Profesiones, la balado en cours d’espagnol Collège Jean-François-Clervoy, Franconville

Publié le

Voici un compte-rendu de séquence "PROFESIONES" avec l’utilisation de la balado en section euro espagnol, au collège Jean-François-Clervoy, Franconville, par Sandra Garcia Thiriet, professeure d’espagnol.

N’ayant aucune expérience de l’utilisation des Ipods en classe, j’ai préféré faire l’expérience balado avec une classe à petit effectif, ce qui m’a permis d’effectuer des réglages techniques assez rapidement et sereinement, tout en profitant des connaissances techniques des IPODS des élèves.
Je dois dire que les élèves les ont adopté très rapidement et qu’ils ont su les manipuler efficacement.

  • 1ère séance :

J’ai rappelé aux élèves qu’ils s’agissait d’un emprunt, et qu’ils devaient évidemment faire très attention au matériel qu’ils devaient rendre à chaque fin d’activité. Je leur ai attribué un Ipod chacun, ils ont donc eu le même tout au long de la séquence. Je leur ai laissé quelques minutes pour se familiariser avec l’appareil, et ils ont très vite accédé aux jeux installés dont je ne soupçonnais pas l’existence !
Dès que je leur ai proposé le travail, ils ont cherché le document audio, se sont mis immédiatement à l’écouter très sérieusement pour remplir la fiche de compréhension. Les élèves ont pu, à leur rythme, remplir la fiche d’aide à la compréhension.
Tous l’ont remplie de plein gré !

CO Mi familia : c’est une compréhension orale assez claire et simple reprenant la présentation et les métiers exercés par quelques membres de la famille.

Mi familia

Nous avons procédé à une correction en commun, tous les élèves y ont participé, il y a eu peu d’erreurs de compréhension.

Mi familia

Les élèves ayant travaillé à leur rythme, j’ai pu les guider individuellement lorsqu’ils étaient dans l’erreur, souvent une simple réécoute de l’extrait leur a permis de trouver la bonne réponse, et cela leur a permis d’effectuer un travail personnel efficace, avec moins d’erreurs, ce qui me semble être encourageant puisqu’ils sont en position de réussite.

De plus, les élèves ayant fini leur compréhension avant les autres ont pu enchaîner sur le deuxième exercice plutôt que d’attendre que les autres aient fini. Pas de place aux bavardages inutiles !

En devoir maison je leur ai demandé de préparer par écrit , en s’aidant de la fiche de compréhension, une présentation des métiers de leurs parents, études ou professions de leurs frères et sœurs à la manière de la colombienne.

  • 2ème séance :

Une reprise orale s’est faite en début de cours et je l’ai trouvée moins hésitante que d’habitude, les élèves se sont portés plus rapidement volontaires pour intervenir, et beaucoup n’ont pas eu besoin de leur fiche pour retrouver le vocabulaire. IL semble donc qu’ils aient intégré le vocabulaire pendant leur écoute en classe, et ont pu le réutiliser plus efficacement.

Le deuxième travail consistait à s’enregistrer en faisant la présentation qu’ils avaient à préparer chez eux. Les élèves se sont mis au travail à leur rythme, j’ai donc ainsi guider les élèves qui en avaient le plus besoin, (ceux qui font peu leurs devoirs) (ici sur le vocabulaire précis, la correction des temps employés, méthodologie en consultant à nouveau leur fiche), et ceux-là même me sollicitaient pour améliorer leur présentation.

Ayant la possibilité d’entendre leur enregistrement, les élèves au début s’en amusent et peuvent employer des tonalités étonnantes, mais à la fin nous avons obtenu une présentation orale de qualité que nous avons eu tout le loisir de décortiquer en les réécoutant, en relevant les fautes d’accents, de prononciation, grammaticales ou lexicales afin que l’élève puisse ensuite se corriger.

Fiche correction
  • 3ème séance :

Je leur ai distribué une fiche individuelle reprenant leurs différentes fautes et je leur ai demandé à la maison de s’entraîner à nouveau pour une prestation plus nette, mieux prononcée notamment (puisque nous avions déjà corrigé la plupart des fautes la séance dernière).
J’aurais pu leur demander de s’enregistrer à nouveau mais j’ai opté pour une évaluation orale en classe, évaluation positive puisque les élèves s’y sont mieux préparés en classe.

Vidéo muette de Mafalda : Mafalda observe sa maman qui passe son temps à faire des tâches ménagères, elle lui demande à la fin ce qu’elle ferait si elle vivait vraiment.

Video Mafalda

Cette vidéo permet de revoir la forme progressive et de faire acquérir aux élèves la forme : si + subjonctif imparfait (à valeur conditionnel) suivi du conditionnel (qu’ils n’avaient pas rencontrés jusqu’à maintenant) tout en réemployant le lexique des métiers.

Une fiche d’aide au commentaire leur a été fournie et je les ai laissé la remplir en autonomie . Une fois de plus, ils se sont mis au travail rapidement. La fiche remplie, nous avons procédé à la mise en commun, et tous les élèves ont pu y participer.

En deuxième partie, une fois avoir repris la phrase de Mafalda : Mafalda le pregunta si viviera qué haría, en EOC les élèves ont repris la même formule Si viviera su madre haría de azafata, si viviera su madre, ella sería maestra de escuela....puis si fuera su madre, yo haría de abogada/yo sería médica....
Nous avons pu aisément formuler une conclusion employant le conditionnel (plus facile à en comprendre la formation : infinitif + ía) se mettant à la place de la mère de Mafalda et en émettant des hypothèses : La madre se sentiría ofendida ya que lo hace todo por la familia. Pensaría que su hija tiene razón ,que podría ejercer un oficio más interesante como el de ….

