Logo Corpus

La rougeole : l’histoire

La rougeole fut décrite pour la première fois par Rhazès, savant persan du Xe siècle. Pendant des siècles, cette maladie fit des ravages en Europe. Elle fut transmise au XIXe siècle en Amérique et en Afrique par les colons. En 1954, le virus fut isolé par le biologiste américain John Enders, ce qui permit de mettre au point le premier vaccin contre cette maladie dans les années 1960.

Ouvrircompléments pédagogiques

03:03
3e, 1re S, 1re ES/L, 1re STSS

Décrite depuis longtemps et très précisément dans ses principaux aspects cliniques (Rhazès, 865-932), la rougeole est une maladie infectieuse sévissant par grandes vagues épidémiques. La contagiosité et la virulence du pathogène responsable de la maladie avaient déjà été manifestes lors de la célèbre épidémie de 1851 qui avait alors touché les îles Féroé. Il faudra cependant attendre 1954 et l’isolement du virus par John Enders pour identifier la nature virale de ce pathogène.
Rapidement, neuf ans plus tard, on arrivera, en cultivant et en répliquant des souches virales sur des cultures cellulaires, à leur faire perdre progressivement leur pouvoir infectieux sans perte de leur pouvoir immunogène. Ces cultures permettront la production de virus vivants atténués (non infectieux), constituants essentiels du premier vaccin antirougeoleux (le Rubeovax des laboratoires Merck) élaboré par Enders et ses collaborateurs.
Entre 1963 et 1989, les protocoles de vaccination, de plus en plus affinés (recommandation d’une double injection vaccinale), favoriseront la protection des populations à risques.
Depuis ces travaux, les campagnes vaccinales mises en œuvre dans plusieurs pays ont permis de réduire drastiquement (– 94 % entre 1980 et 2013) le nombre de décès liés aux complications de la rougeole à travers le monde.

Animation 2D

Maladie infectieuse, vaccination, vagues épidémiques, vaccins, couverture vaccinale, protocole préventif.

L’étude historique de la rougeole souligne ici l’importance et l’efficacité des campagnes de vaccination sur l’incidence de la rougeole au sein des populations. La diminution marquée du nombre de décès enregistrés depuis le milieu du XXe siècle et l’éradication pronostiquée de la maladie par l’OMS viennent conforter cette efficacité. Dans ce cadre, on peut demander aux élèves de retracer les grandes étapes liées à la vaccination. Des premières pratiques préventives de la médecine chinoise, en passant par Home, Panum (étude de l’épidémie de rougeole aux îles Féroé), Jenner, Enders, Pasteur, Koch… Les recherches engagées permettraient l’établissement d’une frise chronologique replaçant et contextualisant les grandes avancées liées aux maladies infectieuses souvent connues de chacun (rougeole, tuberculose, rubéole…). On soulignera ainsi l’éradication de la variole (1980), obtenue grâce à la mise en place d’un programme mondial coordonné par l’OMS.

Vidéos associées