Logo Corpus

La lutte contre le Sida

Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, nous rappelle que depuis les années 1980, la lutte contre le Sida a connu des succès importants : identification du virus, mise en place des tests de dépistage, mise au point de la trithérapie, etc. Seul le vaccin qui permettrait d’éviter de le contracter n’a jamais vu le jour. Si les progrès de la médecine ont été nombreux, la maladie continue de frapper inégalement selon les régions du monde, et la vigilance de tous reste de mise…

Ouvrircompléments pédagogiques

03:25
Cycle 4, 3e

Jean-François Bach explique que des tests de dépistage du sida ont pu être mis en place après la découverte du virus par Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi dans les années 1980. Il constate que les progrès de la trithérapie donnée aux malades atteints du sida ont permis de freiner l’évolution de la maladie. De nos jours, il est possible de vivre avec alors qu’au début on en mourrait systématiquement et rapidement. Cependant, même si l’espérance de vie est tout à fait correcte, il n’existe toujours pas de vaccin et il sera très difficile d’en trouver, car le virus échappe au vaccin.
Des espoirs sont malgré tout fondés sur la disparition progressive de la maladie dans les pays développés, car un sujet en début de maladie et traité par chimiothérapie est beaucoup moins contagieux. Ainsi, la contamination diminue. Il faut néanmoins toujours utiliser les préservatifs, car les risques sont encore présents. Statistiquement, on pourrait assister à une quasi-disparition de la maladie si on poursuivait les dépistages de manière précoce afin de traiter rapidement et efficacement les malades.

Images réelles de l’interview de Jean-François Bach, professeur de l’Académie des sciences.

Une immunodéficience acquise (le sida) peut perturber le système immunitaire. Importance de la prévention pour limiter la propagation du VIH (programme de SVT de 3e, Bulletin officiel spécial n° 6 du 28 août 2008, partie Risque infectieux et protection de l’organisme).

Le sujet du sida et l’importance de la prévention face au VIH sont abordés dans le cadre des maladies liées à une immunodéficience acquise du système immunitaire.
Les élèves peuvent y être sensibilisés via l’étude de campagnes publicitaires au service de la prévention, ou via la consultation de sites tels que Sida Info Service ou Sidaction.
On peut compléter cette étude en visionnant des vidéos de l’émission « C’est pas sorcier » consultables sur lesite.tv, puis de répondre à un QCM.
Enfin, on peut faire une petite expérience à l’aide de tubes à essai. Chaque élève en prend deux : l’un comme témoin, l’autre pour l’expérience. Tous les tubes sont remplis d’eau ; on ajoute à l’un des deux du phénol (incolore au départ qui se révélera positif en présence de soude) afin de simuler des relations sexuelles non protégées. Après que les élèves auront mélangé trois fois leur tube avec celui de trois autres camarades, on comptabilise le nombre de tubes « positifs », ce qui permet de commenter et de discuter de la rapidité de la propagation d’une maladie sexuellement transmissible, puisque, généralement, plus de la moitié des tubes sont contaminés.

Vidéos associées