Un enquête scientifique sur le Web en 3ème avec des Ipads Collège Martin Luther King, Buc, 78

Publié le

Anne-Marie Michaud, professeur de SVT au collège Martin Luther King de Buc, a mené, à l’aide d’une mallette d’Ipads, un projet de recherche documentaire en 3ème avec les outils du web social.

Le projet consistait en une recherche documentaire en classe de 3e en SVT autour de thèmes concernant la responsabilité en matière de santé et d’environnement. Pour réaliser cette recherche, les élèves ont mené, en équipe, une enquête en utilisant des outils du web social : wikipédia, twitter, youtube, ainsi que des moteurs de recherche (google, bing). Ils ont ensuite partagé les résultats de leurs recherches grâce à un site de bookmarking social : diigo. Ils ont enfin répondu à leur sujet sous la forme d’un Prezi qu’ils ont présenté à l’oral devant l’ensemble de la classe.
La demande d’une mallette de tablettes a été motivée par la possibilité de travailler en classe de SVT au lieu de devoir se déplacer en salle multimédia, ainsi que par la possibilité d’utiliser facilement des applications pour créer du contenu multimédia : enregistrement de sons, création de dessins, de petites vidéos, ce qui aurait permis d’enrichir les prezis.
Une sélection des travaux des élèves peut être consultée sur le blog CRDP Sciences’n click.

Une mallette facile à utiliser à condition d’être familier de l’écosystème Apple

La prise en main de la mallette est aisée pour une personne qui maîtrise iTunes. On peut facilement synchroniser d’un coup l’ensemble des tablettes. Pour quelqu’un qui ne connaît pas l’écosystème Apple, cela demande un petit investissement en temps pour bien comprendre comment choisir les différentes options afin de mettre à jour/synchroniser. Il faut aussi bien réfléchir au départ sur la manière de récupérer les travaux des élèves : par courrier électronique (configuration de la messagerie nécessaire), par dropbox ou via iTunes (solution que j’ai choisie).
L’apple TV s’est révélée très facile à utiliser. Il est simple de projeter les écrans des tablettes pendant la séance, ce qui est très pratique pour apporter des informations sur une fonctionnalité ou bien préciser les consignes.

Une prise en main quasi immédiate des iPads par les élèves

Les élèves n’ont pas rencontré de vrais difficultés pour l’utilisation des tablettes, et ce, malgré le fait que certains d’entre eux n’en avaient jamais utilisé.

Quelques exemples d’activités réalisées par les élèves

  • Création d’une carte heuristique

Chaque élève a réalisé une carte heuristique sur un thème de recherche via l’application Idea Sketch. Les cartes obtenues sont esthétiques ce qui est motivant pour les élèves. Ceux-ci ont toutefois rencontré quelques difficultés pour manipuler les items. Le glisser/déposer n’est pas toujours évident sur un écran tactile, moins précis qu’une souris. L’application ne permettait pas non plus d’illustrer les cartes. La récupération des cartes nécessite quant à elle de passer par iTunes.

  • Partage de signets

Au cours de leurs recherches, les élèves ont très vite exprimé le besoin de partager des urls entre membres d’une même équipe. Il leur a donc été proposé d’utiliser Diigo, un service de bookmarking social qui permet d’enregistrer ses signets en ligne et de les partager avec d’autres utilisateurs. Cette application s’est révélée très difficile à utiliser en classe : créer un compte d’équipe nécessitait une validation par mail. Etape qui devient très compliquée lorsque les élèves n’ont pas accès à leur webmail personnel à cause du pare-feu de l’établissement. L’ergonomie de l’application laissait aussi à désirer, il a fallu expliquer à chaque groupe comment ajouter un signet. Enfin, le service est prévu pour des anglophones : gare aux urls trop longues ou comportant des caractères accentués (comme celles de wikipédia.fr) !

  • Réalisation d’un prezi

Le projet s’est terminé par la réalisation d’un Prezi. L’application Prezi permet de consulter des exemples de Prezi réalisés par d’autres utilisateurs, les élèves ont ainsi découverts toute la palette de possibilités offertes par cet outil. Mais son intérêt s’arrête là car elle offre des possibilités d’édition d’un Prezi trop limitées. Il n’est en effet pas possible d’ajouter des images ou des vidéos via cette application.

  • Navigateur Safari

Dernière application utilisée mais non la moindre : le navigateur internet (safari). Ce fut l’application la plus utilisée par les élèves puisqu’ils ont pu accéder grâce à elle à twitter, wikipédia, et bien évidemment aux différents moteurs de recherche.
C’est aussi grâce à cette application qu’ils ont été évalués. En effet, ils devaient répondre à un sondage réalisé grâce à google drive sur la fiabilité de l’information trouvée pendant leurs recherches.

  • Quelques conseils dans le choix des applications :
    Attention au moment de choisir les applications utilisées. En effet, certaines peuvent se révéler très décevantes par rapport à leur version web.
    Il vaut mieux limiter le nombre d’applications utilisées avec les élèves. Multiplier les applications augmente le temps nécessaire à leur prise en main au détriment du travail à effectuer.
    La possibilité de se connecter à L’ENT de l’établissement est certainement une voie à creuser pour partager les documents, récupérer les travaux des élèves. Faute de temps, cette possibilité est restée inexplorée.

Un bilan très positif

Ce projet a mobilisé plus 3 classes de 3e soit 90 élèves environ et s’est déroulé sur 42 heures d’enseignement. Quel est mon bilan de l’utilisation de la mallette iPads en classe ?

  • Des séances didactiques et non plus techniques

Les problèmes techniques sont réduits au strict minimum et se résolvent en quelques secondes.
Les échanges entre élèves et entre professeur et élèves ont porté essentiellement sur le contenu du travail à réaliser et très peu sur l’aspect technique. Aucun ordinateur à dépanner en urgence pendant les séances.

  • Une technologie transparente favorisant les pédagogies actives

C’est la première fois que j’utilise un outil technique qui ne me demande pas d’adapter la démarche pédagogique que j’ai choisie. Contrairement au Tableau Numérique Interactif, qui incite implicitement à préparer des séances en cours magistral, ou à la salle informatique pour laquelle la démarche de l’élève sera souvent très guidée, les tablettes se prêtent très bien à des activités ouvertes dans lesquelles les élèves vont pouvoir suivre leur propre cheminement.
Plus important encore, les élèves sont immergés dans l’activité proposée. Le niveau de concentration est maximal pendant toute la séance. Ils se sont révélés au final assez peu distraits par la possibilité de surfer sur d’autres sites web ou d’utiliser des applications ludiques.

Anne-Marie Michaud, Professeure de SVT au Collège Martin Luther King, Buc, 78
Emprunt réalisé dans le cadre de Créatice