Logo Corpus

Du jour à la nuit

Chencho, Laura, Élise, Yaël et les autres ont entre 13 et 18 ans. Ils sont filles et garçons, vivent en ville ou à la campagne, habitent seuls ou chez leurs parents. Ils nous racontent comment ils vivent, chacun à leur manière, le passage du jour à la nuit, de l’état de veille à celui du sommeil. Chacun a son petit secret, sa technique et ses rituels.

Ouvrircompléments pédagogiques

02:16
Cycle 4, Lycée Général et technologique, Lycée professionnel et post-bac, 2de

Le dynamisme de notre société impose des contraintes, environnementales ou scolaires, qui mettent en porte-à-faux notre rythme veille-sommeil. Les adolescents ou les jeunes adultes sont particulièrement concernés par ces contraintes. Comment rendre compatible, pour chacun, le maintien de toutes ses activités quotidiennes de loisirs, d’échanges sociaux, de recherches d’informations ou de sensations sans restreindre sa quotité d’heures de sommeil ?
Six jeunes personnes relatent ici leurs pratiques comportementales au moment du coucher. À chacun ses habitudes ! Cependant, un point commun les unit : la dépendance vis-à-vis des nouvelles technologies pour s’endormir : Internet, musique, jeux vidéo… Autant d’occupations et de préoccupations qui entrent en compétition avec la durée de sommeil et qui tendent à repousser l’heure de l’endormissement… et celle du sommeil profond.

Témoignages d’adolescents et de jeunes adultes.

Le sommeil, le temps de sommeil, les rituels d’endormissements.

Aussi bien en collège qu’en lycée, la séquence proposée peut servir d’introduction à une séance d’accompagnement personnalisée ayant pour thématique « se connaître » ou « apprendre à apprendre » ou encore « un lien étroit entre apprentissage et sommeil ».
Une phase collective permettrait à chacun d’échanger sur ses pratiques et sur les conséquences d’un manque de sommeil. Une connaissance un peu plus fine, concernant les rythmes biologiques humains, permettrait également de :

  • démontrer que sommeil et mémorisation sont intimement liés ;
  • mieux cibler les temps d’apprentissage efficace de sa journée ;
  • diminuer son stress ;
  • augmenter sa vigilance diurne et donc sa performance intellectuelle en classe.

Vidéos associées