Des tablettes en petite section Ecole Maternelle de l’Abreuvoir, Noisy le Roi (78)

Publié le

Yannick Bertrand, enseignant en petite section à l’école maternelle de l’Abreuvoir à Noisy le Roi, a emprunté une mallette de 6 Ipads1 et nous raconte son expérience.

J’ai réservé les Ipads sur une période de 5 semaines après les vacances d’avril. Ils m’ont été prêtés pendant les vacances afin que je me familiarise avec le matériel, le Mac (pas évident lorsqu’on est habitué à Windows), et les logiciels comme Itunes. Cela m’a aussi permis de préparer mes interventions, de mettre les applications avec lesquelles je voulais travailler sur les Ipads et d’y ajouter des photos.
Les enfants de Noisy le Roi sont issus d’une population assez aisée et sont souvent entourés de nombreux outils technologiques. Certains possédaient donc déjà une tablette tactile à la maison.

Première semaine

Premier moment de langage avec les Ipads, en classe entière. Certains connaissent déjà l’objet. Je demande alors ce que nous pouvons en faire. « On peut jouer avec / Papa regarde des films dessus / Je regarde les dessins animés ».
En classe, nous les utiliserons pour apprendre « des choses ». Mon objectif pour cette première approche était que les élèves manipulent les Ipads et qu’ils soient à l’aise avec la fonction « tactile ». Nous allons donc travailler avec deux applications, les mémory et les puzzles.


Ces deux applications ne présentent pas de difficultés particulières mais font travailler de manière précise le déplacement du doigt sur la tablette.
Afin de présenter la tablette et les applications, j’ai au préalable préparé une vidéo où je montrais comment déverrouiller la tablette, accéder aux différents bureaux, lancer les applications et revenir au départ. Tout cela afin qu’ils soient le plus rapidement autonome.
A la fin de la première semaine, tous étaient autonomes, sans appréhension. Entre leurs mains, tout semble assez naturel.

Par la suite, les Ipads sont mis à disposition le matin au moment de l’accueil. Leur utilisation ne provoque aucune dispute, je fais simplement une rotation toutes les cinq minutes afin que chacun puissent les manipuler.

Deuxième semaine

Nous avons utilisé les tablettes en tant qu’album d’images. L’objectif était de travailler le langage.
J’ai numérisé une trentaine d’images du fichier « Catégo ». Les images appartenaient à plusieurs catégories différentes. Je posais une question à l’ensemble du groupe, par exemple : « trouvez quelque chose qui se mange » ou bien « trouvez un animal qui vit dans l’eau ».

Les élèves parcouraient alors facilement l’ensemble des images et en cherchaient une qui correspondait à la question. La contrainte pour eux était de ne pas choisir la même image que le voisin. Ensuite, je leur demandais de justifier leur choix.
Dans un deuxième temps, j’avais transféré sur les tablettes des photos que j’avais prises lors de notre sortie à l’aquarium de Paris. Ce fut le moment pour chaque élève de choisir une image qui lui plaisait et dont il avait envie de discuter.
D’un point de vue technique, la difficulté était de créer deux albums bien distincts. Après quelques ratés avec le Macbook et Itunes, j’y suis finalement arrivé. Il est dommage que de connecter un Ipad à l’ordinateur et y mettre des fichiers dessus ne soit pas aussi simple qu’une manipulation avec une clé USB.


Troisième semaine

Nous avons utilisé l’alphabet magnétique pour travailler avec les lettres de leur prénom.
Je préparais les tablettes avant, avec leur prénom inscrit sur le haut de l’ardoise. Ils devaient ensuite réécrire leur prénom avec le modèle, en dessous, en sélectionnant et en faisant glisser les lettres correspondantes.
Il y a une fonction « enregistrer » qui permet à la fin de leur travail, de faire une capture d’écran.
L’après midi, nous pouvions ainsi voir les captures d’écran sur le vidéoprojecteur et les commenter en groupe.

Semaines suivantes

Afin de créer un petit livre numérique, nous avons utilisé l’ipad pour travailler sur les photos.
Avec l’appareil photo, les enfants prenaient des photos des cailloux que nous avons peints et personnifiés. Puis grâce aux tablettes, nous avons commenté les photos pour créer notre histoire et sélectionner celles qui nous seraient le plus utiles. Avec la fonction « enregistrement du son », les enfants se sont exprimés sur les images pour créer le contenu du texte de l’histoire. Ce travail se terminera fin juin avec un livre numérique.

Matériel prêté par Creatice