Logo Corpus

Qu'est-ce qu'une espèce ?

On a coutume de dire qu’une espèce se compose de l’ensemble des individus capables de se reproduire entre eux. Pour Pierre-Henri Gouyon, du Muséum d’histoire naturelle, cette définition est invalide, dans la mesure où de nombreux contre-exemples existent. Le mot « espèce » est donc à utiliser avec prudence, comme une notion toute relative, pour décrire le buisson de l’évolution.

Ouvrircompléments pédagogiques

02:54
Lycée Général et technologique, Terminale S

Pour décrire l’incroyable diversité du monde vivant, pour classer les êtres vivants, les systématiciens ont été amenés à établir une hiérarchie au sein des niveaux de description. Chaque être vivant appartient ainsi à un règne, un embranchement, une classe, une infraclasse, un ordre, un genre et à une espèce… Lorsqu’on entend parler de diversité du monde vivant, il s’agit aussi de diversité des espèces.
Ce terme d’« espèce » était avant tout utilisé par Platon pour désigner n’importe quelle catégorie d’organisme. De nos jours, ce concept est restreint à un des niveaux de description de la diversité. Appartiennent à une même espèce des sujets capables de se croiser entre eux et de donner des descendants fertiles. Cependant, et comme le souligne ici Pierre-Henri Gouyon, les critères pris en compte pour définir ce concept sont souvent mis à mal par des contre-exemples. En ce sens, le concept d’espèce paraît parfois mal fondé, ce qui nous amène à discuter de l’importance de ce niveau de description comme outil reflet de la biodiversité.

Témoignage/entretien de Pierre-Henri Gouyon.

La diversité du vivant est en partie décrite comme une diversité d’espèces. La définition de l’espèce est délicate et peut reposer sur des critères variés qui permettent d’apprécier le caractère plus ou moins distinct de deux populations (critères phénotypiques, interfécondité, etc.). Le concept d’espèce s’est modifié au cours de l’histoire de la biologie. Une espèce peut être considérée comme une population d’individus suffisamment isolés génétiquement des autres populations. Une population d’individus identifiée comme constituant une espèce n’est définie que durant un laps de temps fini (programme de SVT de terminale S, Bulletin officiel spécial n° 8 du 13 octobre 2011, thème 1-A-3 De la diversification des êtres vivants à l’évolution de la biodiversité).

Le témoignage apporté par Pierre-Henri Gouyon peut servir de support pour montrer que le concept d’espèce est particulièrement délicat à manier, que sa définition n’a cessé de s’affiner au fil de réflexions et découvertes scientifiques. L’étude réalisée peut en outre permettre d’argumenter une citation de G. Lecointre (professeur au Muséum national d’histoire naturelle) : « Dans la nature il n’y a pas d’espèces : il n’apparaît que des barrières de reproduction. Les espèces, c’est nous qui les créons à partir d’un modèle théorique. »
La thématique ici travaillée peut constituer un levier pour développer l’argumentation scientifique des élèves, leur regard critique, mais aussi pour rappeler que les sciences et les concepts se construisent ou s’affinent à partir de découvertes successives.

Vidéos associées