Logo Corpus

La leishmaniose viscérale : le futur

Le Dr Jorge Alvar (DNDi) nous explique que la leishmaniose viscérale est présente dans trois régions du monde : en Afrique de l'Est, en Asie du Sud et au Brésil. En Asie, au Bangladesh, au Népal et en Inde, un ambitieux programme de lutte contre la maladie donne déjà de bons résultats. En revanche, la leishmaniose ainsi que la mouche à l'origine de la transmission sont plus difficiles à combattre en Afrique, faute de traitements adaptés. Enfin, au Brésil, où la co-infection leishmaniose/VIH est importante, la prise en charge des malades est difficile.

Ouvrircompléments pédagogiques

01:47
Lycée Général et technologique, 1re STSS, Terminale ST2S

À l’heure actuelle, la leishmaniose viscérale sévit essentiellement sur trois continents ; en Afrique de l’Est, dans le Sud-Est asiatique et au Brésil. Sur le continent asiatique, les programmes et les infrastructures sanitaires mis en place permettent d’entrevoir, d’ici quelques années, une réduction significative du nombre de cas touchés par la maladie. Il en est tout autrement en Afrique de l’Est où les traitements dispensés s’avèrent peu adaptés au contexte. L’un des objectifs du DNDi (Drugs for Neglected Diseases initiative) est donc de proposer des médicaments efficaces dont l’administration, par voie orale, facilitera l’accès aux soins. Par ailleurs, et toujours en Afrique, la situation est rendue complexe par la présence de multiples obstacles compliquant la prise en charge des patients infectés (co-infection Leishmania/VIH, malnutrition, contexte géopolitique instable). La situation sanitaire est, à ce titre, particulièrement préoccupante…

Témoignage du docteur Jorge Alvar (responsable de programme Leishmaniose au DNDi à Genève) avec incrustations de très courtes vidéographies et infographies muettes.

Prévalence de la leishmaniose en Afrique de l’Est, en Asie et au Brésil, programmes de couverture thérapeutique, mise au point de nouveaux traitements, obstacles à contourner.

L’état des lieux concernant la leishmaniose viscérale, présenté ici par le Dr Jorge Alvar, souligne la situation préoccupante dans laquelle se situe actuellement l’Afrique de l’Est. Afin qu’ils prennent conscience de cette situation, il peut être intéressant de demander aux élèves, à partir des données fournies par la séquence vidéographique et les commentaires associés, de dresser une comparaison du contexte et du bilan sanitaires caractérisant l’Afrique de l’Est d’une part, le Sud-Est asiatique et le Brésil d’autre part. Il reviendrait ainsi aux élèves, par exemple, de construire un tableau croisé indiquant les critères mentionnés par le Dr Alvar (exemples : état des infrastructures sanitaires, prévalence de la co-infection Leishmania/VIH…) et, en correspondance, l’état des lieux ou les caractéristiques associés, tels qu’ils sont évalués actuellement dans chacune de ces trois régions du monde (exemples pour l’Afrique de l’Est : quasi-inexistence des infrastructures sanitaires en milieu rural, fort pourcentage de patients co-infectés…). Un tel travail d’étude comparative permettrait ainsi à chacun de s’efforcer de saisir les points d’étude ciblés par le Dr Alvar, mais aussi de prendre conscience de la situation préoccupante dans laquelle se trouve actuellement l’Afrique de l’Est et ainsi, de mieux cerner les stratégies envisagées par le DNDi pour tenter d’y remédier.

Vidéos associées