Logo Corpus

La rougeole : le corps

Le virus de la rougeole se transmet par la toux, la salive ou les sécrétions nasales. Dans un premier temps, pendant dix à quatorze jours, une personne infectée ne présente aucun signe particulier. Puis la maladie se déclare avec, entre autres symptômes, de la fièvre, de la toux, une conjonctivite et une éruption sur l'ensemble du corps. Des complications surviennent dans 10 à 40% des cas, qui peuvent conduire au décès.

Ouvrircompléments pédagogiques

03:06
Cycle 4, Lycée Général et technologique, 3e, 1re S, 1re ES/L, 1re STSS

Le virus de la rougeole, membre de la famille des Paramyxoviridae, est un Morbillivirus dont le matériel génétique (sous forme d’ARN) est, contrairement à celui de nombreux virus, particulièrement stable. Il ne mute pas. Cette particularité génomique explique pourquoi les vaccins antirougeoleux, mis au point et développés depuis les années 1960, sont très efficaces et sont encore utilisés de nos jours.
La maladie se transmet d’hôte à hôte par voie aérienne (émission de gouttelettes de salive contaminées et en suspension dans l’air) ou par contact direct avec des sécrétions infectées. Juste après la contamination, les particules virales se répliquent dans les voies respiratoires puis migrent vers des organes tels que le foie ou la rate. Les symptômes cliniques apparaissent : fièvre, toux sèche, catarrhe oculo-nasal, fatigue et signe de Köplik (apparition de petites taches sur la face interne des joues), caractéristique de la maladie.
S’ensuit alors l’apparition de plaques rouges, d’abord sur le visage, puis sur l’ensemble du corps. Cette éruption se prolonge pendant une semaine puis débouche sur la desquamation des plaques éruptives avant le rétablissement du sujet. Une personne guérie de la rougeole est immunisée à vie.
Dans certains cas, la rougeole s’accompagne de complications dont certaines, très sévères (pneumonie, encéphalite aiguë), peuvent conduire au décès du patient. Ces complications peuvent affecter tout particulièrement des sujets fragilisés, malnutris, séropositifs au VIH, ou quotidiennement confrontés à la promiscuité. Dans les pays pauvres, la mortalité liée à la rougeole oscille habituellement entre 3 et 6 %.

Animations infographiques 2D

Pathogène, contamination, contagion, pathogénicité, tableau clinique, prolifération virale, complications cliniques, facteurs aggravants.

La séquence ici proposée peut constituer un support utile pour aborder l’exemple d’une maladie infectieuse dans le cadre de l’enseignement des SVT en 3e (risque infectieux et protection de l’organisme).
La présentation commentée de la maladie doit permettre aux élèves de retrouver trois points essentiels rattachés aux savoirs exigibles du programme officiel : la présence de pathogènes dans son environnement, le mode de transmission puis la multiplication d’un pathogène dans l’organisme (l’infection). Il conviendra ici de souligner à la fois le pouvoir contagieux du virus de la rougeole et les complications cliniques possibles liées à l’infection. Ces deux caractéristiques de la maladie constituent en effet un axe majeur pour renforcer l’importance de la vaccination dans un cadre préventif.

Vidéos associées