Capter l’attention des élèves, les boîtiers en cours de technologie Collège Paul-Eluard, Vigneux-sur-Seine

Publié le

Voici le bilan d’expérimentation des boîtiers de réponse, matériel emprunté au CRDP de l’académie de Versailles via la plate-forme CreaTICE, par Tahar Lachemi, Professeur de technologie au collège Paul-Eluard, Vigneux-sur-Seine.

Avec une classe de 6ème du collège nous travaillons sur les énergies mises en œuvre dans un objet technique. Cette classe de 6ème ne pose pas de problème particulier, seule la non-participation orale de quelques élèves est gênante. Il s’agit là d’élèves très timides, et anxieux lors du passage à l’écrit.

  • Les boîtiers de réponse constituent un moyen de capter l’attention des élèves.
    L’expérimentation a souligné que les élèves sont très motivés par l’utilisation des boîtiers, les systèmes de réponse ont un côté ludique. Les élèves en donnant leur opinion par le biais des boîtiers ont véritablement l’impression de participer à l’élaboration du cours. De plus, « tous les élèves participent, car le logiciel ActivInspire permet de savoir en temps réel s’ils ont répondu ». L’usage des systèmes de réponse m’a aidé à différencier ma pédagogie dans la classe.
    J’ai noté que même les élèves en difficulté n’ont pas peur de répondre car ils ne sont pas confrontés à l’angoisse de l’écrit. C’est peut-être aussi dû à une émulation du groupe. De plus, après avoir vu les diagrammes de présentation des résultats, les élèves cherchent à améliorer leurs résultats pour améliorer les résultats du groupe. Ce qui est très stimulant et encourageant pour la suite !
    L’utilisation de ces boîtiers diminue la stigmatisation de l’erreur. Une erreur faite en classe n’est plus un instant où l’on est montré du doigt mais l’occasion pour la classe de rechercher et d’expliquer la cause de cette erreur. L’appréhension de l’erreur est du coup moins grande.
  • Les boîtiers dans le cadre d’évaluations.
    Dans ma discipline, la technologie au collège, ce type d’évaluation me permet de savoir ce que connaissent mes élèves avant de commencer un sujet ou de savoir ce qu’ils ont retenu d’un cours sur l’autre. Ainsi, j’ai pu connaître l’état de leurs connaissances et adapter le cours au plus près de leurs besoins. D’autre part, les élèves qui savent qu’ils vont être interrogés à chaque cours se montrent plus motivés pour apprendre leur leçon même si les résultats de ces questionnaires n’entrent pas forcément dans leur moyenne.
  • Les points à améliorer.
    La prise en main du logiciel n’est pas évidente au départ même pour une personne ayant de bonnes notions d’informatique et une pratique régulière des TICE. Elle nécessite un travail très important en amont (constitution des listes d’élèves, différents formats de documents). J’ai eu la chance de disposer d’un TNI de la même marque que les boîtiers de réponses, ce qui a facilité la compatibilité des équipements. Je ne suis pas sûr que cela aurait été le cas avec un TNI d’une autre marque.

Tahar Lachemi
Professeur de technologie au collège Paul-Eluard, Vigneux-sur-Seine.

Matériel emprunté dans le cadre de CréaTice