TNI tactile en classe de CM1 Ecole les Sablons, Vauhallan

Publié le

Stéphanie Grimbert, professeur des écoles à l’école les Sablons de Vauhallan (91), expérimente l’usage pédagogique du TNI tactile.

I. Le contexte

Depuis le mois de novembre 2011, mes élèves de CM1 et moi-même, travaillons avec un TNI (Tableau Numérique Interactif) tactile. Tout d’abord dans le cadre d’une expérimentation via Créatice, puis avec un TNI acheté par la mairie.

1) Usage pédagogique

L’amélioration des séquences est quotidienne. Elle concerne la qualité des supports pédagogiques, quelque soit la discipline enseignée, mais également l’investissement des élèves.
En effet, la possibilité de pouvoir intégrer des supports iconographiques très variés, issus ou non d’internet, offre une souplesse d’action pédagogique. Le travail préliminaire consistant à faire un choix en fonction des objectifs fixés.
Le but attendu est plus rapidement atteint et ce, encore une fois, quelque soit la discipline travaillée.

2) Réalisation de séance pédagogique

Le TNI est associé au logiciel Easiteach, celui-ci permettant le pilotage du tableau et la production de contenu.

Easiteach est aussi bien utilisé en histoire-géographie qu’en grammaire ou résolution de problèmes.
Les fonctionnalités du logiciel permettent, par exemple, de créer des exercices avec déplacement de mots ou de phrases, remplaçant ainsi le système bien connu des étiquettes aimantées. L’avantage supplémentaire consiste dans le fait de pouvoir modifier l’exercice à volonté et rapidement, une fois le travail enregistré.
Je peux également introduire dans mes préparations, des supports audio-visuels, et des liens hypertexte.

Enfin, les enfants manipulent très facilement cet outil et nous apprécions la qualité visuelle (changement de couleur pour l’écrit ou le sur-lignage) offerte par la logiciel. Le déplacement d’objet (mot ou phrase ou encore photo) est facilement réalisable par les élèves eux-même. La présentation plus ludique de notions, qui pouvaient leur paraître auparavant rebutantes, accroît leur intérêt et leur participation à l’oral ; ils se sentent concernés, comprennent mieux et s’investissent davantage dans l’apprentissage.

II. Un exemple d’utilisation

Voici une séquence type menée dans la classe de CM1, en Histoire, concernant l’empire carolingien, comprenant l’utilisation de supports iconographiques et audio.

Ce travail s’étale sur environ 5 séances de 45 minutes.

Après avoir échangé avec les enfants sur le personnage de Charlemagne (« celui qui a inventé l’école ») je leur propose de découvrir plus en détails ce personnage de l’Histoire de France et avec lui, la naissance de l’empire carolingien. 

1) Portrait de Charlemagne et naissance de l'empire carolingien :

Observation et commentaire de 5 peintures représentant Charlemagne
et écoute audio du portrait écrit par Eginhard (biographe de Charlemagne). Tous les documents présentés sont agrandis à l’écran et réduits au fur et à mesure des besoins d’observation.

  • Mise par écrit individuel (et au brouillon) des informations retenues suite à l’écoute du document audio. Mise en commun et trace écrite du moment sur le TNI.

Même travail à partir des cartes : lecture géographique de trois cartes qui permettent de mettre en valeur l’extension du royaume franc, conséquence des nombreuses conquêtes guerrières de Charlemagne. Une question de géographie physique se pose pendant la séance : comment se nomment ces fleuves situés à l’est du royaume puis de l’empire et qui permettent de bien mesurer l’extension géographique ?
Ceci entraîne une recherche sur Internet, en direct et avec les enfants, qui réfléchissent aux mots à introduire dans le moteur de recherche afin de trouver la réponse.

  • Le travail est enregistré.

La séance suivante, nous retournons sur ce travail et, à partir des souvenirs liés au support iconographique mais également des notes prises au brouillon, nous bâtissons une ébauche collective de synthèse écrite. Progressivement, un enfant fait apparaître en bas de l’écran (révélé par un simple clic) une partie de la leçon en construction, que les enfants copient sur une feuille de classeur.

2) Gestion de l'empire carolingien et fin de cet empire :

JPEG
Nous procédons de la même manière que précédemment avec la même démarche pédagogique.
Lorsque nous abordons l’école, j’utilise une vidéo de quelques minutes directement connectée à Internet. Je capture une image grâce à une fonctionnalité d’Easiteach que j’exporte dans mon cours afin d’introduire l’apparition des lettres dites caroline.

  • L’illustration de la leçon est faite à partir d’une partie des documents rencontrés.

Réinvestissement en rédaction :
A ce moment-là, nous étions en train de travailler sur la rédaction de légende de document, en Français.
Je propose aux enfants de rédiger la légende de 9 documents iconographiques sur lesquels nous avons travaillé (voir document ci-dessous).

Exercice légender

Vous pouvez télécharger la séance réalisée avec Easiteach