Des tablettes numériques dans 3 ULIS du Mantois Collège Sully Rosny-sur-Seine, collèges Gassicourt et Clémenceau Mantes-la-Jolie

Publié le

1- Ce qui a motivé notre demande de matériel

Les ULIS accueillent des élèves ayant des troubles des fonctions cognitives avec beaucoup de difficultés dans divers domaines.

  • Difficultés rencontrées dans les apprentissages scolaires
    • Retard scolaire important (il s’agit souvent d’adolescents âgés de 12 à 16 ans avec un niveau scolaire équivalent à du CE1-CE2 (7-8 ans)
    • Des difficultés pour le passage à l’écrit
    • Des difficultés motrices fines importantes (préhension de l’outil, gestuelle)
    • Les notions abstraites sont souvent inaccessibles
    • Difficulté d’accepter de reprendre une production pour l’enrichir
    • Des difficultés qui entraînent une orientation scolaire et professionnelle très incertaines et limitées.
  • Difficultés rencontrées dans les compétences transversales
    • Une attention très limitée
    • Une mémorisation difficile : En général, une mémorisation et une compréhension meilleures si le support est visuel et/ou kinesthésique.
    • Incapacité à mobiliser des connaissances (faire du lien dans les différents apprentissages)
    • Des difficultés méthodologiques
    • Manque de repères spatio-temporels
    • Peur de l’échec
    • Peu d’initiative
    • Peu d’intérêt et de curiosité pour le monde dans lequel ils vivent.
  • Difficultés sociales rencontrées.
    • Mésestime de soi
    • Peur de l’inconnu, entrainant un isolement.
    • Des familles souvent défavorisées socialement
    • Un handicap rarement accepté (que ce soit chez l’adolescent mais aussi sa famille) Si tous acceptent de reconnaître un retard scolaire et des difficultés, rares sont ceux qui admettent le handicap !

Face aux difficultés rencontrées par les élèves de l’enseignement spécialisé, l’enseignant d’U.L.I.S. se doit d’adapter ses outils de travail à leur besoin mais aussi à leur âge (collégiens), ce qui est rarement compatible. Par exemple, aucun manuel ne propose de méthode de lecture avec des thèmes ciblant des adolescents. De même en mathématiques trois des quatre techniques opératoires sont vues au cycle 2, il est souvent difficile pour nos élèves de travailler sur des manuels de ce niveau, ce qui accentue la mésestime de soi. Et pire encore pour le graphisme où la technique du « bac à sable » employée en maternelle n’est même pas envisageable.

L’IPAD permet d’adapter nos contenus, tout en travaillant sur un support valorisant parce qu’outil technologique performant et d’actualité et permet de travailler toutes les compétences du B2i.

2- La découverte du matériel

Les premières séances ont été des séances de découverte libre de l’outil. Des règles de sécurité ont d’abord été vues ensemble.

  • Quelques règles

En effet, le matériel prêté est un matériel très coûteux mais aussi très fragile. La classe allait être responsable de ce matériel pendant la durée du prêt. Une information aux parents a été faite par l’intermédiaire du carnet de liaison.

Chaque semaine, le service « Ipad » était attribué à deux élèves. Ils étaient chargés de vérifier l’état du matériel, le compte d’Ipads, l’état de la batterie et de les ranger dans la réserve de la classe (seul endroit que l’on pouvait fermer à clef)

    • Ne jamais se déplacer l’Ipad ouvert
    • Ne pas le faire tomber
    • Ne toucher l’écran qu’avec les doigts
    • Avoir les mains propres
    • Ne pas l’arracher des mains de quelqu’un
    • Ne rien introduire dans les ports
  • Le vocabulaire et les fonctions de base

Après le rappel des règles de sécurité, les premières séances ont été des séances de découvertes libres de l’outil.

Les élèves ont navigué librement d’une application à l’autre. Ils ont, spontanément, ouverts des applications de jeux et de calcul pour la plupart. Ils ont testé le caractère « orientable » de l’Ipad et l’écran tactile.

Lors de la mise en commun, ils ont échangé sur les applications essayées et sur l’utilisation de l’outil.

L’utilisation devant être acquise par l’ensemble des élèves, nous avons listé quelques points sur l’utilisation et le vocabulaire.

