Logo Corpus

Vaincre le diabète

Dans son laboratoire de l’Inserm de Nice, Patrick Collombat dirige une équipe de recherche travaillant sur un type de diabète qui touche 40 millions de personnes dans le monde. En agissant sur un seul des 20 000 gènes de notre corps, on peut espérer rétablir l’équilibre entre les deux hormones qui régulent la glycémie des malades…

Ouvrircompléments pédagogiques

03:23

Interview du biologiste Patrick Collombat. Celui-ci explique que le diabète de type I, maladie auto-immune du pancréas, touche 40 millions de personnes. C’est l’équilibre entre deux hormones fabriquées par les cellules du pancréas, l’insuline – qui diminue le taux de sucre –, et le glucagon – qui a une fonction opposée, qui régule la glycémie.
Pour le diabète de type I, les cellules qui fabriquent de l’insuline sont détruites, provoquant une augmentation du taux de sucre dans le sang et donc, de graves conséquences pour l’organisme (cécité, amputation, voire mort).
Les chercheurs ont par conséquent tenté de trouver un moyen de régénérer ces cellules chez des souris traitées avec un composé développant un diabète de type I. Ils ont forcé la transformation de certaines cellules pancréatiques en cellules ß, qui fabriquent de l’insuline par l’ajout d’un seul gène nommé « Pax4 ». Pour l’instant, cette transposition chez l’homme n’est pas réalisable, mais il est possible de rechercher des médicaments simulant l’ajout de ce petit gène. Après de nombreux tests, deux molécules semblent assez intéressantes, puisqu’elles fonctionnent chez la souris et induisent cette conversion. Patrick Collombat rappelle en conclusion qu’il faut en moyenne dix années de recherche entre la découverte d’une molécule et la fabrication du médicament.

Interview de Patrick Collombat, chercheur à l’Inserm.

La séquence peut être utilisée en fin de chapitre sur la glycémie et le diabète, afin d’approfondir les connaissances sur la nécessité de la régulation de la glycémie.
Les élèves peuvent répondre à un QCM, afin de les sensibiliser à cette maladie insidieuse, – qui, au début, ne provoque aucun symptôme – et renforcer leurs acquis au sujet du diabète.

Vidéos associées