Cette EOC m’a semblé plus dynamique que lors d’un cours plus classique, de plus, les élèves se sont appropriés rapidement des notions que je voulais qu’ils utilisent. Je verrai dans une autre séquence s’ils arrivent à les réemployer.

  • 4ème séance : la reprise orale du commentaire de la vidéo s’est révélée très satisfaisante, les élèves ont bien reformulé le cours, les erreurs relevées se portaient davantage sur le subjonctif imparfait qui demande un apprentissage plus approfondi.

L’objectif de l’activité suivante était de compléter une entrevue d’embauche en séparant les répliques de l’employeur et du futur employé, le IPOD permet en effet de revenir en arrière, de faire des pauses pour prendre des notes, exercice plutôt rébarbatif lorsque nous procédons à une écoute commune. L’entrevue est d’un niveau plus élevé, le but n’était pas de tout comprendre mais de retrouver des expressions déjà rencontrées ou en rapport avec la séquence PROFESIONES.

Entrevista

Après avoir corrigé, nous avons ensemble répondu aux questions de compréhension qui demandaient de justifier les fausses réponses. Compte-tenu de la densité du dialogue, le premier exercice d’écoute et de remplissage du texte à trou leur a été certainement plus utile pour retrouver les phrases justifiant leurs réponses, que si nous avions procédé de manière classique en classe entière. Réécouter autant de fois nécessaires pour réussir l’exercice leur a été plus bénéfique qu’un exercice de ce même type en écoute commune qui en aurait découragé plus d’un, même dans cette section euro, où plusieurs élèves ont un niveau très juste moyen.

Sanchez y Juan entrevista
  • 5 ème séance : lecture du dialogue, reformulation du dialogue en binôme et enregistrement

L’objectif de cette séance était de se mettre en situation dialoguée : il fallait donc s’entraîner à la lecture, écouter à nouveau l’entrevue pour s’approprier des différentes tonalités, du rythme du temps de parole, et enfin faire un effort de prononciation. C’est il me semble un très bon exercice que nous faisons trop rarement en classe, et les conseils que l’on donne aux élèves ne sont plus d’ordre lexical ou grammatical mais d’accentuation, de prononciation et de cadence.
Le professeur n’a plus qu’à les observer parler en continu, répéter, se corriger, harmoniser pour rendre le meilleur dialogue possible. Leur temps de parole en espagnol n’a jamais été aussi long !

  • 6ème séance : rédaction et mise en situation d’une entrevue en binôme en réutilisant les formules employées dans le dialogue Entrevista Señora Sanchez y Juan.

Les élèves n’ont plus qu’à mettre en pratique leurs connaissances respectives sur une entrevue d’embauche, tout en exploitant au mieux le dialogue étudié auparavant. J’attends évidemment qu’ils y incluent la forme si + subjonctif imparfait suivi du conditionnel.

Respuestas Juan

Conclusion de l’enseignant :
Cette expérience m’a confortée dans la nécessité d’avoir ce type de matériel à disposition dans la mesure où toutes les activités effectuées permettent à l’élève de travailler de manière autonome, à son rythme, de gagner en confiance, de se sentir plus à l’aise à l’oral, et par ce fait, d’être en situation de réussite.
De plus, l’élève, rendant un travail individuel oral, va faire de son mieux pour rendre un enregistrement de qualité. Il se trouve impliqué naturellement dans la mesure où il sait que l’enseignant va l’écouter d’une oreille attentive et qu’il sera donc corrigé au détail près !
Les différentes possibilités qu’offrent l’usage des Ipods entraînent incontestablement la progression du niveau linguistique de l’élève.
D’autre part, les différentes évaluations orales à partir d’enregistrements d’élèves permettent de prendre conscience de leurs réelles difficultés y d’y faire face en accompagnant l’élève à s’améliorer.
Il est vrai que cela demande plus de temps en dehors des cours mais il est compensé par une activité en classe me semble t-il plus constructive, avec un temps de cours dans lequel l’enseignant n’est plus face à la classe de manière continue, mais observateur et dans l’attente des besoins de chaque élève.

Bien entendu, ayant fait l’expérience avec un tout petit effectif (10 élèves) je dois me questionner sur les difficultés matérielles que l’on peut rencontrer en classe entière (gestion des Ipods, prévoir de bien finir 5 mn avant la sonnerie, et pas de façon précipitée, le bruit causé par leurs enregistrements, pratique de plusieurs activités en une seule heure selon les besoins ou les objectifs en classe entière....)

Conclusion des élèves :
Les élèves ont apprécié travailler à leur rythme, avoir une meilleure écoute des documents audio. Les exercices leur semblaient plus accessibles, mieux compris et ils se sont sentis plus concentrés dans leur travail. Ils ont apprécié être évalués individuellement et avoir eu la possibilité de refaire leur travail en tenant compte des nouvelles corrections, et d’obtenir ainsi une meilleure note.
D’un point de vue matériel, ils préféraient utiliser leur propre écouteur (plus hygiénique), je leur donnais bien sûr cette possibilité mais j’avais à disposition des écouteurs de secours.
Et certains, même à petit effectif , avaient éprouvé le besoin de s’éloigner du groupe pour s’enregistrer individuellement.

Sandra Garcia Thiriet, professeure d’espagnol.
Collège Jean-François-Clervoy, Franconville
Matériel prêté dans le cadre de CréaTice