Les boîtiers de réponses en mathématiques Collège Georges-Pompidou, Orgerus

Publié le

Lors d’un projet commun de deux enseignants de mathématiques (Collège Georges-Pompidou, 78 Orgerus, et Collège La-Bruyère, 95 Osny) des élèves de 3è expérimentent l’utilisation des boîtiers de réponses en cours de mathématiques.
Au-delà de l’utilisation bien connue des boîtiers pour l’évaluation (par exemple des interrogations de type QCM), ces machines peuvent être utilisées à tout moment du cours, et de ce fait, permettent d’une part d’amener les élèves à exprimer rapidement et tous ensemble, une réponse à une question donnée, et d’autre part de transmettre immédiatement au professeur les réponses de façon synthétique.
Le pilotage du logiciel de gestion des boîtiers peut se faire à partir d’une tablette sans fil, ce qui permet au professeur de circuler dans la classe et d’échanger avec les élèves.

Le bilan est très positif. Plusieurs activités ont été proposées aux élèves :

  • Interrogation de calcul mental
    Deux questions sont simultanément projetées au tableau (présentation type powerpoint), deux élèves voisins ne répondent pas à la même question. Ils donnent leurs réponses sous forme numérique sur les boîtiers. Les "diapos" sont ponctuées de bruitages, la première consigne est donnée oralement, puis les questions s’enchaînent. L’interrogation ne dure que quelques minutes, la concentration des élèves est maximale, notamment du fait qu’ils sont sollicités sur du calcul mental, et ont peu de temps pour répondre sur les boîtiers ; le boîtier et le tableau sont donc les deux pôles d’attention des élèves. C’est une très bonne activité de début de séance.
  • Correction d’un exercice d’application d’une leçon, fait à la maison
    En très peu de temps, les élèves donnent -tous- leurs réponses aux questions, et au fur et à mesure de la correction, à l’aide des graphiques de synthèse des résultats donnés par le logiciel, le professeur peut savoir si la leçon a été comprise par l’ensemble de la classe, et/ou quels points sont à revoir.
  • Exercice de recherche, donné sous forme de problème ouvert
    Le texte du problème est projeté au tableau. Il ne s’agit pas d’un exercice d’application du cours, il va falloir mettre en oeuvre une stratégie de recherche.
    Première étape, les élèves sont invités à chercher individuellement, avec tous les moyens à leur disposition : calculatrice, livre, cahier, opérations, schémas,...
    A la fin de cette période de recherche, ils ont une minute pour se déterminer, et exprimer leur réponse avec le boîtier.

    Les indécis peuvent être sollicités directement par le professeur, car l’ordinateur permet de savoir en temps réel qui n’a pas répondu.
    L’affichage des résultats permet une première discussion sur le sujet.
    Deuxième étape, les élèves reprennent leur recherche en binômes, puis sont de nouveau sollicités individuellement pour répondre avec les boîtiers.
    Une nouvelle discussion s’engage, qui aboutira à la résolution du problème.
    L’apport des boitiers est ici évident. Les élèves se sont nettement plus impliqués dans la démarche de recherche que lors d’un déroulement plus classique de ce type d’activité. Les élèves timides, ceux qui ne sont pas sûrs d’eux, qui craignent le regard des autres, ont tous répondu, par l’intermédiaire du boîtier, alors qu’ils n’auraient sans doute pas levé la main pour s’exprimer. Et du fait qu’ils étaient obligés de se déterminer, se sont également davantage investis dans la recherche proposée.

    Après une période d’adaptation au matériel (au début les élèves avaient tendance à jouer avec...), les boîtiers ont finalement trouvé leur place dans l’environnement de travail des élèves, comme la calculatrice, la trousse, les livres,...

Cette expérimentation a été particulièrement appréciée des élèves, qui ont même revendiqué lorsque certaines séances de maths se déroulaient sans boîtiers !
A poursuivre...
Isabelle Perucho, professeure de mathématiques

En savoir plus, site du collège Georges-Pompidou, Orgerus

Matériel prêté dans le cadre de Créatice

Quelques-uns des commentaires des élèves au sujet de cette expérimentation

Je trouve ce nouveau procédé de réponse très intéressant, ce côté un peu ludique, simplifié, laisse l’esprit plus libre pour réfléchir (est-ce dû au fait que ce soit une nouveauté ?). Les multiples fonctionnalités de ce système, comme par exemple les sondage de fin d’exercice ou le fait de pouvoir visualiser qui a répondu et qui ne l’a pas encore fait et pour le professeur qui a dit quoi, rendent la machine plus pratique et utilisable dans d’autres situations. Les feuilles d’interrogations ne me manquent pas.

