Evaluation formative en lettres au collège : boîtiers d’expression Collège Rosa-Parks, Villabé

Publié le

Barbara Hertzog-Malenfant, professeure de français au collège Rosa-Parks, à Villabé, présente son utilisation des boîtiers électroniques.

  • En classe de 6ème : questionnaire de lecture
    Les boitiers ont permis de vérifier que la lecture a été faite, ainsi que d’éclairer quelques points qui restaient problématiques. Les résultats de chaque élève affichés en temps réel présente l’avantage de mettre en place une remédiation ciblée et individualisée sur des notions qui sont, par ailleurs, acquises par le reste de la classe à ce moment de l’année.
    C’est donc un gain de temps pour tous, professeur comme élèves.
  • En classe de 5ème : suivi de progression sur les homonymes et évaluation finale sur les homonymes
    La mise en place de cette progression se composait de 3 étapes :
    - 1ère étape : leçon et exercices oraux
    - 2ème étape : apprentissage des règles et exercices écrits à la maison
    - 3ème étape : vérification de la maîtrise de la difficulté orthographique par une évaluation sur 5 points.
    Lors de cette étape, les boitiers ont permis à chaque élève de s’évaluer en « conditions de contrôle ». Cette note n’était pas comprise dans le moyenne. Au fur et à mesure de la progression, les élèves devenaient de plus en plus exigeants avec eux-mêmes : alors qu’ils se contentaient de la moyenne au début de la séquence, ils ont progressivement glissé vers une évaluation sans faute.
    La répétition des mêmes gestes a favorisé l’acquisition des connaissances.
  • En classe de 3ème : préparation au brevet
    Le texte de brevet a été découpé en plusieurs parties et accompagné de questions plus segmentées que l’épreuve traditionnelle. La correction était proposée à chaque question, ce qui donnait lieu à un échange oral afin de clarifier les notions mal maîtrisées à ce moment de l’année. Les élèves ont ainsi remarqué la progression du questionnaire, du général au particulier et avaient les bonnes bases pour réaliser l’épreuve de rédaction.
    Cette méthode de travail a représenté un gain de temps dans le suivi individuel et dans la passage de la 1ère partie à la 2ème partie de l’épreuve du brevet. L’objectif dans ce premier tiers de l’année n’était pas encore de proposer une épreuve complète aux élèves, mais de ménager une progression qui les garde en situation de réussite.

Barbara Hertzog-Malenfant
Professeure de français au collège Rosa-Parks, à Villabé

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice