Logo Corpus

Sexe et genre

Corinne Fortier, anthropologue, établit la différence fondamentale qui existe entre la notion de sexe et la notion de genre. D’un côté, il y a ce qui relève du biologique et de l’anatomique, en bref, de la nature, et de l’autre, ce qui relève de la construction sociale, de l’éducation, de la culture et qui varie d’une société à l’autre. Au carrefour de ces notions se construisent les identités de chacun d’entre nous.

Ouvrircompléments pédagogiques

02:58
1re S, 1re ES/L

Cette séquence présente la différence entre sexe et genre.
Comme l’explique Corinne Fortier, la notion de sexe correspond aux caractéristiques chromosomiques, physiologiques et anatomiques, elle est donc sous dépendance génétique. En effet, le phénotype sexuel est différent entre un homme et une femme : pénis, pilosité plus importante… d’une part, vulve, vagin, utérus, seins… d’autre part.
En revanche, le genre n’est pas déterminé génétiquement ; il relève de la construction de l’individu au sein de la société qui dépend, entre autres, de l’éducation et de la culture.
Pour résumer, Corinne Fortier montre dans cette interview que le sexe est déterminé génétiquement, contrairement au genre, qui n’est pas inné mais de l’ordre de la construction sociétal de l’individu, contribuant à l’élaboration de l’image en tant que femme ou homme de l’individu.

Témoignage/entretien de Corinne Fortier.

Cette séquence peut être utilisée dans le cadre des programmes de 1res S, ES et L.
En 1re S :
La notion abordée se rapportant à cette vidéo est le thème « Devenir femme ou homme » (Bulletin officiel, thème 3 « Corps humain et santé », partie 3A « Féminin, masculin ») : « On saisira l’occasion d’affirmer que si l’identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l’orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée. Cette distinction conduit à porter l’attention sur les phénomènes biologiques concernés. »
En 1res ES et L :
Pour la partie « Féminin, masculin », il est écrit dans l’introduction du programme : « Ce thème vise à fournir à l’élève des connaissances scientifiques clairement établies, qui ne laissent de place ni aux informations erronées sur le fonctionnement de son corps, ni aux préjugés. Ce sera également l’occasion d’affirmer que si l’identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l’orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée. »
Dans la sous-partie « Devenir homme ou femme », il est demandé de différencier, à partir de la confrontation de données biologiques et de représentations sociales, ce qui relève de l’identité sexuelle, des rôles en tant qu’individus sexués et de leurs stéréotypes dans la société, qui s’inscrivent dans l’espace social ; et ce qui relève de l’orientation sexuelle, qui s’inscrit dans l’intimité des personnes.

En classe de 1re S
En préambule à la vidéo, on peut demander aux élèves de se mettre par groupes de 4 et de déterminer s’il y a une différence entre identité sexuelle, genre et orientation sexuelle, de manière à mettre en évidence les représentations initiales à ce sujet. Un débat peut ensuite être mené. Puis la vidéo de l’interview de Corine Fortier permet d’amener les élèves à considérer que si l’identité sexuelle est biologique, déterminée génétiquement, le genre est une construction socioculturelle de l’identité.
D’autre part, on montrera que si les deux notions précédentes relèvent de la sphère publique, l’orientation sexuelle relève, entre autres, de la liberté de choix de chacun, donc de la sphère privée. Cette orientation sexuelle n’est pas sous dépendance génétique, mais notamment sous influence culturelle, sociale… et doit être respectée, car liée à l’intimité de l’individu.
La mise en place d’une approche pluridisciplinaire de ces notions peut également être effectuée en invitant un professeur de philosophie à co-animer cette séance.
L’objectif est d’amener les élèves, par un apport d’informations objectives, à avoir un regard critique et à être capable de différencier ce qui dépend du déterminisme biologique de ce qui a trait aux influences socio-culturelles et donc d’agir en citoyen sachant faire face à une désinformation importante à ce sujet.
Cette séquence pourra être complétée par la vidéo de Corine Fortier sur les stéréotypes.

Vidéos associées