    • Comment l’allumer : dans un premier temps, seul l’ouverture de la pochette a été signalée par les élèves
    • Comment l’éteindre. Ce point a dû être reprécisé durant la période. En effet, la plupart d’entre eux se contentaient se refermer la pochette. Or c’est une mise en veille, les Ipads se déchargent alors très vite. Les responsables matériel devaient les recharger très souvent. Nous avons donc revu les fonctions d’allumage en faisant la différence entre la mise en veille qui devait être utilisée sur des courtes périodes ( arrêt de l’activité pour la récré par exemple)où ils pouvaient se contenter de rabattre la pochette, et les périodes plus longues (d’un jour à l’autre ou du week-end) où les Ipads devaient être éteints avec le bouton. Malgré cette mise au point les Ipads restaient souvent en veille sur de longues périodes. Certains ne faisaient pas correctement l’opération (ils appuyaient simplement sur le bouton sans attendre que la fonction « Eteindre » apparaisse pour l’actionner.) D’autres se contentaient toujours de rabattre la pochette !
    • Le caractère orientable de l’Ipad a été beaucoup commenté. Nous sommes allés dans les réglages pour vérifier comment le bloquer
    • L’écran tactile. Certains élèves sont plus au moins sensibles au tactile, certains étaient très à l’aise, d’autres n’arrivaient pas tout de suite à actionner l’écran et s’énervaient un peu. Petit à petit, ils ont tous su manipuler l’écran et ouvrir ou fermer une application. Le zoom tactile a été découvert avec des applications particulières (Ibook, photo Booth…)
    • Ouvrir, quitter une application et revenir à une autre. Ce n’est qu’après l’utilisation de certaines applications de manière régulières que la recherche automatisée à été découverte et exploitée. Ceci étant, le nom des applications et l’orthographe n’étant pas maîtrisés pour la plupart des élèves, ils préféraient tous passer par l’icône.
    • Suppression des applications. Je leur ai volontairement demandé de garder le doigt fixe sur une application pour qu’ils voient le moment où les icônes « s’agitent ». Afin qu’aucun d’entre eux ne suppriment d’application, ils ont identifié la croix qui sert à la suppression.
      Les réglages. Les principaux réglages dont ils pouvaient avoir besoin étaient celui du son et le caractère orientable de l’écran. Nous avons identifié le bouton permettant de régler le son. Dans l’application réglages ils ont appris à couper le son.
    • L’apparition de l’écran pour pouvoir écrire a été découverte avec des applications particulières comme Icard, notes…
    • La mise en charge a été vue chaque semaine par deux élèves (les responsables de la semaine)

3- Les applications et fonctions utilisées

IcardSort :

Cette application a beaucoup été utilisée par un groupe de 5 élèves, non lecteurs. En effet toutes les semaines depuis le début de l’année, ces élèves reproduisent une ou plusieurs phrases avec des étiquettes papier. Il s’agit de voir s’ils peuvent lire les mots un par un et les utiliser pour faire une phrase qui a du sens. Les mots utilisés sont, soit ceux de la lecture suivie en cours, ou ceux de l’étude de son de la semaine. Cette technique est aussi utilisée en production d’écrits, activité où les élèves dictent leur texte à l’adulte, celui-ci écrit tous les mots sur des étiquettes papier (sauf ceux que les élèves savent écrire en autonomie). Puis les étiquettes sont utilisées pour reformer les phrases dictées.

Certains élèves avaient des difficultés avec cet exercice assimilé à une activité pour les plus jeunes. Or avec l’application IcardSort, qui permet de créer des mots-étiquettes de les mettre dans le désordre (grâce à une fonction mélanger les cartes) puis de les remettre dans l’ordre que l’on souhaite, l’activité, qui en soi est la même, a pris une autre dimension. Les élèves étaient fiers de le faire sur un outil comme l’Ipad. Plus personne n’a trouvé l’activité infantile. De plus, l’application permet de créer des étiquettes de différentes couleurs et donc de mélanger plusieurs phrases à la fois.

Les premières séances, les élèves remettaient dans l’ordre les mots-étiquettes crées par l’enseignante. Puis ils ont souhaité faire eux-mêmes les étiquettes. Ils regardaient l’orthographe sur leur cahier ou la demandait à l’enseignante, puis créaient les mots-étiquettes. Ensuite, ils échangeaient les Ipads et remettaient dans l’ordre les phrases.
La seule difficulté était que la majuscule se mettait automatiquement au début de chaque mot. Certains oubliaient de l’enlever, quand on sait qu’ils se repèrent à la majuscule et au point pour trouver le début et la fin de la phrase…
Par ailleurs, il me semble qu’il est possible d’écrire une phrase complète et de la transformer ensuite en mots-étiquettes, plutôt que de procéder mot par mot, mais nous n’avons pas réussi à le faire.
Cette application a aussi permis d’utiliser le clavier et d’en comprendre le fonctionnement.
Pour les élèves les plus performants, ils tentaient d’identifier la nature des mots en changeant la couleur des étiquettes. Par exemple « Repérer les verbes et changer la couleur »

