Tablettes numériques en CM2 Ecole Jean-Zay, Les Mureaux

Publié le

Yann Gabelle, enseignant de CM2 à l’école Jean Zay aux Mureaux, a emprunté une série de 12 Ipads , versions 1 et 2, entre les vacances de février et celles de Printemps.

Points positifs de l’expérimentation :

  • Prise en main de la tablette

Rapide et usuelle par les élèves, tous ont réussi à manier l’outil sans aucun problème, ce qui n’est pas forcément le cas avec un ordinateur ou un pc portable. La plus value de cet outil réside surtout dans le fait que son utilisation est rapide et spontanée par l’élève. Il n’y a qu’à la sortir de sa case et appuyer sur un bouton ! Les élèves ont accès rapidement aux applications, à internet, à leurs documents, aux exercices. Même en cas de recherche infructueuse, l’élève sait de lui même utiliser le Spotlight .
Ce n’est pas forcément le cas pour l’enseignant qui doit changer sa pratique de classe. Terminés les procédés de sauvegarde individuelle qui pouvaient prendre un temps fou au maître sur chaque PC ou sur clé USB.
L’Ipad préfigure donc les outils de demain.


  • Prise de conscience par les élèves de ce qu’ils ont en main

Il a été impératif de leur faire voir que cet appareil de divertissement, coûteux et fragile, est aussi un outil de travail très puissant et de leur apprendre à s’en servir intelligemment et efficacement. Chaque binôme était responsable de sa tablette et devait en prendre soin. Après en avoir fait le tour le premier jour, la tablette a vite renforcé vie leur intérêt et leur attention lors d’utilisations pédagogiques. Le cours du maître s’effaçait rapidement face aux images ou au lancement d’applications.


  • Les Manuels Numériques

Ils ont été favorablement accueillis par les élèves et leur maitre. Même s’il n’existait pas de manuel pour la classe de CM2, les élèves étaient plus que motivés de découvrir ce que l’année de 6ème leur réservait. La manipulation des pages, du sommaire thématique est aisée pour l’enfant. La pratique d’un exercice de mathématiques est rendue aisée par la manipulation et les gestes Multi-touch.
Pour le maître, le manuel numérique condense en lui-même sa tâche professionnelle : d’un simple toucher, le manuel renvoie à des rappels de leçons, des ateliers de remédiations, … Le manuel Sésamath représente un formidable outil de qualité pour l’enseignement des mathématiques. Ce type d’application apporte de plus une réponse adaptée aux problèmes du poids des cartables. Certains usages ont nécessité une page de manuel scannée ou un pdf des cours du CNED CM2 quand le manuel numérique Sesamath ne proposait pas d’activité adéquate au CM2.


  • La Dropbox

Elle a été une découverte pour la classe. Elle nous a permis de visionner et de manipuler des documents en couleurs, en classe comme à la maison, avec les parents. Nos documents de travail étaient partagés entre le maître et ses élèves. L’élève pouvait aussi voir la différence entre un document « photocopié » et l’original. Les exercices des Eurêkades par exemple, nécessitaient absolument la couleur pour être résolus sinon l’enfant se retrouvait d’abord face à un obstacle de lisibilité de la photocopie avant de se retrouver face au réel obstacle du problème lui-même, comme c’est bien souvent le cas dans les classes.


  • L’application Evernote

Elle a été utilisée plusieurs fois par semaine. Elle permet de partager des fichiers. Les élèves, dans le cadre d’une classe PAC ayant pour but d’amener les élèves dans un processus d’écriture et de réécriture de textes, ont pu manipuler l’application, utiliser le clavier tactile avec simplicité. Ils partageaient et découvraient les fichiers de leurs camarades, se donnaient des conseils de réécriture de part le fait de leur position d’écrivain ou de lecteur. La collaboration avec une auteur de littérature jeunesse fut fructueuse et motivante pour les élèves. Evernote fut aussi exploité pour la création de questionnaires : l’élève écrivait et enregistrait ses réponses que le maître pouvait ensuite consulter sur le TNI lors de mises en commun.


