Concours National
de la résistance et de la déportation

Des ressources pour participer
MENU
Jean Moulin à la préfecture de Chartres, fin juin 1940. © Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris - Musée Jean Moulin.

 

Jean Moulin, préfet révoqué par Vichy

Jean Moulin, qui avait été le plus jeune sous-préfet et le plus jeune préfet de France, a été révoqué le 8 novembre par le ministère de l'intérieur de Vichy de son poste de préfet d'Eure-et-Loir, qu'il n'a pas quitté à l'arrivée des troupes allemandes – il a même été brutalisé le 17 juin par des officiers ennemis. Avant de quitter ses fonctions le 16 novembre, le 14 il est salué en ces termes par le Feld-Kommandant de Chartres, le major Ebmeier : « Je vous félicite de l'énergie avec laquelle vous avez su défendre les intérêts de vos administrés et l'honneur de votre pays. » (Jean Moulin, Premier Combat, Les Éditions de Minuit, 1947, réimpr. 2012, p. 113).

Le 15 novembre, M. Decote, son chef de cabinet, s'exprime au nom des employés de la préfecture : « Le 17 juin [...], ayant refusé de faillir à l'honneur, vous subissez, dans une localité voisine, les pires outrages. [...] Vous avez supporté, sans broncher, avec un courage sublime, ces humiliations, mais vous êtes satisfait, votre cœur de Français n'a pas faibli. [...] Vos administrés, comme vos collaborateurs, [...] sont consternés de vous voir quitter ce département que vous avez honoré ; vous étiez leur défenseur ; vous étiez leur guide respecté et aimé ; ils sont fiers de leur grand Préfet. Votre nom appartient désormais à l'Histoire, il sera pour tous un symbole et le synonyme de bonté, d'énergie, de courage, de loyauté, d'honneur et de patriotisme. » (ibid., p. 168).

 


 

Pour en savoir plus