Dictamus Free

Cette application a aussi été utilisée toutes les semaines. Les élèves dictaient chacun un texte choisi par l’enseignante. Ensuite, ils échangeaient les Ipads et écrivaient, à leur rythme, la dictée enregistrée. Deux objectifs étaient visés en français : lire de manière audible et intelligible un petit texte et pouvoir écrire une dictée à son rythme en marquant une pause, en revenant en arrière…

Pour le groupe de non-lecteurs, les énoncés des problèmes hebdomadaires en mathématiques ont aussi été enregistrés afin que l’ensemble de la classe puisse se lancer dans la résolution de problèmes sans la barrière de la lecture. En effet, sans les Ipads, les élèves non lecteurs devaient attendre que les adultes de la classe (enseignante et AVS) leur lisent les énoncés. Chacun devait attendre que les autres aient fini pour entamer le problème suivant. Avec l’énoncé enregistré, chacun faisait ses problèmes de manière autonome.

Malheureusement, les casques que nous avions dans la classe ne s’adaptaient pas sur les Ipads, les divers enregistrements pouvaient gêner certains élèves.

Dragon Dictation

Cette application était intéressante pour les productions d’écrits des non-lecteurs. En effet, ils auraient pu voir leurs paroles se transformées en écrit. Malheureusement, la synthèse vocale n’est pas très efficace. De plus, les élèves ont souvent des difficultés de langage. Les phrases produites à l’écrit ne correspondaient, donc pas, aux phrases produites à l’oral.
Après quelques tentatives, nous n’avons plus utilisé cette application.

Appareil Photo

Les élèves ont beaucoup utilisé cette fonction. Ils se sont beaucoup photographiés ou filmés. Lorsqu’ils avaient accès aux Ipads de manière libre, ils se sont enregistrés, en parlant ou non. Puis ils ont passé du temps à se regarder.
Cette fonction a aussi servi à enregistrer les différents « évènements » de la classe : les sorties, les séances hebdomadaires d’équitation… Le fait de revoir les images permet à beaucoup d’élèves de s’exprimer, de raconter de manière chronologique la séance et ensuite de produire un petit texte informatif.
De même cela permet de communiquer l’évènement aux autres classes, aux absents, aux parents.

Photo Booth

Cette application a aussi beaucoup été utilisée. De manière libre au début, chaque élève a découvert comment prendre en photo un sujet ou se prendre en photo en orientant l’objectif vers lui. Ensuite dans des séances d’arts plastiques, nous avons pu étudier la caricature. Les élèves se prenaient en photo avec les fonctions étirement, tournoiement ou compression, afin de déformer leur visage. Nous avons observé diverses caricatures de personnes connues et analyser ce qui était déformé. Un trait de visage un peu disgracieux, des oreilles trop grandes, des yeux trop rapprochés étaient exagérés. Les élèves ont fait de même avec leur visage.
Ensuite, ils ont fait leur autoportrait caricature, sur papier.

Notes
Les élèves capables d’écrire seuls un petit texte informatif, ont beaucoup utilisé Notes pour leurs productions d’écrits. Ils étaient encouragés par la correction automatique d’orthographe. L’utilisation du clavier a très vite été maîtrisée (la majuscule, les lettres accentuées, le clavier numérique…) Les écrits ont donc été facilités et valorisés. Par contre, la correction de l’enseignant n’apparaît pas, les élèves ne peuvent pas évaluer leurs erreurs.

Evernote
Cette application aurait été beaucoup plus intéressante pour la production d’écrits puisqu’elle permet l’insertion d’images ou de sons et de créer ainsi un véritable document numérique, de le récupérer et de le transmettre.
Malheureusement, je n’ai réussi à ouvrir un compte que la dernière semaine, je n’ai donc pas pu utiliser cette application avec les élèves.

Ibooks

Des séances de lecture collective ont été réalisées sur cette application. Des extraits du roman de Jules Verne Voyage au centre de la Terre ont été lus ensemble.
La fonction Tables des matières qui permet d’aller directement à un chapitre a beaucoup facilité la lecture. De même, la mise en place de signets et le surlignage ont permis à l’enseignante de sélectionner directement les passages choisis et de faciliter la lecture suivie.
Les élèves ont particulièrement apprécié de pouvoir suivre la lecture grâce au surlignage.
Par contre, l’étape de surlignage a été un peu fastidieuse pour les adultes. Chaque passage était sélectionné sur chaque Ipad.

