Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
MENU

Une des premières lois de Vichy décide la révision des 648 000 naturalisations intervenues depuis 1927 – première étape de la législation xénophobe et antisémite du régime. Cette loi prévoyait d'éttendre la dénaturalisation aux enfants nés en France de ces familles, venues avant tout d'Europe de l'Est (dont des familles juives) et d'Europe du Sud : près d'un million de personnes étaient ainsi menacées de perdre leur nationalité française.

Une loi appliquée jusqu’en mai 1944, mais avec la lenteur propre aux processus bureaucratiques. 15 154 personnes sont devenues apatrides, dont environ 6 000 juifs, au fil de 88 décrets promulgués.

La déchéance de la nationalité, réservée par Vichy à des résistants de la France libre ou de la France intérieure, a elle concerné moins de 500 personnes.


 

Pour en savoir plus
  • Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, de Claire Zalc, Seuil, coll. « L'univers historique », 2016.