Logo Corpus

Réparer les muscles

Dans son laboratoire de recherche de l’Inserm de Grenoble, Isabelle Marty essaie de comprendre comment se déclarent certaines pathologies musculaires. Pourquoi certains muscles ne fonctionnent-ils plus, alors que l’ordre du mouvement a bien été transmis depuis le cerveau ? Des mécanismes complexes de relâchement du calcium dans la fibre musculaire peuvent en être la cause. Grâce à ces travaux, de nouveaux médicaments sont sur le point de voir le jour…

Ouvrircompléments pédagogiques

03:09
Lycée Général et technologique, Lycée professionnel et post-bac, 2de, 1re S, 1re ES/L, 1re STL, 1re STSS, Terminale S, Terminale STL, Terminale ST2S

Cette séquence est un entretien avec Isabelle Marty, chercheur en biologie à l’Institut de neurosciences de l’Inserm à Grenoble. Elle travaille sur le fonctionnement du muscle, afin de mieux comprendre les pathologies musculaires et les traiter. L’équipe utilise des modèles animaux pour observer la contraction musculaire et mettre des cellules en culture.
La contraction musculaire est commandée par le cerveau qui envoie un ordre sous forme de signal électrique se propageant ensuite sur toute la membrane du muscle. Ce signal entraîne dans les cellules musculaires un relâchement massif de calcium. Ce calcium se lie à des filaments qui vont glisser les uns sur les autres et provoquer la contraction du muscle.
Le relâchement de calcium est effectué par un canal calcique spécialisé, dont le dysfonctionnement peut engendrer des maladies appelées « myopathies ». L’équipe étudie plus particulièrement une maladie rare : la myopathie à cores centraux. Les chercheurs sont parvenus à corriger les défauts génétiques de cellules d’un patient atteint de cette maladie et restaurer des relâchements de calcium normaux. L’objectif est maintenant d’élaborer un traitement qui serait prêt d’ici quelques années pour corriger les défauts chez le patient lui-même.

  • Entretien d’Isabelle Marty.
  • Équipe de l’Inserm en situation de recherche (prélèvements, observations microscopiques…).
  • Mouvements de mains pour montrer la contraction musculaire.
  • Imagerie réelle de cellules musculaires avec relâchement de calcium.
  • Visuel 3D du canal calcique.

Contraction musculaire, fonctionnement des cellules musculaires, canal calcique, relâchement de calcium, pathologies musculaires, myopathie à cores centraux, recherche.

La séquence peut être exploitée dans tous les niveaux de lycée, pour montrer le métier de chercheur et la science vivante qui se construit et évolue. Elle permet aux élèves de mieux comprendre que la recherche peut avoir des applications concrètes en permettant d’élaborer de nouveaux traitements.
En classe de seconde, on insistera sur la contraction musculaire.
En classe de terminale, on mettra en avant l’effet du message nerveux moteur sur le muscle, et le glissement des protéines lors de la contraction musculaire en enseignement de spécialité.

Vidéos associées