Big trace

Cette application a été utilisée en graphisme. Il est difficile de faire travailler des collégiens en graphisme – qui en ont pourtant besoin- car les techniques habituelles sont très infantilisantes. La plus efficace, utilisée en maternelle, consistant à faire tracer les lettres ou les chiffres sur du sable, ne peut pas être proposée à des adolescents. Le tracé sur l’écran tactile est par contre très bien accepté et permet de faire les mêmes exercices de motricité fine.
Le seul inconvénient de cette application est que les chiffres et les lettres sont proposés en anglais. Certaines chiffres (4, 7…) ne se dessinent pas de la même manière. Ceci étant, comme les élèves ont une heure d’enseignement d’anglais cela a permis de réviser les chiffres et l’alphabet anglais.
Le graphisme a aussi été travaillé avec l’application Coloring. Bien que les illustrations soient assez infantiles, les élèves ont pris plaisir à les colorier.
Application de conjugaison
Les élèves ont, sur cette application, appris à identifier les terminaisons du présent des verbes du premier groupe. Comme chaque verbe donné est conjugué à la personne et au temps demandé, chaque élève pouvait évaluer son travail et s’auto-corriger.

Flash To

Très valorisante parce qu’elle propose le calcul mental sous forme d’une performance personnelle (le score est proposé) elle a été beaucoup utilisée de manière libre ou sous forme d’exercice de calcul mental.
L’écran tactile permet une écriture rapide de la réponse sur l’écran numérique proposé (plus rapide et agréable que les séances sur l’ardoise)
Afin de voir les progrès de chacun, nous avons créer un tableau à double entrée où les résultats étaient notés jour après jour.

Nuit de Noël

Cette application est présentée sous le titre d’une des histoires proposées. Elle est très intéressante pour une activité de lecture car les mots sont surlignés au fur et mesure qu’ils sont entendus. Cette fonction serait davantage intéressante si elle pouvait s’appliquer à d’autres textes choisis en fonction des lectures de la classe. Elle a été utilisée avec les élèves non-lecteurs afin qu’ils prennent conscience de l’acte de lire.
De plus elle propose des images séquentielles que les élèves doivent remettre dans l’ordre de l’histoire ce qui est aussi une activité largement proposée dans la vérification de la compréhension globale d’une histoire et qui dans cette application est proposé de manière ludique.
Ces deux fonctions seraient très pertinentes si elles pouvaient être utilisées avec d’autres textes. En effet les textes proposés- bien qu’ils aient tout de même plu aux élèves- sont des textes pour les plus jeunes.

Planètes

Cette application a été utilisée dans le cadre de notre projet astronomie. Elle permet d’avoir une vue du ciel, des constellations et les planètes avec une localisation par rapport à soi.
La vue en 3D est particulièrement intéressante car elle situe les astres et permet une visibilité à 360 degrés.

Tangram, Soundrop, Puzzle Planet

Ces applications ont été les préférées des élèves sur leur temps libre d’utilisation des Ipads. Elles permettent à la fois de développer la logique, identification visuelle et de maîtriser le geste sur l’écran tactile.

4- Les difficultés

Nous avons rencontré quelques difficultés que nous n’avons pas pu résoudre sur une période aussi courte.
Nous n’avons pas réussi à mettre en place la borne Wifi, nous n’avons donc pas pu utiliser internet sur les Ipads (au collège Sully), ce qui était très frustrant. Je n’ai pas demandé l’intervention du référent TICE du collège, car il avait déjà passé énormément de temps pour remettre en marche l’imprimante de la classe. J’ai donc tenté, en vain, différentes opérations pour mettre la borne en fonction.
Certaines applications nécessitaient l’entrée d’un identifiant et d’un code. Nous avions reçu lors de la troisième semaine nos codes, malheureusement Nous n’avons pas, non plus, réussi à les mettre en place.
Je ne maîtrisais pas très bien la synchronisation, j’ai donc passé beaucoup de temps à mettre en place des fonctions sur chaque Ipad (l’enregistrement des énoncés des problèmes, la mise en place des signets sur Ibooks et la récupération des photos) alors que nous avions le MAcBook.

Mais la plus grosse difficulté pour nous et nos élèves a été de les rendre…

Isabel Pereira et ses collègues, enseignantes d’ULIS