Logo Corpus

La tuberculose : le futur

À l'Inserm, Éric Ghigo étudie le mécanisme qui permet au ver planaire de neutraliser un certain nombre d’agents pathogènes pour l’homme dont Mycobacterium tuberculosis, la bactérie responsable de la tuberculose. L’étude des gènes impliqués dans la résistance de la planaire contre ces bactéries constitue une piste très prometteuse vers de nouvelles voies thérapeutiques.

Ouvrircompléments pédagogiques

02:36
Lycée Général et technologique, Terminale ST2S

Au cours de cet entretien, le Dr Ghigo évoque les travaux de son équipe de recherche sur la planaire, un ver plat japonais, connu pour son immortalité et sa capacité à survivre à des infections bactériennes. L’étude de sa réponse immunitaire a permis de mettre en évidence 18 gènes impliqués dans l’élimination de pathogènes bactériens, parmi lesquels MORN-2 est plus spécifiquement associé à la lutte contre Mycobacterium tuberculosis.
Ce gène est présent dans les leucocytes humains, mais il est sous-exprimé. Lorsque des cellules immunitaires humaines en culture sont transfectées avec ce gène, elles deviennent capables d’éliminer la bactérie.
Ces recherches sont en cours de développement et nécessitent encore de nombreuses années d’études, notamment sur des modèles animaux avant de pouvoir être utilisées chez l’homme.

Entretien avec le docteur Éric Ghigo (DR Inserm).

Recherche médicale fondamentale, planaire, gènes de résistance, transfection de cellules animales, modèles animaux.

Cette vidéo présente de manière vulgarisée des travaux de recherche médicale fondamentale concernant la lutte contre la tuberculose. Les techniques abordées ne sont pas au programme des sections de techniciens ABM ou de terminale ST2S ; cependant, cette séquence peut être utilisée comme conclusion à une séance consacrée à la tuberculose ou à Mycobacterium tuberculosis, en présentant des pistes de développement de nouveaux traitements.
Elle illustre en particulier combien le développement de nouveaux médicaments est un processus long, en raison notamment de la nécessité de réaliser de nombreux tests sur des animaux avant d’obtenir une autorisation de mise sur le marché. Il semble intéressant de rappeler cette notion aux étudiants de ces filières.

Vidéos associées