points positifs :

  • La caisse où se rangent les 15 ipad et qui permet de les charger tous en même temps est très pratique.
  • Prise en main : les élèves ont pris en main très vite les tablettes, ils savent s’en servir intuitivement, beaucoup mieux que l’ordinateur.

Phase 2 : Exploitation en classe

  • Utilisation de "Pages" : les élèves ont utilisé cette application pour taper des textes qu’on avait inventés (poèmes et slogans pour notre campagne sur le développement durable). Familiarisation avec le traitement de texte et la mise en page, d’autant qu’ils savaient déjà s’en servir sur word, ils ont donc retrouvé certaines fonctionnalités.
  • Utilisation de "Safari" : les élèves ont appris à naviguer sur un site internet (celui de l’Etang-la-Ville), comprendre comment il était structuré et sont allés chercher des informations (questionnaire à remplir).
  • Utilisation de l’appareil photo : Dans la cour, ils devaient retrouver l’emplacement de détails que je leur avais donné sur des photos que j’avais prises. Cette activité leur a permis de développer leur capacité d’observation et d’utiliser l’Ipad pour retrouver le détail et l’angle sous lequel il avait été pris.

Points positifs :

  • L’outil est très facile d’utilisation en classe. Pas besoin de changer de pièce, le matériel est très léger et très facile à sortir et à rentrer de la classe. Pas de bugs, mise en route immédiate, possibilité d’être nomade, sortir dans la cour, faire un circuit avec…

Points négatifs :

  • la gestion d’une classe entière utilisant les tablettes.
    Les premières séances sont agitées, car les élèves sont extrêmement enthousiastes, mais plus ils se familiarisent, plus ils se calment. L’utilisation à deux par ipad génère nécessairement plus de bruit, disposer d’un ipad par élève serait certainement plus facile mais cette utilisation en binôme permet quand-même l’entraide.
    Il faut gérer l’utilisation de sites ou d’application « parasites » qui les intéresse forcément (youtube, facebook, appareil photo…)
  • Ne pas avoir les mêmes applications sur les 15 ipads. Il faudrait une synchronisation au départ et une aide pour télécharger des applications identiques. Ne pas pouvoir imprimer leur travail facilement et immédiatement est un frein à l’utilisation.

Conclusion :

Beaucoup d’exploitations possibles, une fois qu’on s’est familiarisé avec la tablette. L’ipad est un outil qui est enfin facile à mettre en œuvre dans une classe, sans perdre de temps.
Personnellement, j’utilise la tablette et le vidéoprojecteur pour faire mes cours et je trouve que c’est vraiment un excellent outil dont je ne pourrais plus me passer.
L’utilisation par les élèves eux-mêmes, au stade où je l’ai fait avec eux, ne me paraît pas suffisante pour emporter mon adhésion.
En revanche, il me paraitrait vraiment bien, si on passait « au stade supérieur », de pouvoir disposer d’une tablette pour chaque élève, avec les manuels numériques téléchargés dessus, et l’utiliser toute l’année pour que l’outil soit intégré à l’ensemble des apprentissages.

Mais, encore une fois, en CE2, cet outil ne doit pas encore prendre le pas sur les fondamentaux où l’utilisation du stylo, du papier, est encore la base, qu’ils ne maîtrisent pas encore tout à fait.

Lucile Morane, Professeure des écoles à l’école du Haut des Guérines, L’Etang la Ville, 78
Emprunt réalisé dans le cadre de Créatice