Logo Corpus

La leishmaniose viscérale : le soin

La leishmaniose viscérale se soigne différemment selon les régions du monde. En Afrique, un test rapide, éventuellement suivi d'un test sérologique ou d'une ponction de la rate ou du foie, permet de diagnostiquer la maladie. Une thérapie de dix-sept jours associant deux traitements est alors suivie. En Asie, la forme de leishmaniose est différente. Le traitement est plus facile à suivre, puisqu'il s'administre en deux heures en une seule perfusion avec un taux de guérison de plus de 98 %.

Ouvrircompléments pédagogiques

02:09
Lycée Général et technologique, 1re STSS, Terminale ST2S

La leishmaniose viscérale sévit essentiellement en Afrique de l’Est, au Brésil et en Asie. En Afrique, le diagnostic de l’infection peut être établi par un test de dépistage rapide, suivi d’un test sérologique ou d’une ponction de la rate ou de moelle osseuse. La réalisation de ces tests exige des infrastructures sanitaires équipées que l’on ne trouve pas en milieu rural.
Les traitements thérapeutiques actuels, reposant notamment sur l’administration de sels d’antimoine, sont moins contraignants, moins longs, que les précédents. En effet, leur durée a déjà été réduite de moitié. Cependant, pour les femmes enceintes, les patients âgés ou les patients gravement malades, le traitement administré est différent, les sels d’antimoine étant moins efficaces et augmentant le taux de mortalité. En ce qui concerne les patients co-infectés (VIH/Leishmania), le traitement s’avère plus difficile. Ces patients ne sont jamais entièrement guéris et sont sujets à de fréquentes récidives.
En Asie, la prise en charge thérapeutique des patients souffrant de leishmaniose viscérale consiste en un traitement unique, d’une durée de deux heures seulement, avec administration en intraveineuse d’AmBisome®. Les résultats sont excellents, puisque 98 % des patients guérissent.

Vidéo entrecoupée de courtes séquences illustrant l’utilisation de tests de dépistage rapide au sein des populations à risques, la réalisation d’une ponction pour le diagnostic, le témoignage d’une mère d’enfant touché par la maladie, la mise en œuvre des traitements thérapeutiques auprès de patients.

Dépistage, test de dépistage rapide, diagnostic clinique, traitements antimoniés, co-infection Leishmania/VIH, AmBisome®.

La séquence proposée souligne l’une des difficultés rencontrées lors du dépistage des patients infectés. En effet, comme signalé pour l’Afrique, les tests de dépistage et la confirmation du diagnostic nécessitent des ressources matérielles et humaines non disponibles en zones rurales, là où le nombre de patients infectés est pourtant particulièrement élevé. L’étude de la leishmaniose viscérale et de son extension en Afrique de l’Est, au Brésil et en Inde, constitue donc, pour les élèves de la série ST2S, un remarquable exemple de pathologie dont l’ampleur est directement liée au manque de ressources et d’infrastructures sanitaires. Il peut donc être intéressant, au regard de ce constat, d’explorer le contenu des programmes de santé élaborés par les pouvoirs publics de ces pays et d’expliciter comment ces derniers cherchent à remédier à cette situation préoccupante.

Vidéos associées