Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
Vidéo

Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945. Espaces et histoire.

Référence Média: 

La question porte en premier lieu sur les appareils répressifs mis en place par l’Allemagne nazie, ses vassaux et ses satellites, sur leurs politiques de maintien de l’ordre, de lutte contre les oppositions et les résistances, sur leur application de programmes d’envergure spécifiques, généralement très meurtriers, et sur leur recours aux déportations, de 1939 à 1945, outil principal au service de ces politiques et de finalités différentes, qui peuvent être à la fois idéologiques, sécuritaires et pragmatiques, et en même temps liées à l’évolution de la guerre mondiale. La question doit donc être déclinée au pluriel, pour rendre compte des espaces et des moments historiques.

L’Europe doit ici se concevoir comme le territoire touché par la guerre et plus particulièrement par la répression et la déportation. Celles-ci se sont exercées non seulement en France, mais dans tous les territoires conquis, annexés, occupés, menacés par le Reich. Cette ouverture spatiale du sujet engendre une ouverture conceptuelle tout aussi novatrice pour le concours : la répression et la déportation n’ont pas été le seul fait de l’Allemagne nazie, mais aussi de ses vassaux et, dans certains cas, de ses ennemis. Elles dessinent des espaces et une histoire pluriels, comme le sont les réalités plurielles de la répression et de la déportation.

Associées en 1945 et au moment de la découverte de l’horreur des camps au seul système concentrationnaire, les répressions et les déportations ont donc concerné le système carcéral du Reich et d’autres lieux, prenant des directions et des formes différentes. L’étude des différents espaces qui leur correspondent, dans leur diversité, conduit à retracer une autre histoire des déportations. Elles doivent être replacées dans leurs contextes politiques et militaires, dans leurs généalogies et leurs évolutions, et comparées dans les espaces et aux moments de la Seconde guerre mondiale.

La répression est inhérente au régime nazi et se met en place dès ses débuts, en 1933. Les opérations militaires constituent un levier indispensable qui permet d’intensifier et de systématiser les répressions, de septembre 1939 à mai 1945. Ce  cadre induit une autre approche des interactions des répressions et des déportations, en fonction des phases de la guerre, en particulier à l’Est, y compris dans la Russie soviétique et du fait de son régime politique. L’évolution de la « guerre totale » entraîne à partir de 1943 l’intensification du travail forcé des concentrationnaires et la nécessité d’alimenter massivement en main-d’œuvre servile le système concentrationnaire.

Trois propositions de problématiques peuvent se dégager de l’étude de cette question :

  1. La répression et les répressions : une place renouvelée dans les études historiques
  2. Politiques répressives, dispositif répressif, finalités des répressions et des déportations
  3. Une forme de répression centrale : les déportations et leurs espaces

Tristan Lecoq
Inspecteur général de l’Éducation nationale
Professeur des Universités associé à l’Université Paris Sorbonne
Président du jury national des correcteurs du Concours national de la Résistance et de la déportation (CNRD)

Erreur | Concours National de la Résistance et de la Déportation

Erreur

Message d'état

  • dblog_cron: Launched in thread 1
  • queue_video_queue: Launched in thread 1
Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.