Logo Corpus

1747, Duhamel du Monceau et la croissance des os

Comment grandissent les os ? Comment se réparent-ils après une fracture ? Au début du XVIIIe siècle, on imagine un liquide osseux capable de faire croître l’os ou de le restaurer par durcissement. La théorie de Galien, médecin de l’Antiquité, fait loi. Mais en 1747, le botaniste, agronome et esprit curieux du Siècle des lumières Henri-Louis Duhamel du Monceau s’intéresse à la croissance de quelques porcs friands de teinture rouge et jette les bases d’une théorie nouvelle…

Ouvrircompléments pédagogiques

03:19

Au XVIIIe siècle, ce qu’on ne nomme pas encore la science mais la philosophie naturelle est l’occupation d’une élite fortunée et oisive. Duhamel du Monceau (1700-1782), inspecteur de la Marine converti à la botanique, s’intéresse à de multiples sujets, sans spécialisation. Ses études sur les plantes l’amènent à étudier la croissance des os par une démarche intellectuelle mêlant analogie et expérimentation. Ses résultats sont publiés dans les mémoires de l’académie des Sciences, mais sans trouver vraiment d’échos : la physiologie n’est encore qu’une science balbutiante qui se structurera au XIXe siècle.

Archives historiques.

Progression de la connaissance à la fois par une démarche d’enquête, avec l’usage de l’analogie, l’expérience et l’analyse, mais aussi par la constitution d’un environnement favorable (institutions scientifiques).

Proposer aux élèves d’étudier isolément et/ou comparativement les documents, de Duhamel du Monceau ou Pierre Flourens, visibles dans cette séquence (et disponibles sur Gallica), sur quelques aspects : présentation, mise en récit de l’expérience, organisation de la réflexion. Quels sont les points communs, les différences ? Comment est rédigé un article scientifique aujourd’hui (et en premier lieu, en quelle langue ?)
Rechercher (sur Gallica) des articles de Duhamel dans les mémoires de l’académie des Sciences, pour illustrer l’éclectisme de ses recherches et son absence de spécialisation.
Duhamel du Monceau a présenté en 1741 un mémoire à l’académie des sciences portant sur la réunion de la fracture des os (Mémoire de l’académie des sciences, 1741, p. 97). Le résumé du texte permettra d’appréhender à la fois la démarche expérimentale et le style littéraire du XVIIIe siècle. Le texte étant assez bavard, se limiter à l’étude de l’introduction et ses précautions oratoires. Observer comment Duhamel cite ses confrères pour assurer de sa propre légitimité.
Duhamel du Monceau incarne le scientifique du XVIIIe siècle : éclectique, fortuné. Montrer à quel point c’est alors la norme à travers une recherche sur plusieurs célébrités de la même époque : l’abbé Nollet, Benjamin Franklin, Antoine Lavoisier, Carl von Linné, etc. Avec quels revenus ces savants subvenaient-ils à leurs besoins ? Dans quel(s) domaine(s) ont-ils fait des recherches ? Faire de même avec des scientifiques du XIXe siècle (dont Pierre Flourens) afin de montrer que la recherche s’est transformée, au début de ce siècle, en une activité professionnelle à part entière.

Vidéos associées