Logo Corpus

Une santé à deux vitesses

En France, statistiquement, l’espérance de vie atteint l’un des niveaux les plus élevés d’Europe. Pourtant, les inégalités en termes de santé sont criantes : un homme exerçant une activité de cadre bénéficie d’une durée de vie moyenne de 6 ans supérieure à celle d’un ouvrier. Comment s’explique ce très mauvais classement de notre pays, seulement dépassé en la matière par la Finlande ? Jean-Paul Moatti, économiste de la santé, propose une réponse.

Ouvrircompléments pédagogiques

03:47
1re ES/L

Jean-Paul Moatti rappelle que, parmi les pays riches, la France est celui où l’on observe les plus grandes inégalités sociales de santé pour développer ensuite une analyse des inégalités face aux pathologies et à la prévention.
Lorsque le risque de développer une maladie est lié à l’appartenance sociale, le niveau de revenu ou d’éducation, on parle de pathologies inégalitaires. En France, ces inégalités sont particulièrement marquées pour les cancers. Ces pathologies inégalitaires trouvent leur explication dans plusieurs phénomènes, tels que l’exposition aux risques professionnels, l’accès plus tardif au dépistage de certaines maladies, et surtout le déficit de prévention chez les catégories sociales les moins favorisées qui sont attachées plus que d’autres à certaines habitudes de consommation pourtant à risques (tabac par exemple).
La politique de prévention donne de bien meilleurs résultats dans les catégories sociales les plus favorisées et éduquées que dans les milieux les plus modestes. Ce constat interroge sur les effets induits de la politique de prévention par la taxation des produits de consommation nocifs. Comme les plus modestes renoncent moins à ce type de consommation que les plus favorisés, ce type de politique présente l’inconvénient de cumuler creusement des inégalités de revenu (le tabac pèse plus lourd dans le budget d’un ouvrier que d’un cadre) et inégalités pathologiques.

Interview de Jean-Paul Moatti, professeur d’économie de la santé à l’université de la Méditerranée.

Comment analyser la structure sociale ? Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ? (programme de sciences économiques et sociales en classe de première et terminale, Bulletin officiel du 23 mai 2013).

Cette séquence peut être pertinente au moment de l’étude des notions d’inégalités sociales et économiques. Elle permet d’illustrer le caractère multiforme des inégalités : inégalités sociales de santé bien sûr, mais également inégalités de pathologies et de prévention. Le support vidéo sera toutefois utilement complété par des données chiffrées précises (Insee). Au moment de l’étude de l’intervention des pouvoirs publics pour corriger ces inégalités sociales de santé, la vidéo sera un support pédagogique efficace pour montrer que les actions des pouvoirs publics sont en ce domaine complexes et sources, parfois, d’effets indésirables non voulus. La question de l’opportunité de la mise en place d’une fiscalité comportementale sur le tabac pourra ainsi être discutée sous un angle nouveau.

Vidéos associées