Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer

Vidéo

VIDÉO

Un rapport différent à la connaissance, et entre élèves et professeur

[sommaire] >> suite : l’interdisciplinarité et la créativité

En quoi la participation au CNRD peut-elle enrichir les rapports entre élèves et professeurs ?

Je crois aussi que ce concours offre un espace de liberté. Je serais tentée de me référer à deux choses au fond : d’une part, à une pédagogie, certes ancienne, qui est la pédagogie Freinet, avec l’idée que les élèves s’emparent d’un objet qui les intéresse et ont de la liberté pour le traiter. Je crois que cette pédagogie Freinet, toute proportion gardée, bien entendu – je ne saurais réduire Freinet à ceci –, a été peut-être renouvelée, ou réinterrogée par les travaux personnels encadrés qui, dans les lycées, offrent aussi aux élèves qui choisissent un thème, un espace de liberté pour le mener à bien. Donc à la fois l’importance thématique de ce concours, mais également le fait de le faire en liberté avec un rapport différent à la connaissance, mais aussi entre élèves et professeur. Il est évident qu’il y a un rapport tout à fait différent entre les élèves et les professeurs, au moment où ils préparent ce concours, autre que lors d’un cours traditionnel, aussi sympathiques soient le professeur et les élèves.