  • Les applications Gallimard

De très bonne qualité, nous nous en sommes servis pour étudier les différents types d’arbres en Sciences dans le chapitre Biodiversité

  • L’application Google earth

Couplée à l’application Notre-Dame, elle fut exploitée lors de décloisonnement en Histoire avec une classe de Cm1 qui bénéficiait aussi de l’utilisation des tablettes. Les vues aériennes leur permettaient de distinguer la forme des édifices religieux et leurs caractéristiques (contre-forts, arcs-boutants, forme de croix, etc …).

  • Application Tactilis

C’est une application de dessin qui diffère totalement des applications déjà connues de dessin au doigt. Elle intègre des outils de traçages tels qu’une règle et un compas, mais aussi, et surtout, un outil extraordinaire à mon goût, qui permet la symétrie instantanée ! Fort utile avant d’exercer les élèves à des tracés symétriques autrement que par un axe de symétrie verticale ou horizontale ! Les élèves étaient stupéfaits du résultat en fonction du type de symétrie choisie !


  • Applications historiques

De bons contenus vulgarisés pour immerger l’élève dans les apprentissages. Celle de Vauban tombait à pic après avoir visité l’exposition des plans en reliefs des fortifications Vauban au Grand-Palais. Elles sont tellement ludiques que les élèves les parcourent entièrement sans contrainte et sans consigne.

  • Applications de Jeux de Société & Stratégies.

Dans le cadre de l’Accompagnement Educatif, j’anime 2 fois par semaine un atelier Jeux de Société & Stratégies. Durant toute la durée de prêt de la mallette, il y eu affluence d’élèves car j’ai fait profiter à beaucoup d’enfants de l’école l’usage d’applications ludo éducatives : applications de jeux d’échecs, tangram, jeux de stratégie, puissance 4, etc … Le bilan est plus que positif. Les tablettes étaient même empruntées en cours de récréation pour des usages plus ludiques.

Points négatifs de l’expérimentation

C’est matériellement que l’on peut déceler des points négatifs à l’ipad dans le paramétrage de la tablette.

  • Ouverture de compte

Le maître doit bien évidemment procéder à l’ouverture d’un compte classe sur chaque tablette.
J’ai dû me heurter à la réinitialisation des tablettes après m’être aperçu que certaines étaient paramétrées sous 3 comptes différents : un compte MDE78, d’autres sous un compte CRDP, certaines d’un compte personnel … Cela peut paraître anodin, mais il s’est écoulé 2 semaines avant de m’en apercevoir …

  • Téléchargement d’applications

Le maître utilisateur doit connaître et télécharger les applications qu’il souhaite utiliser en classe sur un ipad dit « maître », puis agencer toutes ces applications en dossiers afin de faciliter la recherche par les élèves.
Ne possédant pas d’Ipad, j’ai téléchargé un maximum d’applications qui semblaient être utiles à la classe, aux vues des descriptifs fournis sur ITunes ou des sites spécialisés.
Ces applications ont été achetées via une carte ITunes Store de 30 euros. Quotidiennement, la consultation de sites d’applications gratuites tels que Appsfire, ou Appsgratuites m’a permis de garnir le panier d’applications des élèves, mais aussi d’en découvrir d’autres ayant un potentiel pédagogique.
Ces opérations m’ont pris énormément de temps.
Surprise : j’ai pu constater que certaines applications onéreuses (entre 5 et 7 euros) dont j’avais fait l’acquisition se sont retrouvées gratuites quelques jours plus tard, une veille et une mutualisation s’avère donc nécessaire pour optimiser le temps !

  • La synchronisation : une maintenance très lourde

Le maître doit synchroniser toutes les tablettes ensemble. Cette opération s’avère délicate, capricieuse et encore mystérieuse pour ma part puisque certains Ipads n’acceptaient pas les dossiers créés pour faciliter la recherche d’applications des élèves. Certaines apps ne se synchronisaient pas, d’autres se synchronisaient via ICloud … Ce fut un réel problème car, malgré plusieurs tentatives de synchronisation après avoir réinitialisé chaque tablette, aucune n’acceptait une pleine synchronisation modèle comme sur « l’Ipad maître ». J’ai donc résolu ce problème en téléchargeant chaque application individuellement, Ipad par Ipad.
Ces problèmes de synchronisation résultaient certainement du fait que les Ipads provenaient de 2 malettes de prêt distinctes.

