Logo Corpus

La commande du mouvement

Les mouvements volontaires du corps sont commandés par le cerveau. À ses différentes aires correspondent des types de commande spécifiques. Cortex moteur, lobe frontal, lobe temporal, lobe pariétal, thalamus, cervelet jouent chacun un rôle bien particulier dans la formation et la transmission des messages nerveux vers l’extrémité des fibres neuronales qui activent les muscles.

Ouvrircompléments pédagogiques

03:24
Terminale S

La séquence décrit d’abord l’ensemble des processus cérébraux qui ont lieu avant même d’effectuer un mouvement. La communication du cortex moteur avec de multiples zones cérébrales est précisée et son organisation en différentes zones allouées à des parties du corps bien précises est schématisée. La vidéo illustre ensuite le recrutement de certains neurones véhiculant des messages nerveux le long de la moelle épinière, dans la substance blanche. L’activation des neurones moteurs dans la substance grise permet ensuite aux messages nerveux d’atteindre la jonction neuromusculaire, où la contraction de fibres musculaires est initiée.
Les processus de la contraction musculaire sont expliqués simplement, jusqu’à l’échelle des myofilaments.

Animation de synthèse, infographies.

Événements produits depuis la volonté d’effectuer un mouvement jusqu’à sa réalisation : étape cérébrale de préparation, trajet des messages nerveux, conséquences lors de l’arrivée aux muscles.

Il s’agit de faire comprendre aux élèves que le simple fait de réaliser un mouvement prend en compte de multiples paramètres auxquels nous ne pensons jamais : vitesse, distance, coordination, situation dans l’espace, etc. À partir de l’exemple de la mise au point d’un robot téléguidé, on peut énumérer quelques contraintes à prendre en compte.
La complexité de l’analyse cérébrale est résumée dans la vidéo. On peut demander aux élèves de compléter un fond de schéma pour préciser les rôles de chaque structure impliquée.
Il est aussi possible d’étudier un exemple fictif d’individu ayant subi un accident qui le rend partiellement paralysé, afin de comprendre le trajet des messages nerveux le long de la moelle et jusqu’à la jonction neuromusculaire.

Vidéos associées