Logo Corpus

La domination masculine

Le patriarcat, c’est-à-dire la domination des hommes sur la société, est une donnée universelle ; le matriarcat, lui, n’existe pas. Comment se fait-il que les hommes aient acquis le monopole du pouvoir politique, économique et religieux ? Comment expliquer que les femmes aient été cantonnées au pouvoir domestique ? Cette hiérarchie peut-elle être remise en cause ? Corinne Fortier, anthropologue, convoque Claude Lévi-Strauss et la théorie de la valeur d’échange des femmes pour nous l’expliquer.

Ouvrircompléments pédagogiques

03:28
Cycle 4, Lycée Général et technologique, Lycée professionnel et post-bac

Corinne Fortier explique dans cette vidéo que toutes les sociétés sont basées sur la domination par les hommes, qui se sont attribué les positions sociales importantes, qu’elles soient politiques, économiques ou religieuses, et ont relégué les femmes aux tâches domestiques et de reproduction, profitant de la nécessité impérieuse du corps de la femme pour la gestation, l’accouchement et la lactation.
Ainsi, Corinne Fortier montre que les femmes sont généralement soumises aux droits des hommes de disposer d’elles.

Témoignage/entretien de Corinne Fortier.

Inégalités liées au genre.

Cette séquence peut être utilisée en cycle 4 mais surtout en lycée. On peut imaginer un EPI SVT-histoire (Thème 3 de la classe de 3e, « Françaises et Français dans une République repensée. Femmes et hommes dans la société des années 1950 aux années 1980 : nouveaux enjeux sociaux et culturels, réponses politiques »). Il est possible de partir de la problématique suivante : existe-t-il une différence de représentation de la place des individus dans la société entre filles et garçons ?
Cette vidéo peut être le point de départ d’un débat entre les élèves de la classe, afin de dresser un bilan des représentations de l’identité sexuelle du point de vue social. On pourra séparer les réponses données par les filles, de celles données par les garçons, afin de voir s’il existe une différence de vison sur la question et quelles peuvent en être les origines.
Puis, il sera possible de rebondir sur la notion d’identité sexuelle biologique et d’identité sexuelle sociale, en posant la question d’un lien objectif ou non entre sexe biologique et genre.
Ainsi, les notions d’identité sexuelle biologique et socio-culturelle et d’orientation sexuelle pourraient être amenées au cours des débats, afin de former des citoyens à une vision objective basée sur des faits, et non sur des préjugés.
Cette activité sera d’autant plus riche si elle est pluridisciplinaire, en faisant par exemple intervenir un professeur d’histoire-géographie qui travaillerait sur la position de la femme dans les différentes sociétés du monde étudiées au programme de la classe concernée.
Cette vidéo pourra être complétée avec d’autres vidéos de Corinne Fortier proposées sur le site, comme celle sur la Hiérarchie des sexes.

Vidéos associées