  • La borne Airport

Elle a a pu être active grâce à l’intervention de Eric Iacono, Animateur TICE sur la Circonscription des Mureaux, sans qui nous serions restés sans réseau Wifi. En effet, son paramétrage ne me semble pas être chose aisée pour tout un chacun, même pour un enseignant qui s’intéresse aux Tice.

  • • Absence d’appareils photo sur les tablettes empruntées (Version 1)

En tant qu’enseignant, on imagine le potentiel de cet outil intégré. J’espérais que chaque élève puisse créer son propre reportage lors des sorties scolaires par exemple (Le Grand Palais, Musée Carnavalet, Musée de La Malmaison, etc …), interviews de personnes rencontrées (Simon Nancy cerf-voliste de photographies aériennes, Sophie Laroche, auteur de littérature jeunesse, …), compte rendus d’expériences en sciences, créations de livres numériques personnels, exposés, fiches de lecture, … On imagine tout ceci projeté sur le TNI ou partagé sur les tablettes de tous les élèves de la classe…

  • Impossibilité d’utiliser IBook Author

En effet, il est nécessaire d’avoir Mac OS X Lion sur l’ordinateur, même si j’ai su trop tard qu’une manipulation était possible. Il est facile d’imaginer le potentiel de cette application : le maître peut créer ses livres numériques multimédias comme il le fait sur le TNI. Il en est de même pour l’élève pouvant intégrer à ses leçons des vidéos, des liens, des images, des modules interactifs et exercices !

  • Adaptateur VGA non utilisable sur le TNI

Il me semble que cela est dû au fait de l’Ipad 1, mais ceci ne représente que du confort pour projeter l’écran Ipad sur le TNI …

  • Les Exerciseurs
    Ils m’ont me semblé être plus interactifs qu’un cahier d’exercices, amenant une rétroaction immédiate et de l’animation parfois intéressante, mais m’ont paru soit trop complexes, soit trop simplistes !
    Itooch, onéreux à l’achat, semble correspondre aux apprentissages du niveau de classe de prime abord et aux programmes officiels. Mais beaucoup d’exercices requièrent un niveau élevé de compétences en Mathématiques. L’avantage de ce type d’application est le côté ludique et le fait que l’enfant peut valider ses réussites par paliers gradués. On regrette une application qui centraliserait les résultats de tous les élèves sur l’Ipad du maître …
    Itooch a surtout été utilisé en Aide Personnalisée en Français.

Les exerciseurs de Génération5 ne m’ont pas du tout convaincu et ne me semblent pas du tout correspondre aux programmes officiels ! Ils ressemblent plus à un recyclage d’anciens logiciels « pédagogiques », à des exercices, certes d’orthographe, mais plus généralistes …

  • Absence de la technologie FLASH

Le Flash ne fonctionne pas sur l’Ipad, ce qui représente un véritable handicap lorsque l’on est habitué à utiliser de nombreux modules interactifs éducatifs exploitant cette technologie, notamment sur le TNI ou en ateliers d’aide personnalisée. Je me suis rendu compte tardivement qu’une manipulation était possible, tout comme pour l’exploitation d’Ibook Author, mais ne me suis pas permis de la mettre en place, le matériel ne m’appartenant pas .

Bilan plus que positif, enchanteur & prometteur

Il m’est impossible de traiter ici de toutes les applications. J’ai dû faire un choix. Certaines ont été achetées mais n’ont pu être exploitées, comme celle du Corps Humain (l’essentiel du programme ayant déjà été enseigné), mais il va sans dire que la plus value pédagogique est sans commune mesure avec une simple photocopie !

La tablette est un outil nomade qui me semble tout à fait faire partie d’une continuité pédagogique au sein de ma classe de CM2, munie d’un TNI, d’un ENT et de la classe mobile de l’école. Elle complète les manques et les défauts des PC portables. Elle permet pleinement de mettre le numérique au service des apprentissages hors des murs de l’école, par le biais de l’appareil photo et des apps de prise de notes rapides. Je ressens un véritable manque de ne pas avoir testé la tablette en sortie scolaire …

Hormis une prise en main assez lourde (téléchargements, agencement des icones, synchronisation), j’en tire un bilan extrêmement positif. Je serai heureux de renouveler l’expérience l’an prochain si cela était possible. Si la ville des Mureaux se met à équiper les classes, je serai enchanté d’ une expérimentation à grande échelle …