Logo Corpus

La rougeole : le soin

Le traitement contre la rougeole consiste essentiellement à lutter contre les symptômes et surtout à éviter les complications qui parfois conduisent au décès. Mais le moyen de lutte le plus efficace contre cette maladie extrêmement contagieuse reste le vaccin. Disponible depuis une quarantaine d'années, il est efficace et peu onéreux. Pour prévenir toute épidémie de rougeole, la couverture vaccinale d'une population doit être supérieure à 90%.

Ouvrircompléments pédagogiques

02:50
Lycée Général et technologique, 1re S, 1re ES/L, 1re STSS

La rougeole fait partie des maladies infectieuses pour lesquelles il n’existe pas encore de traitement pour enrayer l’infection virale. La prise en charge thérapeutique des patients infectés vise uniquement à les soulager et à éviter, au maximum, les éventuelles complications associées (infections pulmonaires, infections oculaires, otites…).
Dans les pays émergents, la malnutrition aggrave l’état clinique des enfants contaminés par le virus de la rougeole. En effet, la maladie altère considérablement l’équilibre hydrique et alimentaire des malades (diarrhées aiguës). Il convient donc de les réhydrater, parfois directement par perfusion, et de surveiller leur alimentation. Des compléments riches en vitamine A sont administrés pour palier les carences consécutives aux diarrhées aiguës…
Les campagnes de vaccination mises en œuvre à destination des populations les plus impactées sont efficaces. Les enfants à protéger reçoivent, le plus souvent, deux injections du vaccin antirougeoleux, le même vaccin vivant atténué qu’il y a quarante ans.
La vaccination massive constitue donc une arme efficace pour lutter contre les épidémies de rougeole. Les épidémiologistes estiment que, pour enrayer cette maladie, la couverture vaccinale d’une population devrait être supérieure à 90 %. Atteindre l’immunité collective constitue donc un objectif majeur en termes de lutte contre le virus de la rougeole.

Séquence comportant des extraits filmés au sein des populations et illustrant la prise en charge de patients (enfants) atteints par la rougeole. Mise en œuvre de campagnes de vaccination.

Maladie infectieuse, symptômes cliniques, prise en charge thérapeutique, campagnes vaccinales, couverture vaccinale, immunité collective.

L’étude de la transmission du virus lors d’une épidémie est indispensable pour comprendre l’extension de la maladie et, à terme, pour lutter contre cette dernière. Les épidémiologistes étudient, sur le plan statistique, les modalités de propagation d’une épidémie. Cette approche mathématique est envisageable avec les élèves dans le cadre d’une démarche projet de type TPE ou d’une activité interdisciplinaire en ST2S. En considérant une population initiale et un cas de patient nouvellement infecté par le virus, on peut, en estimant qu’une personne infectée en contaminera 20 autres (non immunisées), simuler l’extension de l’épidémie au terme d’une semaine ou d’un laps de temps défini. La prise en compte d’une campagne de vaccination à une date t, appliquée à x sujets, permettrait de démontrer l’impact positif de cette démarche préventive pour enrayer l’épidémie. La notion d’immunité collective peut ainsi être naturellement dégagée par l’enseignant et/ou par les élèves.
Cette étude peut être complétée par la présentation des travaux de Vittoria Colizza, physicienne responsable de la modélisation de la propagation spatiale des maladies infectieuses à l’Inserm de Paris. Ces travaux sont exposés dans une séquence vidéographique de Corpus : « Comprendre la propagation des maladies ».

Vidéos associées