J’apprécie beaucoup ce mode de travail. Plus besoin de lever la main pour répondre aux questions, on a juste à répondre directement avec le boîtier. Maintenant on ose répondre alors qu’avant on n’osait pas lever la main en pensant que notre réponse serait fausse. Et puis tout le monde peut participer. Donc moi personnellement, j’aimerais bien continuer à travailler avec les boîtiers.

Je trouve cette méthode pratique car elle permet aux élèves de prendre davantage de plaisir qu’une interrogation sur papier et donne moins l’occasion de tricher aux élèves en mettant deux questionnaires.

L’utilisation des boîtiers m’a plu car on n’a pas la peur de ce que les autres élèves pourraient penser de notre réponse ( si elle est bonne ou mauvaise... ) Je trouve aussi que ça nous change des copies que c’est plus intéressant à faire, mais je trouve quand même que l’on a moins de temps pour réfléchir.

Je trouve l’utilisation des boîtiers numériques très favorables à notre progression car certains élèves qui à l’oral ne répondraient pas à une question peuvent répondre avec liberté. Je suis favorable à l’utilisation des boîtiers car le professeur peut voir sur quel point il faudra retravailler parce qu’on peut voir les réponses données par les élèves. Je trouve cette expérience très intéressante et enrichissante.

Pour moi les boîtiers de réponse m’auront été bénéfiques car il m’auront obligé à réfléchir plus que devant une feuille.

Je trouve que les boîtiers nous servent à être plus confiant vis à vis de ce que l’on fait et comme ça ressemble un peu à une console on fait l’exercice sans stress, on prend ça plutôt comme un jeu.

J’aime beaucoup utiliser les boîtiers en cours de maths car ma moyenne a augmenté. Mais aussi étant donné que je ne parle pas beaucoup en cours, le professeur peut penser que je n’ai pas compris mais avec les boîtiers je peux lui montrer que j’ai compris. Et je me sens plus à l’aise avec le boîtier plutôt qu’avec une feuille et un stylo.

Je ne trouve pas les boîtiers désagréables, en fait je ne saurais pas dire si j’aime ou si je n’aime pas les boîtiers. J’y trouve tout de même quelques inconvénients :
moi, pour répondre à une question (surtout en maths) je préfère avoir une feuille parce que sinon, j’ai l’impression de travailler dans le vide. J’aime avoir une trace écrite de ce que j’ai fait pour une interrogation et avoir une feuille pour réfléchir à ce que l’on me demande, lorsque dans ma tête il y a quelque chose (je ne sais pas quoi) qui bloque. Et puis, en donnant des réponses sur un boîtier, j’ai l’impression de rester dans l’ombre, et je déteste ça.

J’aime beaucoup travailler sur les boîtiers. Vu que je suis un peu timide, je n’ose pas tout le temps dire ma réponse à un exercice, avec les boîtiers, ça me permet de le dire sans que j’aie peur de m’exprimer.

Je trouve les boîtiers utiles car grâce à ce procédé on connait les réponses de toute la classe et que l’on a pas besoin de lever la main pour donner son avis.

J’aime bien les boîtiers de réponse, ils permettent de proposer librement ses réponses sans se préocuper du regard des autres.

J’aime beaucoup travailler avec les boîtiers car ça change des interrogations écrites.
Quand on utilise les boîtiers, j’ai moins peur de donner ma réponse à la classe. Je trouve que ça me donne plus confiance en moi, et je préfère les boîtiers aux interrogations écrites.

L’expérimentation des boîtiers électroniques en maths m’a beaucoup plu. Cette méthode m’a permis de plus à participer en classe car nous sommes obligés de répondre . De plus les boîtiers électroniques sont faciles à utiliser et à manipuler.

J’aime beaucoup utiliser les boîtiers en mathématiques car ça facilite plus quand on doit donner une réponse et on n’a pas besoin de justifier forcément sur un boîtier.
J’ai pensé au début que c’était mieux de travailler sur une feuille car on peut tout écrire sur une feuille (comme les calculs ,…) mais ensuite j’ai trouvé que l’utilisation des boîtiers était plus rapide et pouvait calculer nos performances.

Isabelle Perucho, professeure de mathématiques.
Collège Georges-Pompidou, 78 Orgerus.

Matériel prêté dans le cadre de CréaTice