Logo Corpus

La spéciation

À partir d’une même population, sous la pression de l’environnement, des espèces différentes vont apparaître. C’est le principe de divergence des espèces mis en évidence par Darwin et confirmé par la science de l’évolution. Certaines vont diverger rapidement, d’autres lentement, d’autres encore vont converger. Pierre-Henri Gouyon, du Muséum d’histoire naturelle, nous rappelle les principes de ce moteur de la diversité.

Ouvrircompléments pédagogiques

03:20
Cycle 4, Lycée Général et technologique, 2de

À partir d’une population mère peuvent émerger différentes lignées dont le devenir et les caractéristiques différeront selon les contraintes exercées par le milieu. En divergeant et en buissonnant rapidement à partir de cette population mère, des groupes d’êtres vivants peuvent ainsi présenter de nombreuses sous-espèces ou espèces. Tel est le cas, entre autres, du groupe des insectes.
Il est donc possible de retrouver, chez les espèces actuelles ou passées, des liens de parenté plus ou moins marqués, notamment sur le plan phénotypique. Cependant, dans certains cas de convergence évolutive, deux espèces peuvent présenter des ressemblances sans être pour autant phylogénétiquement proches. L’exemple du loup de Tasmanie, ressemblant à un canidé, est, à ce titre, particulièrement parlant.

Témoignage/entretien de Pierre-Henri Gouyon.

Spéciation, divergence, convergence.

En seconde, lors de l’étude des mécanismes de l’évolution, ou au cycle 4 (« Mettre en évidence des faits d'évolution des espèces et donner des arguments en faveur de quelques mécanismes de l'évolution »), le témoignage explicite proposé ici par P.-H. Gouyon peut permettre, au sein de la classe, d’introduire la notion de divergence et de spéciation entre les espèces vivantes, mais aussi d’émettre l’hypothèse d’une parenté commune. Celle-ci peut alors être mise en évidence au travers de démarches d’investigation portant sur la comparaison de caractères anatomiques, embryologiques ou moléculaires (séquences polypeptidiques ou nucléotidiques alignées). L’exploitation de matrices de caractères ou d’attributs polarisés est aussi un des moyens de quantifier ou de préciser les degrés de parenté pour les exemples traités. En outre, parmi les espèces étudiées, le choix de deux taxons présentant un attribut issu d’une convergence évolutive peut s’avérer judicieux, en lien avec le témoignage de P.-H. Gouyon.

Vidéos associées