Logo Corpus

Qu'est-ce que la maladie mentale ?

Bruno Falissard, pédopsychiatre, donne son point de vue sur la différence entre malade mental et maladie mentale. Si le premier est celui qui a recours à un professionnel pour faire face à sa souffrance, la seconde est une construction intellectuelle des médecins, destinée à les aider à communiquer entre eux.

Ouvrircompléments pédagogiques

02:31
Lycée Général et technologique, Lycée professionnel et post-bac, 1re S

Bruno Falissard, praticien hospitalier, pédopsychiatre, s’attache à distinguer les expressions « malade psychiatrique » et « maladie psychiatrique ». Le malade psychiatrique doit être perçu comme un patient présentant un mal-être psychologique important, dont les répercussions négatives, inhibitrices sur son quotidien, l’amènent à consulter un clinicien. La maladie psychiatrique, quant à elle, doit être perçue comme une dénomination d’une catégorie de pathologies regroupant des patients dont les profils cliniques se ressemblent. La maladie apparaît donc, pour Bruno Falissard, comme une construction opérée par le monde médical, un outil de dénomination, un outil conceptuel qui aide chaque médecin à prendre en charge son patient…

Entretien filmé de Bruno Falissard.

Distinguer le malade psychiatrique en tant que patient d’une part, de la maladie psychiatrique de l’autre. Profils cliniques.

En fin d’étude du chapitre « Patrimoine génétique et maladie », les élèves ont acquis la notion de maladie et celle d’épidémiologie. Ils ont notamment compris, grâce aux études statistiques menées sur les populations, que certaines pathologies ont une ou plusieurs causes bien déterminées. Compte tenu de ces acquis, il peut être intéressant d’amener ces élèves à discuter, échanger leurs propres représentations sur des « maladies » psychiatriques.
« Que pensez-vous de la dépression ? », « Dépression : maladie ou non ? », « Troubles mentaux, une origine génétique ou non ? », « Comment les maladies mentales sont-elles définies ? » « Un malade sans maladie ? » « Une maladie sans malade ? »… L’ouverture d’une réflexion collective ou individuelle prenant appui sur ce type de questionnements ouverts peut être l’occasion, pour certains élèves, de faire part de leur ressenti, de leur propre(s) représentation(s) ou de leur vécu. Dans ce contexte de discussion, l’appui de personnes ressources telles que le médecin et/ou l’infirmière scolaire peut permettre d’amener les élèves à porter un regard nouveau sur les « patients psychiatriques ». À ce titre, l’enseignement d’ECJS au lycée peut constituer un cadre possible pour mettre en place ce débat et travailler ainsi la lutte contre les discriminations.

Vidéos associées