Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
Descendants de nazis : l'héritage infernal, documentaire de Michael Grynszpan et Marie-Pierre Raimbault (2010)
Dimanche, 23 Septembre, 2018 - 16:00

On parle souvent des nazis qui ont sévi pendant la Seconde Guerre mondiale, de ceux qu'ils ont persécutés et de leur descendance, marquée à jamais. Mais on parle moins des enfants et petits-enfants des nazis. Un certain nombre d'entre eux habitent en Israël, anonymement ou pas. Certains se sont convertis au judaïsme et vivent comme de véritables Juifs, portent la kippa, se sont mariés avec des orthodoxes et envoient leurs enfants fréquenter les écoles religieuses, les yeshivas. Alors que beaucoup n'étaient pas nés au moment de la guerre, ils semblent porter le poids de l'histoire de leurs ancêtres, comme si la culpabilité s'héritait. En Israël, on appelle ça le tikoun, autrement dit, la réparation générale.

« Ils se nomment Matthias Göring, Magda Goebbels ou Katrin Himmler, et ont beau n'avoir eu aucune part dans les crimes perpétrés par leur grand-oncle ou leur grand-père, leur patronyme, le lien de parenté qu'il met en évidence et l'héritage symbolique qui lui est rattaché ­pèsent lourdement sur leur existence. Une heure et demie durant, Marie-Pierre Raimbault et Michael Grynszpan s'attachent au parcours singulier de quelques « descendants de nazis » en quête de réparation, qui se sont rapprochés du « peuple juif » ou du judaïsme, ont épousé un(e) juif(ve), se sont parfois même convertis et installés en Israël.

Dommage que les réalisateurs traitent ce sujet original sur un mode excessivement affectif, favorisé par la belle voix grave de Jean-Claude Dau­phin, un commentaire confit de compassion et d'intempestives dégoulinades musicales. Surnagent heureusement quelques excellents témoignages (comme celui de Matthias Göring, dont la conversion en cours sert de fil conducteur au programme) et certaines interventions (comme celles, lumineuses, du rabbin Ouri Cherki, de Jérusalem). Ce n'est pas suffisant pour faire de L'héritage infernal un bon documentaire, mais c'est largement assez pour qu'on le regarde. » (François Ekchajzer, Télérama, 14 février 2014).

 

Documentaire suivi d'un débat : "Nazisme, quand le passé ressurgit".

LCP/AN-Public Sénat, 90 min + "Droit de suite" 30 min.