La tablette TNI et les mathématiques au lycée Lycée Gaspard-Monge, Savigny-sur- Orge

Publié le

Mirana Ballans, professeure de maths-sciences au lycée polyvalent Gaspard-Monge à Savigny-sur-Orge, témoigne de son utilisation d’une tablette TNI en classe.
L’installation de la Tablette InterwriteMobi est simple et rapide.
Il faut la charger quelques heures afin de l’utiliser sans fil de connexion, ce qui permet à l’enseignant d’occuper toute la salle avec l’outil en main et de le proposer à un élève qui reste à sa place.
Un TNI n’est pas indispensable. Dans ce cas, télécharger le logiciel Interwrite sur un ordinateur qui sera relié à un vidéoprojecteur.

J’ai utilisé la tablette comme support TICE, avec des élèves de seconde et première professionnelles.
Notre étude s’est portée sur les fonctions, la proportionnalité, la fluctuation de fréquences, nécessitant l’utilisation de logiciels tels que GeoGebra et Excel.

Tous les élèves se sont montrés curieux de découvrir le fonctionnement de ce nouvel outil pédagogique. Les moins attentifs de la classe étaient particulièrement motivés à l’idée de pouvoir utiliser la tablette. Lors de la première séance avec tablette, ils ont d’ailleurs fait remarquer aux absents que ces derniers avaient, je cite : « raté quelque chose ».
De ce point de vue, j’ai trouvé cet outil intéressant car il contribue à une bonne participation de l’ensemble de la classe, et permet de contrôler rapidement et facilement les acquis des élèves.

J’ai testé la tablette en classe entière et en demi-groupe.

L’intérêt de la tablette en classe entière est de donner la possibilité à l’enseignant d’occuper l’espace, lui permettant ainsi de passer du « face à face » au « côte à côte » en intervenant sur le tableau à distance sans tourner le dos aux élèves. Ainsi, il est plus facile de capter l’attention de tous les élèves. Cela permet également de vérifier concrètement les acquis en leur proposant la tablette. En classe entière, le fait de limiter les passages au tableau, tout en faisant intervenir les élèves, permet de conserver un certain calme et donc une plus grande attention de la classe.
De plus, la tablette, même si elle ne remplace pas un TNI, est une bonne alternative car elle s’utilise avec un simple vidéoprojecteur.

En demi-groupe, nous utilisons régulièrement l’ordinateur. Les élèves ont chacun un poste ou travaillent par petits groupes. La tablette assure un réel confort car elle permet d’apporter une réponse individuelle ou collective depuis un poste élève.
De plus, lors d’une activité en petits groupes, chaque groupe peut exposer le résultat de son travail en utilisant la tablette depuis sa table et cela développe un bon échange entre les élèves.
Je ne disposais que d’une tablette, mais je pense qu’il serait intéressant d’en posséder quelques-unes, notamment lorsque les élèves proposent différentes méthodes de résolution ou confrontent leurs résultats.

L’utilisation de la tablette nécessite malgré tout un petit temps d’adaptation qui engendre quelques fous rires et petites moqueries dans la classe. Le stylet s’avère très sensible et le fait que la tablette ne dispose pas d’écran, oblige à manipuler en gardant les yeux vers le TNI.
La partie écriture s’avère donc compliquée et l’utilisation du clavier virtuel est particulièrement laborieuse et chronophage. Je ne recommande donc pas cette tablette lorsque l’écriture prend une place importante dans l’activité proposée.

Bilan :
L’avantage de la tablette InterwriteMobi est sa mise en place, très simple et rapide, et le fait qu’elle permet une manipulation à distance.
Cependant, il n’est pas simple d’écrire avec le stylet qui s’avère sensible.
La tablette est donc intéressante dans l’utilisation de logiciels où les commandes sont prédéfinies et où la manipulation et l’observation prennent une place plus importante que l’écriture.

Mirana Ballans
Professeure de maths-sciences au lycée polyvalent Gaspard-Monge à Savigny-sur-Orge

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice