Logo Corpus

Le sida : le corps

Le sida, syndrome d’immunodéficience acquise, est provoqué par un rétrovirus, le VIH, qui se transmet lors de rapports sexuels non protégés, d’échanges de seringues contaminées, de transfusions sanguines ou encore de la mère à l’enfant pendant la grossesse ou l’allaitement. Le VIH s’attaque à certaines cellules de notre système immunitaire, les cellules à récepteur CD4 chargées de protéger notre organisme lorsqu’un corps étranger nous agresse. Après une phase de primo-infection suivie d’une phase latente qui peut durer plusieurs années, le sida se déclare et rend le malade vulnérable à toutes sortes de maladies opportunistes.

Ouvrircompléments pédagogiques

02:53
Terminale S, Terminale STL, Terminale ST2S

La contamination par le VIH peut s’opérer de différentes manières : par voie sexuelle, sanguine et/ou par voie materno-fœtale. Après contamination, le virus, parasite cellulaire obligatoire, infecte rapidement ses cellules hôtes, notamment les cellules CD4+, pièces maîtresse du système immunitaire. Dans ces cellules, le VIH peut, en détournant la machinerie cellulaire, se répliquer et faire bourgeonner de très nombreuses copies virales.

Sur le plan clinique, l’évolution de la maladie se découpe en trois phases essentielles :
- la phase de primo-infection marquée par l’apparition ou non, pendant plusieurs semaines, de signes cliniques variables, peu spécifiques : fièvre, adénopathie, douleurs articulaires (arthralgies), fatigue, par exemple ;
- la phase asymptomatique (phase cliniquement latente d’une durée pouvant s’étaler de deux à plus de dix ans ; quelques formes symptomatiques mineures – zona, anémie – peuvent être diagnostiquées dans certains cas) ;
- enfin, la phase symptomatique (survenue de pathologies opportunistes infectieuses – toxoplasmose, pneumocystose, tuberculose – ou tumorales – sarcome de Kaposi.

Cette dernière phase coïncide avec l’effondrement des défenses immunitaires caractérisant l’état d’immunodéficience.
Ce stade clinique est celui où les agents infectieux opportunistes peuvent coloniser l’organisme affaibli, favorisant l’apparition et le développement de maladies dites opportunistes, telles que la tuberculose ou la toxoplasmose.

Animation 2D.

IST, organisation du système immunitaire, cellules CD4+, cellules hôtes du virus, tableau clinique du sida, évolution de la maladie, primo-infection, phase asymptomatique, phase symptomatique, immunodéficience, immunodépression.

La séquence présentée ici (ainsi que les documents associés) peut être utilisée en introduction d’une séance visant à étudier l’importance des lymphocytes T4 (lymphocytes LT4 mentionnés dans les programmes) pour le bon déroulement des réponses adaptatives (en terminale S par exemple).
Ainsi, dans le cadre de l’étude concernant l’organisation et le fonctionnement du système immunitaire, il peut être envisagé d’expliquer comment la déplétion en cellules CD4+ peut conduire à une immunodéficience sévère. Il reviendrait ici aux élèves de fournir les arguments expliquant l’incapacité progressive du système immunitaire à lutter contre les agents infectieux opportunistes. L’étude peut être réalisée en s’appuyant notamment sur la séquence vidéographique « L’immunité adaptative » proposée dans Corpus.

Vidéos associées