Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
Les évasions des Marches de la mort – janvier-février et avril-mai 1945
Mardi, 7 Octobre, 2014 - 09:00

Le Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah-Amicale d’Auschwitz publie en 2014 Les évasions des Marches de la mort – janvier-février et avril-mai 1945, ouvrage qui fait suite, en l'élargissant, à la journée du 13 janvier 2012, organisée par les huit amicales et associations des camps de Bergen-Belsen, Buchenwald-Dora, Dachau, Langenstein, Mauthausen, Neuengamme, Ravensbrück, Sachsenshausen, et par le Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah-Amicale d’Auschwitz, avec le soutien de l'association Ciné-Histoire.

« Le sujet de ce livre, ce sont les évasions de 1945, c'est-à-dire des marches et des trains d'évacuation des camps situés sur le territoire du Grand Reich, dites par les survivants, Marches de la mort. [...] Comment était-il possible, tant aux déportés de persécution qu'aux déportés de répression, de s'évader des Marches de la mort ? Quels étaient les conditions, le contexte et donc les risques, les objectifs ? Pourquoi certains ont-ils échoué ? Comment ont-ils anticipé leur libération ? Les évasions et tentatives d'évasions ont aussi à nous dire sur la volonté humaine, individuelle et collective, de résister à un système concentrationnaire dont le premier but était l'élimination de tout adversaire, réel et supposé, du pouvoir national-socialiste, un régime de terreur. [...]

Les tentatives d'évasion du système concentrationnaire demandaient des conditions et présentaient des risques, mais dans le contexte de la fin de la guerre, de l'année 1945, des marches forcées et des trains d'extermination, la mort était le plus probable. Les témoignages des internés rassemblés dans ce livre révèlent une extension de la politique de destruction à de nouvelles catégories de détenus, et le recours, presque sans limite, à de nouvelles formes d'assassinats individuels et collectifs, perpétrés par des militaires et par des nazis, mais aussi par des civils allemands, autrichiens et autres. C'est alors que des chambres à gaz dont construites ou aménagées dans des camps de concentration “allemands”, c'est pendant cette période que des déportés, toutes origines confondues, sont lancés sur les routes, privés de boire et de manger, de toit et de sommeil, que des malades, des personnes exténuées, sont abattues à bout portant, que des fusillades et des massacres de masse sont exécutés à titre de représailles pour des tentatives d'évasion individuelle et collective. »

 

SOMMAIRE

Avant-propos : Le contexte historique

Introduction : les Évasions des Marches de la mort

 

Première partie : Les Évadées (conférence-débats du 13 janvier 2012, Hôtel de Ville de Paris

Le film Ontsnapt (Les Évadées

Nicole Clarence, résistante déportée à Ravensbrück, une des neuf évadée

Ravensbrück, Buchenwald et le Kommando de femmes de Leipzig Schönefeld

 

Deuxième partie : Quatre évasions individuelles des Marches de la mort, janvier et avril-mai 1945 (témoignages enregistrés le 13 janvier 2012, Hôtel de Ville de Paris)

Évasions de janvier 1945, évacuations du complexe d'Auschwitz : Raphaël Esrail, André Berkover

Évasions d'avril-mai 1945 : Raymond Gourlin, Raphaël Mallard

 

Troisième partie : Des témoignages écrits, avec cartes des itinéraires

Les évasions de janvier 1945 lors de l'évacuation du complexe d'Auschwitz : Alfred Elkoubi, Paul Schaffer, Théodore Hennequin

Les évasions d'avril-mai 1945, par camps et Kommandos : Aline Scharapan (Bergen-Belsen), Jean Amice, François Guérif, Charles Sasserand et Georges Petit (Buchenwald-Dora et Kommandos), Albert Montal et Charles Baron (Dachau), Paul Le Caër (Mauthausen), Albert de Clerq et Georges Jidkoff (Neuengamme), Nicole Clarence, Marie-Antoinette Pappé et Stéphanie Kuder (Ravensbrück), Gilberte Richard-Bouquet et Denise Schneider-Manquillet (Sachenhausen)

 

Quatrième partie : Évasions collectives et représailles

Témoignages écrits d'évasions organisées : Albert Penso, Lise Ricol-London

Des massacres de masse en représailles à des évasions collectives : Celle (8 avril 1945), Gardelegen (13 avril 1945), représailles massives contre les officiers soviétiques évadés du camp de Mauthausen

 

Conclusion générale

Annexes

186 pages, 10 €. Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah-Amicale d’Auschwitz, 73 avenue Parmentier, 75011 Paris, www.cercleshoah.org.