Logo Corpus

Le paludisme : le futur

Dominique Mazier, parasitologue à l'Inserm, explique comment les recherches de son équipe cherchent à découvrir des solutions médicamenteuses ou vaccinales visant à empêcher le plasmodium, parasite du paludisme, de pénétrer dans le foie, de s'y multiplier et d'en sortir pour aller contaminer le sang de la victime.

Ouvrircompléments pédagogiques

03:25
Cycle 4, 3e

Le rêve de la mise au point d’un vaccin efficace dès l’introduction du plasmodium dans l’organisme humain a toujours suscité l’attention de la communauté scientifique. Les recherches actuelles, menées notamment à l’Inserm et encadrées par le professeur Dominique Mazier, visent avant tout à sélectionner les molécules thérapeutiques ou les vaccins capables d’empêcher le parasite d’accéder au foie ou de sortir de celui-ci. En laboratoire, l’utilisation de cultures cellulaires infectées par le parasite ou de souris « humanisées » infectées s’avère utile pour suivre le développement des parasites et comprendre leurs modalités de prolifération.
L’essentiel des recherches a longtemps concerné, compte tenu de sa pathogénicité, le P. falciparum. Cependant, l’équipe du Pr Mazier porte aussi son attention sur le P. vivax. Cette autre espèce de plasmodium est responsable d’une forme moins grave du paludisme mais est capable d’affecter le patient de manière chronique. Il présente, en effet, un cycle de développement comportant une phase de quiescence de plusieurs mois ou de plusieurs années. L’équipe du Pr Mazier cherche ici à sélectionner des molécules thérapeutiques capables de provoquer le réveil des parasites et de leur permettre de se multiplier pour pouvoir, par la suite, et à l’aide d’autres molécules actives, les éradiquer.

Témoignage de Dominique Mazier (parasitologue, Inserm) avec incrustations de très courtes vidéographies et infographies muettes.

Vaccin, Inserm, cultures cellulaires, pathogénicité, cycle de développement, Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax, concept du « wake and kill ».

Cette séquence peut amener les élèves de 3e et leur enseignant de SVT à s’interroger sur les stratégies envisagées dans le domaine de la recherche pour tenter de contrecarrer l’infection de l’organisme par un pathogène (thème « Risque infectieux et protection de l’organisme »). Il pourra ainsi être envisagé, après avoir présenté le cycle de développement du parasite plasmodium (cf. document associé à la séquence vidéographique), d’inviter les élèves à repérer les phases stratégiques du développement parasitaire sur lesquelles les biologistes pourraient agir pour inhiber la prolifération ou éradiquer le pathogène.
La séquence témoignage du Pr Mazier pourrait alors être projetée afin de montrer que certains repérages effectués par les élèves correspondent bel et bien aux pistes actuelles de la recherche scientifique. L’intervention du Pr Mazier est aussi l’occasion de présenter et d’expliciter aux élèves les différents types de vaccination (préventive ou thérapeutique) envisagées dans la lutte antipaludéenne. On pourra conforter cette approche en prenant appui sur d’autres exemples de mise au point de vaccins préventifs ou thérapeutiques développés dans la lutte contre certaines parasitoses ou certaines viroses.

Vidéos associées