La balado en anglais au lycée Lycée Alain, Le Vésinet

Publié le

Virginie Cerchiari, professeure d’anglais au lycée Alain, du Vésinet, nous fait partager son bilan d’utilisation d’une mallette de baladodiffusion pour une période de 6 semaines, en tout début d’année.

Nous souhaitions mettre à la disposition des élèves de notre établissement des ressources audio mais aussi de leur offrir la possibilité de parler et de s’écouter.
La prise en mains de la mallette (baladeurs MP3, ordinateur et logiciel de synchronisation et gestion des baladeurs) , très bien expliquée dans le manuel d’utilisation, a été toutefois un peu longue (enregistrement des classes/groupes, démonstration aux collègues intéressés, chargement des documents audios…).
Une collègue a fait remarquer que le poids du matériel rendait son utilisation pénible quand il s’agissait de la transporter d’un étage à un autre.

Pour ma part, j’ai choisi d’expérimenter ce matériel avec une terminale STG composée de 19 élèves et une terminale L (22 élèves).

  • Entraînement à la compréhension orale :
    Les élèves ont pu travailler cette compétence à leur rythme. Le caractère novateur du matériel permet de favoriser leur investissement dans l’activité.
    L’attention et la concentration sont renforcées. Les élèves se sont rapidement familiarisés avec les MP3 dont ils ont l’habitude et cette aisance a mis en valeur leur autonomie.
  • Entraînement à l’expression orale en continu :
    Cet entraînement est difficilement réalisable en classe de façon régulière sans l’aide d’un matériel qui permet à chacun de s’enregistrer, s’écouter, se corriger, proposer sa production à l’inter-correction.
    Il est évident que ces activités favorisent l’apprentissage de l’autonomie, permet aux élèves les plus discrets de prendre la parole en continu et d’acquérir une nouvelle aisance.
    Cependant, malgré les effectifs réduits des deux classes, les élèves ont, à chaque fois qu’ils se sont enregistrés, demandé si une autre salle était disponible car ils étaient gênés par les voix de leurs camarades et souhaitaient ne pas être « collés » les uns aux autres afin de pouvoir se concentrer sur leur production.

Ces temps d’entraînement sont indispensables dans la perspective des nouvelles épreuves du baccalauréat.
Cependant, comment faire pour des classes plus nombreuses ?

Il me semble que l’utilisation d’un matériel d’enregistrement hors classe s’impose (nous avons la chance que la grande majorité de nos élèves disposent du matériel nécessaire, ce qui n’est peut-être pas le cas dans tous les établissements).

Le bilan des utilisations effectuées avec ces deux classes est très positif malgré quelques contraintes. Les élèves regrettent de ne pas avoir ce matériel à disposition tout au long de l’année.

Virginie Cerchiari, professeure d’anglais au lycée Alain, du Vésinet
Matériel prêté dans le cadre de CréaTice